Soudan du Sud : les radios catholiques menacées


Une manière comme une autre de faire taire les voix des chrétiens : les taxer au-delà du raisonnable. Il y a 9 radios appartenant au CRN : il devrait donc débourser 49 500 US$ par an pour avoir l’autorisation d’émettre…

L’Autorité nationale des Communications [National Communications Authority, NCA] a imposé des taxes annuelles très élevées en vue de l’enregistrement des stations radiophoniques locales. Il s’agit d’un défi important pour l’ensemble des stations appartenant au Réseau des radios catholiques [Catholic Radio Network, CRN], en ce que certaines de celles présentes au Soudan du Sud seraient contraintes à fermer, ne pouvant faire face à de tels coûts. Au cours d’une rencontre de coordination qui vient de s’achever à Djouba, le Père Elario Bazia Boro, directeur d’Anisa Radio, station du diocèse de Tombura-Yambio, a déclaré que le ministère national de l’Information a demandé à toutes les stations appartenant au CRN une taxe d’enregistrement de 5 500 US$ par an. Dans la note parvenue à Fides, le Père Elario Bazia Boro ajoute qu’aux radios privées est demandé le versement annuel de 20 000 US$ et aux stations gouvernementales le paiement de 1 500 US$ par an. « Les stations du CRN sont des radios sans but lucratif, servant principalement à des fins religieuses et sociales » a expliqué le Père Elario Bazia Boro, promettant aux auditeurs d’Anisa Radio à Yambio que le CRN continuera à dialoguer avec le gouvernement pour résoudre la question à l’amiable.

Source : Agence Fides, 16 mai

3commentaires
  1. Françoise

    18 mai 2018 à 10 h 53 min

    Je croyais que le Soudan du sud était chrétien !!! mais si l’initiative vient de Khartoum, rien d’étonnant.

    Répondre
  2. Charlotte Parc

    19 mai 2018 à 4 h 21 min

    Depuis la fameuse phrase de De Gaulle on parle souvent de « l’Orient compliqué ». Mais que dire alors de l’Afrique subsaharienne et de ses conflits inter-ethniques ?

    Le Sud-Soudan est un pays indépendant depuis 2011, et après des décennies de guerre civile entre Soudanais du nord, musulmans, et du sud, chrétiens et animistes.
    Le Sud-Soudan est peuplé de Sud-Soudanais qui sont à 60 % chrétiens : catholiques majoritairement Dinkas et protestants majoritairement Nuers, à 32-33 % d’animistes et de 6 à 7% de musulmans.
    Mais une nouvelle guerre civile a débuté dès l’indépendance en 2011 au Sud-Soudan pour des raisons de conflit de personnes à la tête de l’état entre président et premier ministre, sous- tendue par un différend ethnique, chaque ethnie se battant pour son représentnant.

    Et comment une puissance étrangère (Khartoum, Soudan) peut-elle imposer à des organismes d’un autre pays, qui ne relèvent donc pas de son autorité, des redevances qui s’apparentent à un impôt ?

    Par ailleurs, le président du Sud-Soudan est bien toujours Salva Kiir, qui est catholique ? Non ?
    Alors pourquoi de telles mesures ?

    Qui peut nous donner des explications compréhensibles, aux Français cartésiens que nous sommes ?

    Répondre
    • robatche

      19 mai 2018 à 15 h 21 min

      Je comprend parfaitement votre incompréhension de cette problématique sud- soudanaise; en fait la cause principale des difficultés actuelles de ce pays est comme vous l’avez écrit le conflit de personne,à cevi s’ajoute le grave problème des conflits à base ethnique,qui est un mal africain agravé par certains colonisateurs.
      La seule solution pr ce pays est la constitution d’un état fort où chaque ethnie aura une vraie place et participera aux progrès de la nation(un peu le modèle Ethiopien,qui connait par ailleurs une belle croissance économique).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3287 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter