Discrimination antichrétienne : en France aussi

Le 25 avril dernier, je signalais ici même une discrimination dont a été victime un étudiant étatsunien au motif qu’il était chrétien. Un lecteur (merci A.V. !) m’informe par courriel que lui aussi a été victime de discrimination professionnelle, sans doute au motif qu’il a cru pouvoir, par honnêteté, préciser sur son curriculum vitæ qu’il avait étudié la théologie pendant plusieurs années. Voyez ce qu’il me signale…

Félicitation pour votre blog ! Pourriez-vous parler de la discrimination anti chrétienne en France concernant l’emploi ? J’ai fait un DUT en gestion de production, une licence science éco puis des études de théologie (six années). J’ai cherché un emploi : aucune réponse. J’ai donc fait une grande école de commerce en alternance (ce qui est plus dur qu’en formation classique car en plus des études il y a le travail), j’ai obtenu le diplôme haut la main puis cherché un emploi : 2 000 candidatures sans réponse… Pour les rares entretiens obtenus, on me demandait de venir avec mon casier judiciaire ! Il faut savoir que les diplômés de cette école obtiennent à 90 % un emploi avant 3 mois et les 10 % restant avant 6 mois… On me dit de supprimer les études de théologie sur mon CV. Comment cacher six années d’études ? Et puis si un employeur me recrute, il se rendra bien compte que je suis chrétien…

Bookmark and Share

A propos de l'auteur  ⁄ Daniel Hamiche

Daniel Hamiche est journaliste et président de l’association Amitié catholique France/États-Unis. Il a lancé, en 2007, le blogue Americatho (aujourd’hui membre du portail de réinformation Riposte Catholique). Il est administrateur et rédacteur du blogue L’Observatoire de la Christianophobie.

15 Commentaires

  • Répondre
    Pierre
    6 mai 2014

    Une solution : réfléchir à créer sa propre entreprise et m… aux païens
    L’esprit Saint Vous guidera
    P B.

  • Répondre
    Pierre-Yves
    6 mai 2014

    Moi je vous suggérerais de chercher une entreprise avec un patron ou un DRH chrétien. Ca existe évidemment, mais il faut chercher dans le réseau catho/chrétien.

    C’est encore la meilleure solution si vous voulez pouvoir les mettre en valeur plutôt que vous résoudre à les cacher.

    Pensez aussi à changer de pays si vous aimez voyager. Dans certains pays ça n’aura pas d’influence je pense: l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche, le Royaume-Uni peut-être, mais ça dépend des boîtes aussi.

    Et puis, surtout: une candidature isolée, même avec un bon CV+lettre de motiv, c’est souvent insuffisant en ces temps d’emploi difficile: développez votre réseau et faites vous des bons contacts/amis dans le domaine professionnel que vous convoitez. Ca paye toujours !

  • Répondre
    Charlotte Parc
    7 mai 2014

    Pour conforter ce témoignage, je peux vous donner le mien qui va dans le même sens .
    Nous avons un couple d’amis franco(elle)-espagnol(lui), la cinquantaine.
    Il était pasteur en Espagne dans la petite ville de Cuellar. Ses paroissiens étaient majoritairement des gens pauvres, pour une bonne partie des émigrés du Nicaragua et de Roumaine, qui ne pouvaient subvenir à son (pourtant maigre) salaire que très partiellement . Il était soutenu financièrement par une mission suisse. Celle-ci a cessé, pour des motifs internes à cette mission qui s’est recentrée sur d’autres activités, de le soutenir financièrement il y a deux ans . Dans le marasme espagnol actuel, impossible pour notre ami de trouver du travail dans sa branche de formation avant d’être pasteur, celle de la menuiserie d’aluminium. Il est venu en France avec son épouse. qui a immédiatement trouvé du travail de secrétariat en intérim. Lui a des compétences ce bricoleur de génie dans tous les domaines du bâtiment, il sait tout faire ou presque. Il cherchait un emploi d’ouvrier-factotum dans une municipalité ou une grande collectivité pour s’occuper des structures municipales : mairie, écoles, centres de loisirs, école de musique …pour entretenir et réparer totu ce qui peut l’être en peinture, plomberie, électricité, menuiserie, petite maçonnerie, etc .
    Plusieurs emplois lui sont passés sous le nez sans raison apparente après que les entretiens se soient superbement bien passés et malgré son accent espagnol qu’il ne peut pas cacher. Une seule fois, on lui a fait comprendre à demi-mot que son passé de pasteur posait problème . Cela lui a été confirmé par sa « coach » de Pôle Emploi qui lui a dit qu’il fallait supprimer ce terme de son CV et trouver un autre nom pour ses 3 années d’étude de théologie. Le mensonge ne rentrant pas dans l’éthique de notre ami, il ne voyait pas comment s’en sortir à part la prière. La brave coach l’a fait un peu parler et lui a demandé concrètement en quoi consistait son travail de pasteur. Et dans le lot de ses tâches il y avait du soutien psychologique des familles éprouvées, une certaine forme d’éducation populaire et beaucoup d’enseignement. Et voilà comment notre pasteur avec ses 15 ans de pastorat s’est trouvé reconverti en « éducateur socio-culturel » et avec le conseil appuyé de cette coach de ne jamais prononcer le terme « pasteur » devant ses possibles employeurs !
    Il a trouvé au bout de 14 mois un emploi de réparateur toutes spécialités dans un foyer de l’Aide Sociale à l’Enfance où personne ne sait qu’il est pasteur . Mais il s’est déjà fait repérer comme chrétien auprès de membres de l’équipe éducative !

    • Répondre
      Charlotte Parc
      7 mai 2014

      Mon message n’était pas terminé ! Il est encore parti sans ma permission !
      Merci de faire le raccord entre les deux
      […]

      • Répondre
        7 mai 2014

        @Charlotte

        J’ai fait le “raccord”, mais je ne le ferai plus car le temps me manque. Un conseil : si votre message part trop vite et tronqué, recomposez-le. Je lis tous les messages et je verrai bien lequel est complet (il sera validé) et lequel est tronqué (il sera supprimé). Merci.

  • Répondre
    Serge
    7 mai 2014

    Bonjour . Bien heureux de lire cet article ainsi que le commentaire de Charlotte Parc … étant dans le même cas ! J’ai également suivi trois d’études théologiques à l’Institut Biblique de Nogent sur Marne (de 37 à 40 ans) puis j’ai été pasteur pendant 11 ans dans la mouvance protestante évangélique . Vu le peu de soutien financier il m’a bien fallu également trouvé un emploi « classique » . A la lecture de mon c.v les mêmes remarques que celles des articles ci-dessus m’ont été, soit suggérées, soit affirmées (Pôle emploi, AFPA ou autre interlocuteur). Dans le meilleur des cas mon interlocuteur me posait des questions sur mon parcours et manifestait une gêne évidente lors de l’exposé des tâches d’un pasteur . On m’a également proposé de nommer différemment cette période de ma vie qui pouvait me « desservir » (sic !) Je fais court ! Aujourd’hui âgé de 62 ans et au chômage ça n’arrange pas les choses ! Néanmoins malgré les difficultés nous ne cessons de nous en remettre à Dieu qui a promis de ne pas nous abandonner et qui l’a déjà prouvé maintes fois . Nous les Chrétiens devont être un peu « maso » mais cet article et le commentaire de Charlotte m’encouragent et trouvent un écho particulier, faisant résonner certaine paroles de Jésus de façon toute particulière . Merci .

    • Répondre
      Serge
      7 mai 2014

      Oups ! Je n’ai pas assez bien relu mon commentaire ! Désolé pour les fautes d’orthographe (inatention !) : « …il m’a bien fallu également trouvé un emploi » : trouver ! « Nous les Chrétiens devont.. » : devons ! « …certaine paroles… » : certaines ! :-)

  • Répondre
    Françoise
    7 mai 2014

    Tiens, la France comme par hasard prend modèle sur la Turquie, où depuis belle lurette la religion est inscrite sur la carte d’identité. Résultat : les chrétiens ont du mal dans ce pays musulman à 99 % à trouver un emploi et les hauts postes leur sont fermés définitivement. Cette discrimination est arrivée chez nous, où pourtant les chrétiens restent (officiellement) majoritaires. Qu’arrivera-t-il lorsqu’ils ne le seront plus ?

  • Répondre
    Koopa
    7 mai 2014

    Dans ma chapelle FSSPX, la quasi-totalité des garçons diplômé Bac + 4 ou Bac + 5 sont resté sur le carreau. J’ai en mémoire ce père de famille Bac + 5 et brillant, qui, en 10 ans et plusieurs centaines de CV envoyés, n’a trouvé en tout et pour tout que… deux boulots au noir.

  • Répondre
    Gilberte
    7 mai 2014

    il ne reste plus à ce candidat malheureux à l’emploi , qu’à s’installer auto-entrepreneur, j’en connais qui ont été conseillés et qui se maintiennent

    • Répondre
      koopa
      8 mai 2014

      Pour cela, il faut une clientèle nombreuse,, un fond de roulement et beaucoup de chance…

  • Répondre
    Daniel
    7 mai 2014

    C’est cruel à dire mais faites comme tous les étrangers qui veulent vraiment s’intégrer. Dans un premier temps, RESTEZ DISCRET, travaillez puis devenez indispensable! C’est seulement après que vous pourrez parler d’autres sujet.

    Malheureusement ce qui se dit dans la presse envers les chrétiens est à 95% du temps péjoratif. Par conséquent, les gens n’en tirent dans un premier temps que du dégoût et de la crainte. Montrez leur donc ce que vous valez puis expliquez leur qui vous êtes (ils comprendront donc que nous ne sommes pas les monstres comme les médias essaient de leur faire croire). Cela devrait vous aider, c’est là tout le mal que je vous souhaite. :-)

    • Répondre
      koopa
      8 mai 2014

      Le problème n’est pas de garder son travail mais d’en trouver un !!!

  • Répondre
    Elisabeth
    12 mai 2014

    En Tchécoslovaquie a l´époque communiste, on pouvait etre éboueur, laveur de carreau, pelleter le charbon dans les dépots ou réparer les routes (mon propre beau-pere).Son fils (m on beau-frere) a étudié la théologie clandestinement pendant 15 ans, tout en ayant un petit boulot subalterne et tres mal payé dans un bureau. L´Eglise sortie de cette épreuve n´est pas tres nombreuse, mais tres fervente. Peut-etre que cela peut inspirer ce sympathique pasteur.

  • Répondre
    Laurent
    16 mai 2014

    Bonjour,

    J’ai une interrogation concernant son témoignagne.
    Il indique :  » Et puis si un employeur me recrute, il se rendra bien compte que je suis chrétien… »
    Comment son employeur s’en rendra compte ?
    Ce n’est pas marqué sur son front de croire en dieu. A moins de faire du prosélytisme sur son lieux de travail ou durant son entretien d’embauche, ce qui est , vous le conviendrez, pas très malin (sic).
    En effet, je suis aussi chrétien pratiquant et je n’aborde jamais de sujet religieux dans l’entreprise, où je passe mon temps à travailler.
    Dès lors, pour moi , ma pratique religieuse n’a jamais été un problème.

Laisser un commentaire