Cyber attaque contre des sites du Saint-Siège

Ce n’est pas la première fois que les sites internet du Saint-Siège sont attaqués par des pirates informatiques, mais la cyber attaque qui a rendu, hier après-midi, le site principal multilingue (www.vatican.va) injoignable, serait une des plus sévères. Cette attaque a été revendiquée par les révolutionnaires du site Anonymous Italy, branche en Italie du groupe de pirates internationaux Anonymous, mais il est probable que les pirates qui se sont manifestés hier ne soient pas domiciliés en Italie. Une tentative semblable de ce groupe contre le site du Saint-Siège avait déjà été enregistrée l’an passé, mais n’avait pas eu d’effets sensibles. Dans son communiqué, Anonymous Italy tente de “justifier” cet acte de piratage informatique contre le Vatican comme « une réponse à la doctrine, aux liturgies et aux idées absurdes et anachroniques que cette organisation, visant le profit, diffuse dans le monde entier » et au fait que l’Église catholique aurait « fait tuer ses opposants, brûlé des textes et hébergé des criminels de guerre nazis ». Plus précisément, c’est la doctrine catholique sur le contrôle des naissances et l’avortement qui semble vraiment énerver les pirates qui, bien sûr, se défendent d’une « attaque personnelle contre les chrétiens », leur coup étant réservé à « l’Église romaine apostolique corrompue ». T’as qu’à croire…

Daniel Hamiche

Sources : The Celebrity Cafe, AFP, Rome Reports (vidéo ci-dessous)

 

 

Bookmark and Share

A propos de l'auteur  ⁄ Daniel Hamiche

Daniel Hamiche est journaliste et président de l’association Amitié catholique France/États-Unis. Il a lancé, en 2007, le blogue Americatho (aujourd’hui membre du portail de réinformation Riposte Catholique). Il est administrateur et rédacteur du blogue L’Observatoire de la Christianophobie.

4 Commentaires

  • Répondre
    Denis Merlin
    13 mars 2012

    Merci de nous tenir au courant de ces attaques contre la liberté religieuse et la liberté d’expression, le droit à la vie privée.

    Ces actions sont signées (si l’on peut dire) : elles émanent des néo-totalitaires. Elles visent les droits fondamentaux de l’homme ou du moins elles témoignent du mépris de leurs auteurs pour les droits fondamentaux de l’homme.

Laisser un commentaire