Éternuement : petite leçon de religieusement correct d’un journaliste étatsunien


sneezing1

Ariel Scotti, journaliste au quotidien newyorkais Daily News a publié le 16 mars un éditorial intitulé « Il est grand temps qu’on cesse tous de dire : “Dieu vous bénisse” ». C’était un éditorial consacré à l’éternuement. Ariel Scotti devait être en manque d’inspiration pour choisir un tel sujet, mais je crois plutôt qu’il voulait donner une petite leçon de religieusement correct. Lorsque quelqu’un éternue dans votre entourage, l’usage français d’aujourd’hui veut qu’on lui dise : « À vos souhaits ! ». C’est un usage moderne qui remonte aux “Lumières”, ce qui est suspect…Mais, quand l’Europe était encore en chrétienté, il en allait tout autrement. Au début du XVIe siècle, Érasme tenait que « c’est chose religieuse de saluer celui qui éternue (…) S’il arrive d’éternuer en présence de quelqu’un […] il faut faire le signe de la croix, puis soulever son chapeau pour rendre la politesse aux personnes qui ont salué ». Les Anglo-Saxons ont gardé ces manières que l’on peut qualifier de bonnes. Si quelqu’un éternue dans leur entourage, ils utiliseront la formule : « God bless you », que Dieu vous bénisse. C’est ce qui insupporte Ariel Scoti et pourquoi il demande qu’on cesse d’utiliser cette formule. Au nom du « politiquement correct religieux », précise-t-il. Il s’en explique : « Vous ne connaissez pas la personne que vous bénissez, et elle pourrait bien ne pas être réceptif à votre amabilité offerte à l’aveuglette. Des athées, par exemple, pourraient répondre à votre bénédiction par un froncement de sourcils. Une personne d’une autre foi que la vôtre pourrait ne guère apprécier votre bénédiction s’il la perçoit comme venant d’une personne d’une autre foi que la sienne (voire potentiellement opposée) à la sienne ».

Bof ! C’est un détail me direz-vous… Oui, bien sûr. Mais rappelez-moi : où se cache le diable ?

Source : Daily News, 14 mars

7commentaires
  1. Charlotte Parc

    19 mars 2017 à 0 h 26 min

    Cf. l’article « Éternuement » pages 325-326 dans le 2ème tome du « Dictionnaire historique des cultes religieux établis dans le monde depuis les origines jusqu’à présent » de Jean-François de la Croix édité en 1775 chez Vincent, imprimeur-libraire, rue des Mathurins à Paris, Hôtel de Clugny

    https://books.google.fr/books?id=L5YCAAAAQAAJ&pg=PA325&lpg=PA325&dq=%C3%A9ternuement+et+religion&source=bl&ots=9JCIC5ni4l&sig=ypF_ZoN305ifmwKBaVOyiaKRQKM&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwip4v3yiOHSAhWFhiwKHbxFAxI4ChDoAQhNMAk#v=onepage&q=%C3%A9ternuement%20et%20religion&f=false

    Cette « politesse » de dire quelque chose à quelqu’un qui éternue est aussi vieille que l’humanité !
    L’ignorance scientifique de l’origine physio-pathologique de ce symptôme réflexe est à l’origine de croyances toutes plus extravagantes les unes que les autres, sinon qu’en période épidémique, les postillons des éternuements (non protégés par une main placée devant la bouche et le nez) sont (véritablement, ça ce n’est pas une croyance irrationnelle) à l’origine d’une dissémination de l’épidémie.

    Ce Jean-François de la Croix écrivait dans cet article : « On reconnoit jusques dans ces fictions la trace de la tradition & de l’histoire, qui placent long-temps avant l’établissement du Christianisme l’époque de cette politesse qui est enfin devenue un des devoirs de la vie civile. Elle étoit regardée comme très-ancienne, dès le temps d’Aristote qui en ignoroit l’origine,& en a cherché la raison dans ses Problèmes. Il prétend que les premiers hommes, prévenus des plus hautes idées en faveur de la tête qui est le siége principal de l’ame, cette substance intelligente qui gouverne & anime toute la masse, ont étendu leur respect jusques sur l’éternuement qui est une de ses opérations la plus manifeste & la plus sensible : de-là ces différentes formules de compliments usités, en pareilles occasions, chez les Grecs & chez les Romains. « Vivez ! Portez-vous bien. Que Jupiter vous conserve ! »

    Donc que ces formules de politesse aient pu être christianisées à une certaine époque, que « notre » Jean-François de la Croix fait remonter au pape Grégoire le Grand qui aurait préconisé de « faire des souhaits en faveur de ceux qui éternuait », n’y change rien : ce sont des superstitions qui n’ont aujourd’hui d’autres raisons d’être que de charmantes traditions qui nous relient à l’ignorance de nos ancêtres, nous rappelant par la même occasion que dans quelques siècles , si le Seigneur n’est pas revenu avant, notre 21è siècle sera sans doute regardé avec ce même regard amusé porté sur une époque révolue d’ignorance crasse.

    Je pense sincèrement que le Seigneur n’a que faire de ce respect ou non-respect de ces us et coutumes, même christianisés. Ce qui lui importe c’est la disposition de notre cœur à nous reconnaitre pêcheur devant Lui, à Lui faire confiance pour notre salut, à L’aimer, Lui obéir en Le servant et en servant nos frères et sœurs. « Tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes. » Col 3,23 « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » Matthieu 7,31
    On peut ânonner machinalement des milliers de « Que Dieu te bénisse » dans n’importe quelle langue de la terre, ce n’est pas cela qui fera de nous un vrai chrétien. Mais il n’y a bien évidemment aucun mal à ce qu’un vrai chrétien prononce cette phrase en appelant réellement de tout son cœur la bénédiction de Dieu sur la personne à laquelle il s’adresse. L’important est dans la disposition du cœur et l’intention, pas dans la « formule magique ».

    Répondre
  2. secoltine

    19 mars 2017 à 8 h 25 min

    Il me semble que le Coran reconnaisse l’éternuement comme un bienfait qui servirait à recracher le diable qui se sert du baillement pour entrer dans le corps.
    Eternuer c’est halal, bailler, c’est haram.
    Donc une personne « d’une autre religion » ne s’offusquera pas si on lui dit « god bless »

    Répondre
  3. Katia

    19 mars 2017 à 8 h 32 min

    Elle devrait aussi changer son prénom:
    Ariel en hébreu « le lion de Dieu »!
    L’hymne anglais devrait aussi changer le « God save the Queen »!!
    Tout est formule à épurer et effacer toute référence religieuse mais n’oublions pas que » la nature a horreur du vide »si on efface Dieu on permet au Malin de s’installer!!

    Répondre
    • Charlotte Parc

      19 mars 2017 à 22 h 00 min

      …et retirer de tous les billets, pièces de monnaie et autres objets officiels, l’officielle devise états-unienne « In God we trust »
      Je me trompe peut-être, mais je pense qu’Ariel Scotti est UN jeune journaliste (master de journalisme en 2014) et non UNE.

      Les Hollandais (je parle des habitants des Pays-Bas, pas des autres bien sûr !) ont aussi pour devise secondaire « God zij met ons » (en néerlandais dans le texte) càd « Dieu soit avec nous » frappée sur la tranche des pièces de 2 euros, version néerlandaise.
      Personne n’a encore songé à changer cette devise ?

      Répondre
  4. Marie Claude

    19 mars 2017 à 13 h 47 min

    …et ne nous faisons plus d’adieux!…Quelle incongruité,ce terme,si l’on recherche le sens originel de cette expression!!
    Mon Dieu! Je souhaite à ce journaliste de suivre au plus vite une sérieuse psychothérapie!

    Répondre
  5. Jacques

    20 mars 2017 à 10 h 31 min

    Le mieux est de mépriser ces anticléricaux et de refuser d’ouvrir quelque débat que ce soit avec ces païens.

    Répondre
  6. Katia

    20 mars 2017 à 19 h 33 min

    @ Jacques,

    Êtes -vous certain que ces gens soient sensibles à notre mépris ?
    Saint Augustin avait tout compris en son temps,finirons-nous par tout approuver!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter