Lycéennes nigérianes : controverse et contradiction sur la vidéo de Boko Haram


Hier, le site Internet sénégalais Xibaaru rapportait des informations en provenance d’Abuja (Nigéria). Selon un porte-parole de l’État de Borno, une étude de la vidéo diffusée par Boko Haram et montrant des jeunes filles psalmodiant une sourate du coran, aurait permis d’en identifier 77 : « « À ce jour [14 mai], 77 des filles présentes sur la vidéo ont été identifiées par des parents, des élèves, parmi lesquelles des rescapées de cet enlèvement de masse, des enseignants, des agents de sécurité et des officiels du gouvernement », précise un communiqué du porte-parole de l’État de Borno. « Toutes les filles sur la vidéo semblent faire partie des filles enlevées, mais le gouverneur Shettima [de l’État de Borno] insiste pour que les noms de toutes les filles soient établis et comparés avec ceux enregistrés sur les registres de l’école et de la sécurité. Cette comparaison sera faite aujourd’hui (mercredi), alors que l’exercice d’identification se poursuit jusqu’à ce que chaque personne sur cette vidéo soit nommée », poursuit le communiqué.

Selon le site étatsunien Baptist Press du 13 mai, la vidéo pourrait bien être un trucage destiné à fourvoyer ceux qui l’analysent. Le site rapporte les propos d’un « expert nigérian », Adeniyi Ojutiku, un Baptiste du Sud vivant au États-Unis et fondateur de l’association Lift Up spécialisée dans l’étude du Nigéria contemporain. « Ce ne sont pas les jeunes filles enlevées », affirme-t-il. « C’est un mensonge destiné à faire croire au monde que les jeunes filles sont toujours ensemble [personne ne le soutient puisqu’on ne peut dénombrer qu’environ 130 jeunes filles sur la vidéo, alors que 223, probablement, ont été enlevées], et à égarer les observateurs sur la localisation de l’endroit où elles se trouvent car les gens vont observer la végétation, l’environnement. Les gens [de Borno] disent que la récitation du coran par ces filles ne donne pas l’impression qu’elles sont néophytes dans la foi islamique. Sur la base de la récitation, il y a un indice que ce groupe de jeunes filles appartient à l’islam depuis longtemps en raison de l’inflexion, de la manière dont elles récitent [les sourates], l’intonation et toutes ces choses ne donnent pas un indice qu’elles sont néophytes en matière de coran. Les jeunes filles psalmodient avec beaucoup de fluidité, avec une bonne connaissance du chant. Et l’inflexion des voix indique qu’elles ne sont pas des néophytes de ce chant ». La veille, pourtant, les spécialistes étatsuniens du renseignement, soutenaient qu’il n’y avait aucune raison de mettre en doute l’authenticité de la vidéo. On pourra aussi rappeler que sur le nombre probable de 223 jeunes filles enlevées, une quinzaine, au moins, étaient des musulmanes donc tout à fait à l’aise avec le chant musulman, la connaissance de la langue arabe. C’est peut-être leurs voix qui ont été mises “en avant” dans la prise de son de cette vidéo, les jeunes filles chrétiennes faisant semblant de réciter ou marmonnant le sourate qu’on aura du leur faire répéter pendant des jours : souvenons-nous qu’elles ont été enlevées le 14 avril alors que la vidéo n’a été diffusée que le 12 mai

Sources : Xibaaru, Baptist Press

Un commentaire
  1. Françoise

    17 mai 2014 à 17 h 48 min

    Le mystère et le désarroi s’aggravent … demandons à Dieu de nous sortir de cette nuit de désinformation tragique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3287 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter