Côtes-d’Armor : une statue de la Vierge interdite sur le parvis d’une église


25074-170215173526818-01-630x0

Le Petit Bleu, hebdomadaire diffusé dans les Côtes-d’Armor, a publié hier une information que je fais suivre de quelques commentaires. L’église dont il sera question est celle de Saint-Malo à Brusvily (paroisse Notre-Dame-des-Granitiers, diocèse de Saint-Brieuc-Tréguier).

Depuis la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État, il est interdit d’élever ou d’apposer des signes ou emblèmes religieux dans les lieux publics. Or, le parvis de l’église de Brusvily est un espace public. Il devait accueillir Notre-Dame-des-Granitiers, la première des quelques statues que compte faire sculpter l’association Diabète Cœur dans la petite commune du Guinefort. Les militants de la “Libre Pensée” ne pouvaient pas laisser passer cela. Ils ont donc écrit au sous-préfet qui a rappelé la loi à la mairie de Brusvily, signataire d’une convention avec Diabète Cœur. L’association se retrouve désormais avec une œuvre monumentale de six tonnes et [de près de] trois mètres de haut sur les bras. Il lui faut trouver un terrain privé pour l’accueillir.

eglise_de_brusvilyA. Une église catholique construite avant 1905, et dans l’esprit de la loi de 1905, fait partie du domaine public de la commune, mais son usage est réservé à l’affectataire pour l’exercice public du culte. Contrairement à ce que semble suggérer le Petit Bleu, la loi de 1905 n’interdit pas à l’affectataire d’y installer une statue étant sauves les règles de sécurité du public – fidèles ou visiteurs. Il aurait fallu écrire « sur » des lieux publics et non « dans » des lieux publics.

B. La jurisprudence reconnaît comme « dépendances d’un édifice du culte », ses « abords immédiats quand ils sont nécessaires à la tranquillité et à la dignité des célébrations ou quand ils ont toujours été eux-mêmes utilisés à des fins cultuelles ». C’est le cas, notamment, pour les cérémonies du dimanche des Rameaux, dont une partie se célèbre hors de l’église généralement sur son parvis, ou de celles de la vigile pascale, le “feu nouveau” et les prières qui l’accompagnent étant célébrés hors de l’église, là aussi généralement sur son parvis.

C. La question de l’érection d’une statue religieuse sur le parvis de l’église Saint-Malo pose, en effet, un problème juridique, mais là encore le précédent de la statue de Jean-Paul II à Ploërmel, indique qu’une telle affaire peut être juridiquement débattue, comme l’a été celle de l’installation de crèches de Noël dans les halls de mairie, avec les résultats qu’on sait

D. À mon sens, rien ne semble empêcher qu’au lieu de trouver un « lieu privé » pour y placer la statue, on l’érige en haut des marches de l’église, à gauche ou à droite de son porche d’entrée, étant là aussi sauves les règles de sécurité du public.

Deux remarques finales que rapportent ce matin nos confrères de Breizh Info : « La commune [de Brusvily] ne compterait aucun membre appartenant à la Libre Pensée », et les lecteurs du Petit-Bleu, dans un sondage en ligne, regrettent la décision de ne pas ériger cette statue sur le parvis de l’église (capture d’écran ce matin à 7 h 40)…Busvily 17 02 a 7 h 40 - copie

Source : Le Petit Bleu, 16 février

9commentaires
  1. Jacques

    17 février 2017 à 9 h 41 min

    Ces gens là prétendent être pour la libre pensée, qui est l’interdiction de penser catholiques.
    On a l’impression qu’il veulent assouvir une vengeance, mais de quoi ???

    Pauvres types.

    Répondre
  2. HOLZHAMMER Jacqueline

    17 février 2017 à 10 h 51 min

    De plus en plus écoeurée. Certains (et ils sont nombreux) ont (ou prennent) le droit d’envahir et bloquer les rues de la capitale, empécher les habitants et touristes de circuler à grands coups d’insultes (voire coups tout court)pour faire leurs prières, de nombreuses mosquées sont erigées et absolument pas de façon discrète, mais une petite église n’a plus droit à une sainte vierge !!!! Pauvre france (la minuscule de « france »est volontaire!!

    Répondre
  3. Marquette

    18 février 2017 à 10 h 51 min

    Ma Bretagne, celle de mes ancêtres si pieux et si vaillants, qu’es tu devenue?
    Si malmenée depuis si longtemps par un pouvoir parisien pourquoi perds tu ton âme?

    Répondre
  4. Tonio

    18 février 2017 à 17 h 28 min

    “Libre Pensée” c’est d’abord faire le guéguerre à tous ceux qui ne pensent pas comme nous; à moins qu’ils ne soient protestants, juifs ou musulmans: il n’y a de liberté de pensée que sous la férule de la “Libre Pensée”.
    C’est bien ce que disait déjà Vladimir Ilitch.

    Répondre
    • Charlotte Parc

      20 février 2017 à 12 h 31 min

      @Tonio
      Si un juif pieux israélite, un véritable chrétien tout protestant soit-il ou un musulman pieux pouvait être « libre-penseur », ça se saurait !
      Les soit-disant « libres-penseurs » sont des fanatiques de l’athéisme, qui croient que laïcité = absence totale de religieux dans le paysage public = laïcardisme forcené.

      Ne mêlez donc pas les tenants d’autres croyances que la vôtre, j’imagine catholique romaine, à leurs dires, faits et gestes. Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac @tonio ! Il faut être un peu plus fin que ça dans votre analyse et ne pas voir des ennemis du catholicisme partout.

      Je vous mets au défi de citer un seul israélite, un seul protestant, un seul musulman authentiques qui aient dit, écrit ou fait quoi que ce soit contre l’installation de cette statue de la Vierge sur le parvis de l’église de ce village breton.

      Non, il n’y a que les « libres-penseurs », complètement prisonniers de leur aveuglement spirituel qui soient assez stupides pour cela.
      Comme je l’écrivais à propos des anarchistes de Caen,le 13 février 2017 à 19 h 38 min
      http://www.christianophobie.fr/breves/caen-calvaire-souille-de-tags-anarchistes#.WKrTBvJA5C8
      prions, prions et prions encore pour que le Saint Esprit touche au moins l’un des « libre-penseur » des Côtes-d’Armor, pour qu’au moins l’un d’eux, même seulement un seul, soit arraché des griffes de Satan pour l’éternité. Ayons compassion des âmes perdues, comme Jésus nous l’a montré, Lui qui est notre Maitre et Seigneur à tous.

      Répondre
  5. Gilberte

    18 février 2017 à 20 h 07 min

    La Chine communiste a fait abattre les croix en haut des églises et dans les espaces publics. En France, la libre pensée veut interdire une statue de la Vierge, alors qu’il n’y a pas de libre penseur dans la commune
    Dans les 2 cas, même intolérance religieuse, même allergie au christianisme
    Les chrétiens chinois ont fait des manifestations et tenté de résister. Les Français ont assez d’imagination pour installer la statue là où elle sera visible

    Répondre
  6. lombard

    19 février 2017 à 10 h 35 min

    que le préfet s’occupe de faire appliquer la loi notamment les art 222-1 cp et suiv qui punissent de 30 ans de prison tous ceux qui auront excisés et circoncis leurs enfants c’est à dire les juifs et les musulmans, c’est étrange mais aucune décision de justice en 200 ans de république n’a condamné ces criminels ! l’administration applique donc le talmud et le coran, et non nos droits de l’homme, que protéger le droit des enfants est plus important que de savoir si une statue de la vierge peut être déposé sur le parvis d’une commune de france, non ? n’est ce pas cela les droits de l’homme ?

    Répondre
    • Charlotte Parc

      20 février 2017 à 12 h 47 min

      @lombard
      On ne peut pas sans réagir vous laisser écrire n’importe quoi !
      Comparer L’EXCISION des FILLETTES (souvent faites dans des conditions dramatiques d’hygiène) qui les prive du clitoris, principal organe du plaisir orgasmique féminin et mutilant souvent gravement la vulve avec des conséquences possiblement dramatiques pour la vessie et l’urètre, pour le vagin et les accouchements par voie basse naturelle , avec la CIRCONCISION des GARÇONS c’est à dire l’excision du prépuce souvent rituelle et souvent pour des raisons médicales et toujours réalisée (ou quasiment en tout cas en France) dans des conditions sanitaires tout à fait satisfaisantes et qui n’ôte au garçon aucune capacité au plaisir orgasmique, ne complique aucune fonction urinaire ni génitale est tout simplement aberrant !
      Et justement si l’état français ne s’est jamais mêlé de circoncision rituelle alors qu’il combat farouchement les excisions des fillettes, c’est précisément parce que cette circoncision, rituelle ou médicale, n’est pas un problème de santé publique et n’entraine aucun dommage d’aucune sorte.

      Répondre
    • Charlotte Parc

      21 février 2017 à 16 h 39 min

      @lombard
      Je n’avais pas pris le temps d’aller regarder l’article du Code pénal que vous invoquez. Intéressant d’aller y voir !
      Article 222-1 du Code Pénal
      « Le fait de soumettre une personne à des tortures ou à des actes de barbarie est puni de quinze ans de réclusion criminelle. »
      Vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère et vous ne donnez pas dans la dentelle dites-donc ! Ne parlons même pas d’un examen simple et respectueux de la réalité des situations, encore moins d’une analyse fine des faits réels !

      Identifier une circoncision rituelle (ou médicale d’ailleurs, le résultat est le même) comme « des tortures ou des actes de barbarie » est loufoque et personne ne peut vous suivre sur ce terrain ! Surtout pas l’État qui n’a aucune espèce de raison d’invoquer cet article pour poursuivre juifs et musulmans (et médecins) en raison des circoncisions qu’ils pratiquent.
      Jésus nous a libérés du poids de la Loi et nous faisons bien, nous chrétiens, de ne plus nous soumettre à Loi mosaïque en ce qu’elle avait de nécessaire pour plaire à Dieu et obtenir le salut, seules la mort rédemptrice et la résurrection du Christ nous valent le salut si nous y ajoutons foi. Plus besoin de circoncision, elle est devenue inutile.
      Mais de là à la qualifier de « torture ou acte de barbarie », il y a un fossé à ne pas franchir !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter