Nigéria : un nouveau raid de musulmans peuls cause la mort de 34 innocents


Dimanche 13 novembre dernier, un parti d’environ 200 peuls musulmans a attaqué des villages, peuplés essentiellement de chrétiens, dans la région de Karu (sud de l’État de Kaduna), causant la mort d’au moins 34 villageois, hommes, femmes et enfants. Environ 100 habitations et plusieurs églises ont été réduites en cendres. On estime que 4 000 villageois ont pris la fuite. Un détachement de l’armée nigériane est arrivé tardivement sur les lieux et après le massacre. Les musulmans peuls deviennent, à certains égards, plus dangereux que Boko Haram pour les chrétiens nigérians dans la partie centrale du Nigéria. Selon International Christian Concern 826 chrétiens ont été tués et 878 autres blessés lors de raids menés par ces musulmans peuls entre janvier 2013 et mai 2016, 102 églises ont été détruites ou endommagées au cours de cette même période.

Source : International Christian Concern (ICC), 17 novembre

3commentaires
  1. Romain

    18 novembre 2016 à 17 h 26 min

    L’ONU, les médias, ou-êtes vous ?

    Comment dites-vous ? Ça ne vous intéresse pas ?

    Répondre
  2. Manuel

    19 novembre 2016 à 1 h 34 min

    C’est horrible ce qui se passe au Nigéria. Ce pays est en quelque sorte isolé de la scène internationale, ce qui profite bien aux bourreaux. Le gouvernement, où est-il? Que fait-il? Les peuls sont extrêmement violent et ne vont pas s’arrêter comme cela dans le désir de conquête et de persécution.

    Répondre
  3. Françoise

    19 novembre 2016 à 12 h 39 min

    L’inaction du gouvernement nigérian montre qu’il doit être musulman et complice de ces massacres répétés d’innocents chrétiens par les musulmans peuls.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 5105 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter