Centrafrique : incendie criminel d’une église évangélique à Bangui


j6focyko

La présence de l’armée français ne prévient semble-t-il pas les exactions contre les chrétiens dans la capitale centrafricaine…

L’Église évangélique des Frères du quartier “Gbaya Dombia” dans 3ème arrondissement de Bangui, a été incendiée par des personnes non identifiées vers 21 h dans la nuit du mardi 8 avril. En matinée, le feu n’était pas encore éteint. Des soldats français de l’opération Sangaris sont descendus sur le lieu avec les responsables de cette église pour constater le drame. Selon les responsables de cette église, il s’agit d’un acte criminel, orchestré par des ennemis de la paix et de la cohésion sociale. « Il s’agit d’un manque du respect envers les lieux du culte », a qualifié l’un d’entre eux, joint par le RJDH [Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme en R.C.A.]. Le pasteur responsable de cette église, Marc Kaparang, visiblement en colère, accuse de jeunes musulmans d’avoir orchestré l’incendie de son église. « Le constat est amer. Ce secteur a été abandonné depuis plus de trois mois. Il est sous contrôle de nos frères musulmans depuis le 5 décembre 2013, date du début des hostilités dans la ville de Bangui. Ce sont des jeunes musulmans qui ont commis cet acte », a déclaré le pasteur Marc Kaparang. « Nous nous sommes rendus sur les lieux de l’incendie grâce à l’appui de la MISCA et de Sangaris. Quelques interrogations de nos frères musulmans par ces forces internationales nous ont permis de comprendre qu’il y a un flou dans leurs réponses. Ce qui nous fait croire que ce sont eux les auteurs de ces actes », a expliqué le pasteur Marc Kaparang. Rejetant toutes les accusations portées contres les musulmans du secteur, le maire du 3ème arrondissement, Atahirou Balla Dodo, a indiqué lorsque joint par le RJDH que « les musulmans protègent les églises du 3ème arrondissement depuis les évènements du 5 décembre. C’est n’est pas aujourd’hui qu’ils vont changer de position, alors que allons vers la réconciliation. » Le maire oriente les soupçons sur deux jeunes hommes et une jeune fille, venus de l’extérieur du quartier, qui auraient mis le feu à cet édifice religieux. « Mes jeunes (musulmans NDLR) m’ont raconté que ces gens sont venus avec un bidon d’essence. Ils ont tiré en l’air pour intimider les habitants, avant de mettre le feu sur l’église et de disparaitre sous les tirs d’armes légères », a-t-il indiqué. Le pasteur Marc Kaparang invite les autorités de transition à veiller sur la sécurité des lieux de culte dans les zones occupées par les musulmans et les chrétiens. « Les lieux de culte n’ont rien à voir dans ce conflit. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour les protéger », a lancé le pasteur Kaparang.

Source : Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme en R.C.A.

3commentaires
  1. Shimon

    11 avril 2014 à 15 h 38 min

    Il ne peut s’agir, à l’évidence, que de chrétiens dissidents camouflés en pseudo seleka musulmans.
    En aucun cas le Tchad et l’Arabie saoudite ne sont impliqués dans la haine antichrétienne ou le prosélytisme islamique violent.

    Répondre
    • Jean-M

      13 avril 2014 à 21 h 20 min

      Je m’étonne que personne n’ait réagi….au commentaire ci-dessus…
      Je conseille à l’ami Shimon d’essayer d’enrter avec une croix ou une Bible en Arabie Saoudite….

      Répondre
  2. Pingback: Centrafrique : incendie criminel d'une é... |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter