Conseil d’État : Crèches dans les lieux publics oui… mais…


L’année passée, comme lors les précédentes, le “débat” a été chaud en France sur la présence de Crèches dans les lieux publics (mairies, conseils départementaux, etc.). L’affaire a été portée devant le Conseil d’État qui a, plus ou moins, tranché en faveur de leur présence…

[…] Le rapporteur public du Conseil d’État a recommandé vendredi [21 octobre] d’autoriser, sous conditions, l’installation de crèches de Noël dans les bâtiments administratifs, au nom du principe de laïcité. « Nous ne croyons pas que le contexte de crispation sur la laïcité vous impose d’instruire par principe le procès de la crèche », a estimé Aurélie Bretonneau, insistant sur la « dimension pacificatrice de la laïcité ». Selon le rapporteur public, l’article 28 de la loi du 9 décembre 1905 et plus généralement le principe de neutralité « n’interdit pas d’installer des crèches sur le domaine public », sauf quand une « intention religieuse » préside à une telle manifestation. Installer une crèche dans une mairie ne peut être autorisé qu’à trois conditions, que cette exposition soit « temporaire », qu’elle ne s’accompagne d’aucune manifestation de « prosélytisme religieux » et enfin qu’elle revête le « caractère d’une manifestation culturelle ou au moins festive », a nuancé le rapporteur. Les avis de ce magistrat, qui dit le droit, sont généralement suivis. Dans un climat de plus en plus crispé sur la laïcité, la plus haute juridiction administrative a réuni vendredi l’assemblée du contentieux. Cette formation de 17 juges, qui statue sur les affaires d’importance majeure et les grandes étapes de la jurisprudence, devait répondre à cette délicate question: « Une crèche de Noël est-elle un signe ou emblème religieux dont l’installation dans un bâtiment ou emplacement public est systématiquement interdite par les dispositions de la loi du 9 décembre 1905 garantissant le respect du principe de laïcité ? » […]

Source : Le Figaro, 20 octobre

4commentaires
  1. Maysie

    24 octobre 2016 à 17 h 43 min

    Qu’est-ce qu’on appelle le prosélytisme religieux dans une crèche?
    Qu’est-ce qu’une crèche sans son intention religieuse ?
    De quoi faut-il la dépouiller pour lui ôter toute idée religieuse ?
    Qu’est -ce qu’il faut lui ajouter pour lui faire revêtir un caractère festif ou culturel ?
    Quel casse-tête ! On peut tenter le caractère culturel en faisant la crèche des années passées. Tradition vaut culture .
    Peut-être qu’après tout le Conseil d’Etat est en train de faire comme Pilate et de se laver les mains du  » crime de crèche « .

    Répondre
  2. Gilberte

    24 octobre 2016 à 20 h 02 min

    ridicule d’interdire les crèches, on n’a jamais vu les gens s’agenouiller devant une crèche dans un hall de mairie et réciter leur chapelet, délaissant la crèche de l’église. La crèche peut refléter le folklore local ou être parfois une oeuvre d’art, j’en ai vues, elle est toujours une expression personnelle à partir de la culture chrétienne

    Répondre
  3. Gisèle

    24 octobre 2016 à 23 h 14 min

    Quelque part, c’est quand même nier l’histoire originelle de la crèche, la naissance de Jésus, Dieu fait homme, la pierre d’achoppement de notre religion chrétienne …, pour la reléguer dans le fourre – tout des objets culturels mythiques …
    Alors que le foulard, le burkini, la burqa, sont considérés comme des objets cultuels appartenant à l’identité islamique .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3287 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter