Censure de la fête de l’Immaculée conception : la SNCF aussi !


Isabelle de Gaulmyn, journaliste à La Croix, écrit sur son blog :

Christianophobie? Ou plutôt crasse ignorance… Toujours est-il que le quotidien «Vingt minutes» a refusé de prendre dans ses pages une publicité du diocèse de Lyon rappelant le caractère religieux du 8 décembre, la grande fête des lumières lyonnaise. Les responsables du quotidien se réfugient derrière une «neutralité» d’opinion affichée: «il s’agit d’une posture éthique» disent-ils, sans rire… Voilà donc le 8 décembre lyonnais, institué il y a plus de 150 ans pour remercier Marie d’avoir protégé la ville d’une épidémie de choléra, privé de ses racines religieuses, par la simple bêtise d’un quotidien. Pour les mêmes raisons de neutralité, la régie publicitaire de la SNCF a refusé de mettre dans ses gares les affiches «Merci Marie», de l’Église de Lyon, toujours pour le 8 décembre. Ou plutôt, elle a accepté, à condition que le «Marie» disparaisse. Merci, tout court, donc…

Côme Dubois

5commentaires
  1. c

    9 décembre 2010 à 15 h 28 min

    Bien voyons! C’est du relativisme faussement apaisant, Mme G. Il n’y a pas si longtemps que cela le journal 20 mn montrait dans ses pages et pendant plusieurs jours une belle vache fièrement halal et strictement halal sans y voir un signe religieux. Y en a vraiment qui sont bigleux dans ce journal! Comme si pour ceux qui mangent halal donc des musulmans, cela n’était pas la traduction en image d’un précepte de leur coran et donc que l’animal qui allait leur arriver dans l’assiette aurait été égorgé rituellement comme offrande sacrificielle à leur Dieu. Si c’est pas religieux, ça!
    Il ne faut pas prendre les lecteurs pour des idiots, ou alors c’est l’humour de Mme G. que je n’ai pas compris.

    Répondre
  2. Jean-Trifoullier Petibois

    10 décembre 2010 à 9 h 20 min

    Bien vu la remarque sur la pub pour la viande hallal 8^))

    Cette différence de traitement est très révélatrice d’un état d’esprit délétère et d’un aveuglement militant qui frôle l’indécence béate.

    Rassurez vous quand même içi Lyon (j’y habite) cette différence de traitement fait pas mal de bruit. Le slogan dont vous parlez « fierement hallal » étant d’ailleurs stupide dans la mesure où la première qualité d’un muslim est d’être humble et que ce slogan ne l’est pas.

    Il faut aussi le noter : par cette décision les chrétiens se sentent méprisés, mais les musulmans aussi. Si certains faux croyants se réjouissent bêtement de cette « victoire » les pratiquants sincères sont eux génés de voir qu’un « marchand de viande » (même hallal) obtient ce qui est refusé à la célébration de Marie.

    Tous ceux qui comme moi vivent au milieu de musulmans pieux savent qu’elle (Myriam mère de Aïssa) est pour eux une femme très Sainte et remarquable. J’ai entendu une fois un (faux) musulman de 20 ans se moquer de Jésus et j’ai vu une fois un autre d’une quinzaine d’années (faux dévot lui aussi) porter la main sur une image de Marie pour « rigoler » devant ses potes (à l’occasion du 8 décembre d’ailleurs). Je peux vous GARANTIR que dans les deux cas les mo-nu-men-tales paires de gifles que respectivement sa maman (pieuse et voilée) et ses camarades (à peine plus agés peut être des grands frères je ne sais pas) leur ont infligés – séance tenante dans la rue devant tout le monde – les ont recadrer une fois pour toute !!

    Enfin certains parmi les militants athés même les plus bornés ouvrent doucement les yeux en voyant cette incraisemblable différence de traitement et la marchandisation éhontée de nos médias…

    Au final une affaire qui servira peut être à faire avancer les choses dans le bon sens.

    Cordialement,

    Bonne fête des lumières

    Répondre
  3. c

    14 décembre 2010 à 21 h 50 min

    La Myriam des musulmans que, dans l’islamement et catholiquement corrects, il est de bon ton d’assimiler à notre Sainte Marie, n’a évidemment rien à voir avec notre très Sainte Vierge, mère de notre Seigneur, mort sur la Croix, pour le rachat de tous les hommes (N’oublions pas qu’elle est la mère de Dieu, pour nous les abominables « polythéistes » des musulmans, nous qui, pire que les Juifs, croyons à trois dieux, parmi ceux que les disciples de Mahomet classe comme ceux du livre, en opposition aux autres hommes sur terre qui n’ont pas ce livre (Nous chrétiens nous ne nous reconnaissons pas sous cette désignation « du Livre » qui est strictement une représentation des musulmans, en ce qui nous concerne).
    Mais c’est vrai que Myriam est honorée, car elle est la mère d’un prophète, d’ailleurs qui n’a pas été crucifié. Elle sera admise au ciel des « vrais croyants », où elle sera responsable des jeunes filles éternellement vierges…qui sont là pour …bon relire le Coran dans son intégralité.
    Bref ne jamais faire de cathomorphisme.Ce qui n’empêche que des « vrais croyants » très respectables peuvent avoir des bons principes d’éducation, envers des sales gamins mal éduqués (et là ils vont avoir du travail, et où s’arrête la mauvaise éducation du respect des préceptes du Coran qui sont très variés car tout et son contraire y sont dits et s’adaptent donc à toutes les circonstances en fonction de la religion de celui qui est en face, et si l’on est en terre de l’islam ou non, dans la zone intermédiaire en attendant de passer de l’une à l’autre (Lyon par exemple). Bien sûr que la publicité vachère a aussi un but commercial. Il n’y a plus beaucoup de non mangeurs de viande halal (natalité à la baisse de non « vrais croyants »), il faut donc essayer de stimuler les ventes, en recherchant de nouveau marché…
    Ne soyons pas naïfs, et respectons ceux qui sont respectables, sans se tromper en respectant ce qui ne l’est pas, mais qui peut le paraître. N’oublions pas non plus le mensonge pieux, la taqya.

    Répondre
  4. c

    14 décembre 2010 à 21 h 59 min

    En complément
    Aissa n’est pas Jésus notre Seigneur Dieu, mort sur la Croix. les arabes chrétiens n’emploient pas le mot Aissa mais Yeshoua.
    Aissa est pour les musulmans, c’et le prophète évoqué plus haut.
    Nous ne parlons donc pas de la même chose et si les musulmans vénérent Aissa, ils ne vénérent pas Yeshoua.

    Répondre
  5. c

    14 décembre 2010 à 23 h 24 min

    En complément bis
    J’ai une autre transcription
    Isâ, fils de Myriam, vus tous les deux comme de bons musulmans, et qui sont au côté d’Allah.
    et Yasû (pour les arabes chrétiens) et non Yeshoua (hébreu), pour notre Seigneur, Jésus, Dieu, fils de Dieu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter