L’avocat du pasteur Nadarkhani, condamné à neuf ans de prison par un tribunal islamique d’Iran


Défenseur célèbre des militants de droits de la personne humaine en Iran, l’avocat Mohammad Ali Dadkhah, qui a défendu devant les tribunaux le pasteur Yousef Nadarkhani, condamné à mort pour « apostasie », et douze autres chrétiens non trinitaires qui sont passés en jugement le lundi de Pâques, a lui-même était informé par un juge, alors qu’il plaidait pour un autre de ses clients, avoir été condamné à neuf années de prison pour « agissements contre la sécurité nationale ». Des informations de Mohabat News, l’agence d’information chrétienne iranienne, croit également pouvoir affirmer que Mohammad Ali Dadkhah est également interdit d’enseignement dans les universités iraniennes et interdit professionnel pour dix ans… Cette dernière sanction, si elle s’avérait vraie, priverait le pasteur Nadarkhani de tout conseil juridique visant à empêcher l’exécution de sa sentence.

D.H.

Source : Mohabat News

 

3commentaires
  1. Denis Merlin

    5 mai 2012 à 17 h 57 min

    A quand le respect des droits universels de l’homme, en Iran et en France ?

    Répondre
  2. MONBUREAU

    6 mai 2012 à 17 h 37 min

    Bonjour,
    Denis Merlin peut il me dire ou citer un cas d’un citoyen en France jeté en prison ou exécuté sans jugement ou par le seul fait de penser ou parler.
    Mettre en parallèle la France et l’Iran est tendancieux et fait preuve de parti pris.

    Répondre
  3. Charlotte Parc

    17 septembre 2016 à 3 h 45 min

    Des recherches ce jour sur Internet m’apprennent que le courageux avocat Mohammad Ali Dadkhah avait été convoqué le 28 septembre 2012 à la prison d’Evin à Téhéran pour y effectuer la peine de 9 ans de prison à laquelle il avait été condamné.
    Il y aura donc bientôt 4 ans qu’il y croupit, à la honte de ce régime politique insensé.
    Il y subit sans doute la torture.
    Son frère, Seyed Hossein Dadkhah, en décembre 2012, disait qu’il avait subi la pression de devoir faire à la télévision la confession de ses crimes imaginaires (par exemple qu’il aurait reçu de l’argent de l’étranger pour déstabiliser le régime) contre sa libération immédiate et que sa mémoire se détériorait complètement, qu’il ne reconnaissait plus ses proches et tenait des propos incohérents.
    https://www.iranhumanrights.org/2012/12/dadkhah_lawyer/
    Qu’en est-il au bout de 4 ans ?
    Aucune nouvelle de lui depuis décembre 2012 sur Internet.
    Mon Dieu, aie pitié de lui. Souviens-toi de l’intégrité de cet homme qui a défendu des chrétiens dans son pays. Fait jsutice à cet homme de bonne volonté.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »