Civitas, Femen et le mystère du “brassard orange” : retour sur images


Que n’ai-je pas lu dans la große presse, que n’ai-je pas entendu dans les bulletins d’information des radios et des télévisions sur les violences physiques faites à des femmes (les Femen) par l’Institut Civitas – pris dans sa globalité – lors de sa manifestation du 18 novembre à Paris ! Ce n’est bien sûr qu’un mensonge, mais un mensonge hélas assimilé – j’en ai lu des commentaires idiots de catholiques… – par bien des Français à force d’être asséné en boucle. Les médias qui nous dressent ont fait leur cette règle du peu regretté Joseph Goebbels, au lendemain de l’incendie du Reichtag en 1933 : « Plus le mensonge est gros, plus il passe. Plus souvent il est répété, plus le peuple le croit »… Le préjudice porté – et orchestré – par les médias contre l’Institut Civitas sera bien difficile à effacer. Pourtant, les faits ne correspondent à l’image qu’ont donnée les médias de cette provocation soigneusement préparée des Femen. Revenons donc sur les faits et au moyen d’images

D’abord une courte vidéo connue, mais qui montre la confusion initiale et les efforts du service d’ordre de Civitas – portant des gilets jaune fluo et donc bien indentifiable – pour repousser ces furies mais aussi ceux qui voulaient leur faire un mauvais sort et tenter de protéger les premières des seconds…

À présent, et avant de poursuivre, je veux rendre hommage ici à un blogue discret, Crill17, que dirige une très vieille et très estimable connaissance… Grâce à un petit fil de discussion, suivant d’ailleurs la mise en ligne sur ce blogue d’un article de L’Observatoire de la Christianophobie sur les Femen, un certain “tarasboulba”, qui n’a pas les yeux dans ses poches, a fait, le 22 novembre, un commentaire qui ne manque pas d’acuité…

Il attire, d’abord, notre attention sur un détail : un homme, tout de noir vêtu, portant une cagoule, une casquette et une capuche qui la couvre, s’apprête à donner un coup de son pied droit à une Femen qui vient d’être séparée de la manifestation. Observez bien la tenue du personnage, le dessin de sa basket (de la marque Adidas) et la personne – sans doute de l’organisation de Civitas – qui tente de le repousser tout en protégeant la Femen

(source)

L’image sui suit est une capture d’écran de la vidéo ci-dessus. Elle a été prise sous un autre angle mais, à quelques secondes près, au même moment. Vous “reconnaîtrez” le personnage à la basket et observerez, sur la manche gauche de son blouson en haut un autocollant et sur l’avant-bras un brassard orange.

(source)

Troisième image, prise un peu plus tard, par un photographe de Paris Match et que l’hebdomadaire légende ainsi : « Des manifestants anti-mariage homosexuel pourchassent les féministes de Femen.Photo Etienne Laurent/EPA/MaxPPP ». Vous reconnaîtrez, à gauche du cliché, le personnage déjà vu sur les deux précédentes photos et qui se lance dans la chasse aux Femen. L’autocollant deviné sur la capture d’écran est plus visible, mais, la chose ne saurait vous échapper, le brassard orange a disparu…

(source)

La question que je me pose, que je vous pose et que je pose à l’Institut Civitas et aux services de polices qui étaient présents sur place pour encadrer la manifestation ou en comptabiliser les participants : qui était, ce jour là, autorisé à porter un brassard orange ?

 

46commentaires
  1. Pingback: RCS » Blog Archive » Et s’il s’avérait que l’opération FEMEN soit une opération ” faite main de police soviétique ” ? |

  2. Jean Theis

    29 novembre 2012 à 14 h 19 min

    Hélas j’ignore la signification du brassard orange…

    Répondre
  3. Richard Castiglione

    29 novembre 2012 à 14 h 21 min

    Le brassard n’était là que pendant l’opération de provocation à seule fin de ne pas être confondu avec de « vrais » casseurs à éventuellement tabasser.
    Cela transpire la provoc d’Etat sans aucune finesse de plan.

    Répondre
  4. Pingback: » Femen : Un flic en civil parmi les assaillants ? |

  5. louison

    29 novembre 2012 à 16 h 36 min

    Le « brassard orange » est un BRASSARD POLICE mis à l’envers comme signe de reconnaissance et susceptible d’être brandi ou mis à l’endroit en cas de besoin, par ex.avec les policiers en uniforme.

    Répondre
  6. Denis Merlin

    29 novembre 2012 à 16 h 52 min

    Les tenues de prostituées bafouent la culture française.

    1. On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques (…)- que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, ainsi qu’à l’exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d’un développement durable.

    2. Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :

    (…)
    (c) les pratiques sociales (…);

    3. On entend par « sauvegarde » les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.

    4. On entend par « Etats parties » les Etats qui sont liés par la présente Convention et entre lesquels celle-ci est en vigueur.
    (…)

    Article 11 : Rôle des Etats parties

    Il appartient à chaque Etat partie :

    (a) de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire ;

    http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=17716&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

    Le droit à la culture, donc les droits de l’homme s’opposent donc à ce que des étrangères viennent bafouer la culture de l’Etat hôte.

    Répondre
  7. Pingback: La police est-elle complice des Femen ? | Chrétienté Info |

  8. L'indigné

    29 novembre 2012 à 18 h 05 min

    Je croyais qu’il était désormais interdit de porter une cagoule dans une manifestation ?
    Donc si cette personne a pu circuler encagoulée sans se faire attraper, c’est qu’elle possédait des sauve-conduits qui l’empêchaient d’être arrêtée.
    Serions-nous revenus à l’époque de la guerre d’Algérie, aux temps des actions provocatrice de « barbouzes » chargées de contrer les actions de l’O.A.S. ?
    Ce genre de méthode peut conduire loin. Rappelons-nous la fusillade mortelle de la rue d’Isly (plusieurs centaines de manifestants pacifiques qui furent abattus à la mitrailleuse) !

    Répondre
  9. Paul-Emic

    30 novembre 2012 à 9 h 11 min

    coups montés, provocations sont une vielle tradition de l’État français, mais là c’est vraiment lourdaud. Serait-il aux abois ?

    Répondre
  10. Gisèle

    30 novembre 2012 à 9 h 42 min

    De toutes façons à entendre les  » pauvres  » moutons télé-audio formatés que je rencontre , vos explications ici entre convaincus ne font rien avancer . Vu que ce qu’ils retiennent des infos  » nationales  » , assimilable à de la  » lecture rapide  » a déjà percuté leur pauvre cerveau . Ils restent sourds à toute logique contradictoire .
    «  » » LES SCENARISTES «  » » de ces «  » troubles «  » le savent .
    Le mal est fait , en ces temps où le «  » grand menteur «  » s’en donne à coeur joie dans les ténèbres environnantes , la seule solution , c’est la LUMIERE DIVINE ; Demandons la avec confiance et nous serons exaucés .

    Répondre
  11. Gisèle

    30 novembre 2012 à 9 h 55 min

    Re visitez ces images en coiffant ces dames d’une certaine casquette , en leur ajoutant un brassard tristement célèbre , en les chaussant de bottes et en leur ajoutant cet attribut masculin si convoité par elles , une moustache …..mais en leur laissant le reste de leurs  » atours noirs  » et vous serez revenus quelques 73 ans en arrière .

    Répondre
    • heraclite

      5 décembre 2012 à 1 h 28 min

      Faire le rapprochement entre ces harpies grotesques et les SS est tout simplement bouffon.

      Répondre
  12. Robert Marchenoir

    30 novembre 2012 à 11 h 12 min

    « Qui était, ce jour là, autorisé à porter un brassard orange ? »

    Je sais bien qu’il y a des loi sur tout et pour tout dans spéhi, mais depuis quand faut-il une autorisation pour porter un brassard orange ? Et pour porter une casquette bleue, il faut un permis, aussi ?

    Vous pensez sérieusement que l’extrême-droite manque d’hommes de main décidés à en découdre physiquement avec leurs adversaires ? Il suffit de lire les commentaires de Fdesouche pour s’apercevoir qu’un nombre tout à fait respectable de membres de la « mouvance » approuvent sans réserve les violences inutiles et excessives exercées contre les Femen.

    Pensez-vous que tous ces commentateurs, dont les pseudonymes sont souvent connus, soient des provocateurs issus des rangs de la police ?

    Répondre
    • Daniel Hamiche

      30 novembre 2012 à 11 h 19 min

      @Robert
      Je l’ignore… C’est pourquoi je pose la question. Et j’attends des réponses…

      Répondre
  13. Pingback: Attaque des Femen contre Civitas : la police n’a pas bougée | Chrétienté Info |

  14. Joseph

    30 novembre 2012 à 12 h 49 min

    Dans toutes les manifestations catho. (Reims,lepape;paris,ecole libre) j’ai remarqué qu’il y a toujours eu des provocateurs anticathos, je les appellerai Voltairiens, qui poussent à l’excès, contre la police, contre les manifestantsqu’ils jugent trop tièdes. Il faudra donc se préparer à d’autres plus tard.

    Répondre
  15. Rouméas

    30 novembre 2012 à 13 h 21 min

    Une question me trotte dans la tête: comment se fait-il qu’un (des) homme(s) (mais aussi d’éventuelles femmes ) cagoulé n’est pas été immédiatement repéré et maîtrisé ?
    Cacher son visage est non seulement lâche mais c’est aussi une agression par le refus de la relation à l’autre (burqua). Ceux qui se cachent ont nécessairement une raison inavouable pour le faire surtout dans de telles circonstances.
    Il est totalement inadmissible qu’un tel comportement soit laissé pendant une manifestation sans intervention immédiate. Non seulement le service d’ordre doit intervenir mais les manifestants avertis avant la manif doivent aussi aider à les maîtriser ainsi d’ailleurs que les provocatrices ( et éventuels provocateurs). En effet c’est maintenant une chose connue et classique qu’il y a de tels actes pendant certaines manifestations dans le but de manipuler l’opinion public.
    Il n’y a d’ailleurs pas besoin d’être un spécialiste pour comprendre que tout cela était parfaitement organisé. Je ne serai même pas étonné que certaines de ces personnes soient diligentées par des services spéciaux à la solde d’idéologies, de lobbies, de … RG … ?
    Aujourd’hui il faut être particulièrement vigilant pour dans la mesure du possible éviter de se faire piéger.
    Enfin il faut noter que si l’ont écoute attentivement ont entend distinctement plusieurs fois dans la vidéo le service d’ordre crier « ne frappez pas » « arrêtez de frapper »…
    Il faut aller plus loin et anticiper tout cela avant la manif par une préparation plus poussée.
    Beaucoup de personnes ne participent pas aux manifestation à cause de cela !!!

    Répondre
    • Daniel Hamiche

      30 novembre 2012 à 15 h 22 min

      @Rouméas
      Je vous suggère d’offrir vos services aux organisateurs pour les aider…

      Répondre
      • Romain Pinaud

        2 décembre 2012 à 17 h 43 min

        Et surtout : qu’est ce que le mot bourqua (burka pour utiliser l’orthographe officielle) vient faire dans ce sujet ? Maintenant, le fameux homme cagoulé au brassard est une femme musulmane ?

        Répondre
  16. Nono

    30 novembre 2012 à 16 h 09 min

    Les agents des renseignements généraux ont souvent pour habitude de se coller des autocollants ou de porter des brassard lors des manifestations. Ils sont très peu discrets… Évidemment les RG étaient au courant de cette contre-manifestation « femens ». Elle a sans doute été encouragée, le scénario écrit de toute pièce. Seul problème : devant les caméras, on ne voit pas assez de coups gratuitement donnés, aussi « l’agent orange » s’est t-il porté volontaire pour offrir le spectacle attendu.

    Répondre
    • Robert Marchenoir

      30 novembre 2012 à 16 h 50 min

      Les Renseignements généraux n’existent plus.

      Qu’est-ce qu’il y avait marqué sur leurs autocollants, du temps où ce corps existait encore ? « Agent provocateur infiltré » ? Et sur leurs brassards ? « Flic en civil » ?

      Répondre
      • Paul-Emic

        1 décembre 2012 à 9 h 18 min

        Ils existent toujours et ont changé de nom pour s’appeler direction centrale du renseignement intérieur : DCRI.
        Si le nom a changé, pas les méthodes.
        Robert vous êtes étonnamment pro-gouvernement sur ce coup. Vous nous étonnez.
        C’est vrai que sur ce débat c’est la seule solution qui reste pour jouer les provos.

        Répondre
        • Robert Marchenoir

          1 décembre 2012 à 15 h 47 min

          « Robert vous êtes étonnamment pro-gouvernement sur ce coup. Vous nous étonnez. »

          Je suis pro-vérité. Toutes mes excuses. C’est une sale habitude de ma part. Ca étonne régulièrement pas mal de gens, en effet.

          Indépendamment de cela, je vois mal en quoi je serais « pro-gouvernement sur ce coup ». Ne pas gober, sans la moindre preuve, les hurlements militants que j’entends à l’identique depuis des décennies, en provenance de l’extrême-gauche comme de l’extrême-droite, selon lesquels tout est de la faute de la méchante police qui fait rien qu’à saboter les nobles mouvements revendicatifs avec des provocateurs infiltrés, ce serait être pro-gouvernement ?

          Comme le disait, d’une façon qui se voulait insultante, un haut fonctionnaire américain de l’administration Bush, à un journaliste qui lui posait des questions un peu trop pertinentes, je suis « reality-based ».

          Répondre
          • Robert Marchenoir

            1 décembre 2012 à 15 h 53 min

            D’autre part, malgré les fantasmes des militants de tous bords, les « méthodes » des Renseignements généraux n’ont jamais consisté à faire du sabotage. Les méthodes des RG, comme leur nom l’indique, consistaient à faire du renseignement. Et notamment du renseignement politique.

            Les policiers des Renseignements généraux travaillaient à visage parfaitement découvert, ils se rendaient dans le réunions politiques ès-qualités.

            Le gouvernement a fini par considérer avec raison que cela ne servait pas à grand’chose de payer, sur fonds publics, des journalistes-fonctionnaires tenus au secret, mais qui ne lui en apprenaient pas davantage que les vrais journalistes.

          • Daniel Hamiche

            1 décembre 2012 à 15 h 55 min

            @Robert
            Rien, dans les deux articles publiés sur cette affaire, n’incrimine des fonctionnaires des anciens RG. C’est ailleurs qu’il faudrait porter le regard…

          • Robert Marchenoir

            1 décembre 2012 à 16 h 01 min

            J’ai bien vu, Daniel. Cette imputation a été faite dans les commentaires, pas dans l’article. On la retrouve ici ou là.

  17. Melmiesse

    30 novembre 2012 à 21 h 09 min

    ce que je ne comprends pas c’est que l’on voit les contre-manifestants arriver et repartir facilement or il y a quelques années j’étais à Paris au moment d’une manifestation inter-syndicale de fonctionnaires; toutes les rues les ponts les entrées de métro étaient barrés par la police; les rames de métro sans arrets nous ont contraints à 1h de marche; par ou sont arrivées ces Femen?

    Répondre
  18. rosalie

    30 novembre 2012 à 21 h 32 min

    il y a une chose à tirer de cette sordide affaire, c’est qu’il faudra être très vigileant pour la prochaine manifestation, il y aura encore de faux casseurs qui semeront la violence. C’est vieux comme judas. Il faudra un service d’ordre avec appareil photo, caméra, iphone pour ne plus laisser le doute sur rien et surtout une connaissance absolue de chacun. Cette histoire est dingue. Merci pour le 13 janvier de former le service d’ordre à faire face, car nous serons très nombreux et ils essayeront tout.

