Hanoi : des précisions sur l’attaque de l’orphelinat et l’agression contre un prêtre catholique

Églises d’Asie, dans une dépêche de ce jour rédigée à partir d’informations fournies par les Rédemptoristes vietnamiens, revient sur l’agression dont a été victime un prêtre vietnamien (ici et ) et sur la destruction de son orphelinat à Hanoi. D.H.

De nouvelles précisions viennent d’être connues grâce au témoignage du P. Binh lui-même et au rapport envoyé par lui à la Sécurité publique du district. Dans son témoignage, il fait un bref récit de son agression : « J’ai été assailli par un groupe de jeunes gens (…). J’étais arrivé devant la porte de notre maison lorsque mon téléphone a sonné. Deux individus se sont détachés du groupe, se sont précipités vers moi, et m’ont arraché le téléphone. Ensuite une vingtaine de membres du groupe des démolisseurs est venue m’entourer. Ils m’ont tabassé le plus méchamment qu’ils ont pu. J’ai été frappé aux oreilles, sur les yeux, au ventre et aux côtes. A la fin, un coup plus fort que les autres, reçu sur l’oreille gauche, m’a jeté à terre. Alors que j’étais étendu, deux jeunes gens chaussés de cuir m’ont donné de violents coups de pied sur l’oreille gauche et la partie gauche de mon dos. Ils m’ont laissé évanoui, et sont allés rejoindre le reste de la troupe pour continuer la destruction de la maison. Plusieurs pensionnaires du futur orphelinat ont également reçu des coups et ont été dépouillés de leurs téléphones portables. »

Le prêtre a ensuite été transporté à l’hôpital, situé à un kilomètre de là, pour y recevoir les premiers soins. Les paroissiens, ayant appris que les autorités étaient intervenues auprès de l’administration de l’hôpital, l’ont alors transporté à l’hôpital allemand de Hanoi. A peine hospitalisé, le P. Binh a reçu une convocation de la Sécurité du district lui enjoignant de se présenter pour interrogatoire. Le prêtre a alors envoyé aux responsables policiers un rapport des faits. Il dénonce « une tentative d’homicide volontaire et la destruction des biens d’un citoyen ». Il propose que soit entamée une action judiciaire portant sur ces deux chefs d’accusation.

Le rapport du prêtre rappelle aussi certains faits ayant précédé, accompagné et suivi l’agression. Le P. Binh y explique en particulier qu’il a acheté lui-même une maison délabrée avec l’intention d’y accueillir des orphelins. Il l’a entièrement restaurée sans enfreindre la loi et sans qu’il y ait eu la moindre intervention des autorités locales. Le 4 mars dernier, les réparations étant terminées, il a introduit dans la maison quelques orphelins et des éducatrices. Dans ce même rapport, le prêtre décrit dans le détail les destructions et les vols effectués par la troupe des démolisseurs, des individus dont le prêtre déclare ignorer l’identité. Il ne connaît pas davantage les motifs de leurs méfaits.

Le rapport contient encore certains faits troublants. Le 30 mars 2012, deux hommes armés sont venus menacer de mort les pensionnaires nouvellement installés dans la maison. Ces menaces ont été signalées au Comité populaire de la commune. Le 13 avril, la veille de l’agression, le président du Comité populaire avait envoyé au P. Binh une lettre interdisant une réunion du groupe de bienfaisance Agape dans les locaux de la maison aujourd’hui saccagée. Dans son rapport, le prêtre signale aussi que lorsqu’il est arrivé à 9 h du matin sur les lieux où les démolisseurs étaient à l’œuvre depuis un certain temps, de nombreux policiers en uniforme bloquaient les voies d’accès au futur orphelinat. Ils ont empêché les paroissiens d’accéder aux lieux.

Source : Églises d’Asie

 

email

A propos de l'auteur  ⁄ Daniel Hamiche

Daniel Hamiche est journaliste et président de l’association Amitié catholique France/États-Unis. Il a lancé, en 2007, le blogue Americatho (aujourd’hui membre du portail de réinformation Riposte Catholique). Il est administrateur et rédacteur du blogue L’Observatoire de la Christianophobie.

5 Commentaires

  • Répondre
    SAURAT
    26 avril 2012

    De tout mon coeur aupres de mes chers freres du Viet Nam
    Que pouvons nous faire?

  • Répondre
    richard
    6 mai 2012

    Je demande à Marcel Van et à Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus des grâces de protection pour ces prêtres et frères de la Congrégation ainsi que pour les orphelins. Et aussi la conversion du Viet Nam, que cette maison soit reconstruite au plus vite. Saint Joseph, aidez-les, je prie aussi Jésus de guérir le prêtre agressé de ses séquelles.

  • Répondre
    Melmiesse
    6 mai 2012

    Concrétement, admettons que le gouvernement du Vietnam ne veut pas d’un orphelinat, ne veut pas que des enfants privés de l’amour de leurs parents reçoivent l’amour de Dieu; que veut donc faire de ses orphelins cette dictature?que vont-ils devenir?

  • Répondre
    14 mai 2012

    Oui, prions pour eux, de tout notre coeur !
    Il sont les martyrs qui consolent le Coeur de Dieu de toutes nos lâchetés gravissimes……

  • Répondre
    gaudet
    25 juillet 2012

    Je viens de prendre connaissance du messe de Mrs Maité Chassany et je reconnais de pas être d’accord avec elle quand elle affirme que la souffrance des chrétiens au vietnam est due à nos  » lachetés gravissimes ».

    Affirmer cela revient à poser comme principe que les braves paroissiens de France , fervents catholiques, sont individuellement responsables des injustices, violences et autres persecutions dont elle victime la chrétienté de ce pays.

    Cette affirmation est mensongére et les seuls responsables de cette situation lamentable sont les autorités communistes dirigeant actuellement ce pauvre pays! et contre lesquelles nos valeureus soldats se sont courageusement battus entre 1945 et 1954.

    La bataille de Dien Bien Phu fut une fausse défaite ! car en réalité le nombre de sales communistes tués fut infiment supérieur à celui de nos soldats français!

    a tel point que le général Giap , un moment donné , fut pris de la tentation de tout abandonner , tant était grand le taux de perte de soldats communistes durant cette bataille!

Laisser un commentaire