Guyane : une église vandalisée à Mana


eglise st joseph mana

Voici l’article complet paru sur le site internet de France-Guyane.

Entre 14 h et 16 h hier [13 mars], alors que l’église de Mana était vide, un individu a vandalisé l’édifice. Quatre statues sont cassées. Les gendarmes de Mana, avertis des faits, ont lancé leur enquête. Sur les lieux, ils effectuent un relevé d’empreintes et une recherche d’ADN. Dans la soirée, ils appréhendent un individu, auteur présumé des faits, qu’ils placent en garde à vue. Le médecin en charge du dossier suggère l’avis d’un psychiatre. Les Mananais sont sous le choc, dans l’incompréhension d’un tel acte de vandalisme dans leur église. Plusieurs d’entre eux confient qu’ils n’avaient jamais vu ça à Mana. Le chemin de croix prévu hier s’est tout de même déroulé avec une prière particulière pour l’auteur de cet acte. L’enquête est en cours.

Il ne peut s’agir que de l’église Saint-Joseph (diocèse de Cayenne), classée monument historique en 1987. Le site du diocèse et sa page Facebook sont muets sur cet acte de vandalisme.

Source : France-Guyane (14 mars)

[Article mis à jour à 17 h 04]

2commentaires
  1. Jean-Marie

    15 mars 2015 à 9 h 37 min

    C’est Christiane Taubira qui doit-être choquée!

    Répondre
  2. Abbé Audin

    15 mars 2015 à 14 h 27 min

    Communiqué de Mgr Lafont :

    LES STATUES DE L’EGLISE DE MANA SACCAGEES. MESSAGE A LA COMMUNAUTE :
    Chères sœurs et frères en Christ,
    Que la paix soit avec vous.
    J’imagine votre peine et votre écœurement devant l’imbécile mutilation des statues qui ornent votre église, et je vous exprime ici toute la peine et la solidarité de l’Eglise de Guyane tout entière.
    Je vous admire et vous félicite aussi pour votre acte de foi, vous qui avec néanmoins célébré le chemin de croix et prié pour celui qui a commis ces actes inqualifiables. Vous avez témoigné aux yeux du monde votre foi, votre esprit chrétien et votre espérance. Je vous en remercie profondément.
    Dieu seul sait ce qui peut se passer dans le cœur d’un être humain qui détruit ainsi ce qui ne lui appartient pas et ce qui est cher au cœur de ses frères et sœurs. Nous pouvons qualifier cet acte d’imbécile et de révoltant, nous ne pouvons pas juger le cœur de la personne. Dieu seul connait ce qui s’y passe. Votre prière, hier, manifestait cela et je vous en suis très reconnaissant.
    Les images chrétiennes sont un bienfait pour le cœur et pour l’âme. Dieu interdit que l’on fasse des idoles, c’est-à-dire que l’on appelle « dieux » ce qui n’est qu’œuvres humaines et créatures. Mais il n’interdit pas les images comme telles, lui qui a demandé à Moïse de poser l’Arche d’Alliance sur des chérubins (cf. Exode 25,18-22), qui a demandé au même Moïse d’élever un serpent d’airain dans le désert (Cf. Nombres 21,6-9) et qui a montré à Ezéchiel les figures soutenant son trône (cf. Ezéchiel 1,3-28).
    Le Christ n’interdit pas que l’on fasse des images de lui, lui qui a pris une forme humaine semblable à la nôtre, et qui a imprimé son visage sur le linge de sainte Véronique.
    Dieu nous invite à honorer les saints. Ils ne sont pas « morts » comme on peut l’entendre ici ou là, ils sont au contraire « entrés dans la vie », selon la belle formule de sainte Thérèse de Lisieux. Car, comme le dit Jésus à ses détracteurs sadducéens, « n’avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit : Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob ? Il n’est pas un Dieu des morts, mais des vivants !” (Matthieu 21,31-32). Notre foi dans la vie au-delà de la mort est bien exprimée dans la préface de la messe des funérailles : « Car pour tous ceux qui croient en toi, Seigneur, la vie n’est pas détruite, elle est transformée ; et lorsque prend fin leur séjour sur la terre, ils ont déjà une demeure éternelle dans les cieux. »
    Nous savons, nous, que la vénération des saints est un puissant appel à la conversion et à la sainteté : puisqu’ils ont su suivre le Christ, pourquoi pas nous, pourquoi pas moi ? Ces statues nous rappellent leur courage, leur confiance et leur joie d’avoir été des témoins de la joie de l’Evangile cf. le Catéchisme de l’Eglise Catholique, nn° 954 – 959.
    Je vous invite à saisir l’occasion de ce qui s’est passé pour reprendre, avec vos enfants, l’enseignement de la Bible et du Catéchisme de l’Eglise Catholique !
    Que Dieu vous bénisse.
    Priez pour moi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter