Gard : tags haineux sur l’église de Sumène


Sumène Gard

Un lecteur (merci Étienne !) me signale des tags haineux apposés dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 janvier, sur la façade de l’église paroissiale Sainte-Marie Notre-Dame de Sumène (Gard).

« L’église de notre village cévenol de 1 800 âmes a été souillée par une inscription christianophobe ce matin [dimanche 25 janvier]. « Cathos fachos, hors de nos vies ». Tout le monde est bouleversé. La Mairie a rapidement et très bien réagi en faisant effacer immédiatement ces inscriptions de haine et d’intolérance inédites dans cette paisible cite de la France profonde ».

tags sumène gard

11commentaires
  1. Charlotte Parc

    27 janvier 2015 à 2 h 42 min

    Haineux, et pas courageux : qui sont les auteurs ?
    On peut échafauder toutes sortes d’hypothèses.
    Plus que haineux : de la diffamation et de l’appel au meurtre, non ?
    Ça ne tomberait pas sous le coup de la loi ?
    Et M. Cazeneuve, qu’en dites vous ? C’est moins grave que des oreilles de cochons sur les marches d’une mosquée ?

    Répondre
    • serge/marie josé

      27 janvier 2015 à 12 h 17 min

      Quelle honte pour notre pays, mon épouse et moi sommes a moitié surpris car nous catholique depuis plus de 5 ans subissons la même haine vomissante par une partie des habitons du Pouget a Sumène.

      Répondre
  2. Jean-Marie

    27 janvier 2015 à 9 h 05 min

    Il faudrait mettre des tags de protestation sur les murs de la préfecture, de la mairie, des permanences socialos-communistes etc…

    Répondre
    • Daniel Hamiche

      27 janvier 2015 à 9 h 39 min

      @Jean-Marie

      Certainement pas ! On ne répond jamais au mal par le mal.

      Répondre
    • Charlotte Parc

      27 janvier 2015 à 11 h 41 min

      @Jean-Marie
      Êtes-vous chrétien ?
      Faut-il vous rappeler les doctrines chrétiennes de base ?
      Lettre de Paul aux Romains, 12, 17-19 « Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit: A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur.  »
      Deutéronome 32,3 5 « A moi la vengeance et la rétribution »

      Sans compter qu’il n’est nullement prouvé dans cette affaire précise, que ce soit des personnes « de la préfecture, de la mairie, des permanences socialos-communistes » qui sont les auteurs de ces tags. L’article stipule même que « La Mairie a rapidement et très bien réagi en faisant effacer immédiatement ces inscriptions de haine… »
      Et qui paierait encore l’effacement de ces tags vengeurs sur « la préfecture, la mairie, des permanences socialos-communistes » ? Encore nous par nos impôts !
      Vous avez vraiment tout faux !

      Merci @M. Hamiche de l’avoir rappelé.

      Répondre
  3. Marie

    27 janvier 2015 à 11 h 49 min

    Rendre le bien pour le mal. Nous ne pouvons pas supporter de telles ignominies sur nos lieux de culte.
    Le gouvernement socialiste ne se préoccupe pas de NOUS les CATHOLIQUES. Insultes, profanations faites par les femen, sacrilèges. etc …

    Répondre
    • Maurice

      27 janvier 2015 à 13 h 26 min

      Oui Marie, puisque ce gouvernement pas plus que le précédent ne s’occupent pas de nous défendre, faisons-le nous-mêmes ! Défendons-nous !

      Faisons le nécessaire pour que nos lieux de cultes soient défendus ! Les lieux de cultes d’autres religions sont protégés, pas les nôtres. Qu’ont fait nos ancêtres il y a 210 ans environ si ce n’est pas de défendre leur foi au besoin en donnant leur vie ? ! (je ne dis pas qu’il faille en arriver là ni pas de quartier, mais … )

      Répondre
  4. Françoise

    27 janvier 2015 à 11 h 55 min

    La Mairie a fait effacer les tags haineux sur les murs de l’église ! Bonne et saine réaction qui laisse un peu d’espoir.

    Répondre
  5. Jean Pierre

    27 janvier 2015 à 12 h 25 min

    Cette déferlante qui gangrène sournoisement tous les continents, avec une violence particulière en Afrique, de l’Ouest à l’Est, est de plus en plus présente en Europe, de plus en plus visible en France jusqu’au plus profond de nos campagnes. Je demeure dans le Nord du Gard, région paradisiaque et pacifique malgré un passé tourmenté, je suis catholique au milieu des protestants évidemment majoritaires ici, des musulmans, des juifs et des agnostiques. Nous ignorons en fait la religion de chacun au quotidien, même si nous savons qui fréquente l’église ou le temple ici, ou se rend à la mosquée ou à la synagogue à la ville voisine, cela n’a aucune incidence, et nos conversations peuvent porter sur la religion sans provoquer de remous. Nous sommes effarés de constater qu’aucune partie du monde ne sera épargnée si nous ne réagissons pas, bien qu’il semblerait qu’il soit déjà trop tard, et que nos prières ne suffisent plus.

    Répondre
  6. Gilberte

    27 janvier 2015 à 20 h 59 min

    voilà comment on traduit la laïcité: dehors les catholiques que la religion disparaisse! atteinte à la liberté de penser qui devrait être poursuivie par les tribunaux

    Répondre
  7. Denis

    28 janvier 2015 à 12 h 51 min

    Les abréviations comme catho et facho (catholique, fasciste), comme d’ailleurs toute les abréviations ne prennent pas (en français) de « s » au pluriel.
    Donc pas de cathos ou de photos et autres…. Ils auraient au moins pu faire ça bien…

    Non mais de toute façons les rouges c’est fini ils croient encore à une lueur satanique mais bon quand ils se rendrons compte qu’ils perdent leur temps on verra bien et puis au pire il y aura pour tous le Divin Jugement.

    Surtout que ça aurait put être pire donc bon un coup de peinture et c’est tout.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter