Deux églises profanées dans le Finistère

Une chose c’est de saccager une église, une autre c’est de la profaner. Visiblement, les journalistes de Ouest France ne savent pas trop la différence. Quand on s’attaque au tabernacle, la profanation est avérée…

Une ou plusieurs personnes se sont introduites dans l’église de Loctudy (Finistère), ce dimanche 13 janvier, dans l’après-midi. L’église de Combrit (Finistère) a, elle aussi, été victime de dégradations. Le tabernacle (meuble qui abrite le ciboire contenant les hosties) a été fracturé dans l’église de Loctudy. De même à Combrit. Il y a beaucoup de similitudes entre les deux actes. Cependant, une lunule a été dérobée à Loctudy, alors qu’aucun vol n’est constaté à l’église de Combrit. « C’est grave, reconnaît Joël Piété, maire de Loctudy. C’est une atteinte à la conscience de certaines personnes. » La gendarmerie, Éric Tuffery, le procureur de la République de Quimper et Jean-Jacques Brot, le préfet du Finistère se sont rendus à Loctudy. Ils se dirigent maintenant à Combrit pour constater l’ampleur des dégâts. Consterné, le préfet du Finistère a gravement condamné ces actes, qu’il qualifie « d’accablants ». « C’est un acte très grave, attentatoire à la foi d’une partie de la population ».

Les premières constatations reconnaissent la portée symbolique des deux gestes, qui s’attaquent au « cœur de la foi catholique », précise le préfet. Un préfet qui rappelle que les condamnations d’un tel acte auraient été les mêmes pour un autre culte, citant notamment la liberté de culte garantie par la constitution. Selon nos informations, aucun message, ni revendication n’a été inscrit sur les murs. Il s’agit, pour le moment, d’une dégradation et d’un vol. Cet événement est-il lié à la manifestation contre le projet de loi « mariage pour tous » organisé à Paris hier ? « On n’en sait rien », répond Joël Piété. Le préfet du Finistère, Jean-Jacques Brot, ne le pense pas. Des vérifications de toutes les églises et chapelles du territoire de la compagnie de gendarmerie de Quimper (grosso modo le Pays bigouden et l’ouest de la Cornouaille) sont en cours pour savoir si d’autres sites ont été la cible d’un acte similaire.

Source : Ouest France

A propos de l'auteur  ⁄ Daniel Hamiche

Daniel Hamiche est journaliste et président de l’association Amitié catholique France/États-Unis. Il a lancé, en 2007, le blogue Americatho (aujourd’hui membre du portail de réinformation Riposte Catholique). Il est administrateur et rédacteur du blogue L’Observatoire de la Christianophobie.

6 Commentaires

  • Répondre
    14 janvier 2013

    les méfaits se succèdent à un tel rythme qu’il est difficile de savoir ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas.

  • Répondre
    utopie
    15 janvier 2013

    Lorsque ce sont des cultes juifs ou musulmans qui subissent des dégradations , c’est une profanation, or lorsque ce sont des cultes chrétiens c’est forcément du vandalisme .
    toujours ce deux poids deux mesures pour la caste médiatico -politique .

  • Répondre
    philo
    15 janvier 2013

    Je suppose qu’aucun politicard ne s’esrt manifesté.
    Que n’auraient-ils dis, ces faux culs du deux poids, deux mesures, si cela avait cocerné une mosquée.
    Je cite les plus promptes à lècher les babouches, Les vals _ taubirat _ et autres « dhimmi » de la socia(lie) islamocompatible et christianophobe. IUl ne faut pas oublier nos me(r)dias nationaux qui tels des toutous marchent ne réagissent qu’en fonction de leur propre lâcheté.
    Je sais que ce commentaire ne sera pas publié, censure oblige.

Laisser un commentaire