    Répondre
      • Notwiadomy

        1 décembre 2012 à 13 h 01 min

        C’est ironique ? Quoi de plus à facile à se procurer que cet autocollant auprès des militants nationalistes ? il n’allait pas arborer sa médaille de flic, quand même ?

        Pauvre Caroline Fourest : si elle veut se lancer dans le théâtre, le cinéma, la mise en scène, la direction d’acteurs, elle a encore beaucoup de boulot. Son discours au “Grand Journal” le 19 novembre aussi sentait son récité – mal – et avait du mal à convaincre même son public conquis d’avance. Bosse, ma grande !

        “Charlie Hebdo”, “le Monde” et Edwy Plenel en auxiliaires du ministre de la Police, on avait déjà vu ça. Quelques Femen, probablement sincères, manipulées par nos inverties. (Je rappelle qu’il y a quelques semaines, les Femen ukrainiennes avaient eu droit à un article plutôt favorable dans “Rivarol”. À rechercher.))

        Répondre
  19. Pingback: Le mystère du “brassard orange” : quelques compléments… | L'observatoire de la Christianophobie |

  20. service d'ordre civitas

    1 décembre 2012 à 16 h 13 min

    Bonjour,

    1) Personne n’était autorisé ou pas à porter un brassard orange, il s’agit de brassard qu’on achète pour les cyclistes etc. Je suppose sans certitude qu’il s’agit d’un responsable d’un des groupes d’extrême-droite qui manifestaient ce jour-là en fin de cortège et plus précisément je pense (à cause de l’autocollant rectangulaire) du groupe « Jeunesses nationalistes » avec lequel je partage certaines idées mais qui ce jour-là a bien plus effrayé les manifestants (chants, slogans et saluts) que les 2 minutes de Femen elles-mêmes. Vous reconnaîtrez peut-être cet autocollant (rectangulaire blanc avec un aigle) sur d’autres videos.

    2) Pour bien comprendre toutes les videos qui ont circulé sur internet, à part effectivement l’homme en manteau qui protège une des femen (et un autre qui l’accompagnait), tous les membres du service d’ordre sans exception portaient un gilet jaune fluo (vert fluo pour les chefs d’équipe). On peut leur reprocher de ne pas avoir suffisamment protégé les Femen de quelques énervés (ils l’ont fait dans la mesure de leurs moyens) mais leur rôle était avant tout de protéger les manifestants et ils ne pouvaient pas s’éloigner du cortège. Rappelons que le service d’ordre, c’étaient seulement des cathos bénévoles et volontaires, qui ont été à 99,99% très corrects avec les Femen même quand il a fallu leur prendre les extincteurs (j’en faisais partie) et que nous pensions qu’il s’agissait de lacrymo (cela piquait effectivement un peu les yeux).

    3) il se peut malgré tout qu’il y eût quelques provocateurs infiltrés (je n’en sais rien)mais malheureusement ils n’étaient même pas nécessaires.

    La leçon de cette manif est la manipulation des images, sorties volontairement de videos pour donner l’impression (je pense à deux surtout à deux photos qui ont été très diffusées) que les Femen recevaient des coups d’extincteur alors que c’était le moment où on le leur prenait des mains et le manque de fair-play des Femen qui ont largement accusé le service d’ordre de Civitas alors que nous leur avons évité de prendre davantage de coups, coups qui se sont résumés à quelques coups de pieds aux fesses assez bien mérités et surtout très largement recherchés afin de faire le buzz, buzz très réussi grâce à nos médias.

    Un lien un peu amusant qui raconte ce qui s’est passé pour ceux qui ne connaissent pas : http://www.youtube.com/watch?v=Wsn8BNq5Xjs

    Répondre
  21. Isabelle

    1 décembre 2012 à 21 h 31 min

    Voilà ce que je trouve dans « Le Monde » au sujet des manifs contre l’Ayrauport :

    « La LDH déplore notamment une « utilisation démesurée des forces de police avec le déploiement de plusieurs centaines de gendarmes, l’usage du flash-ball — pour la LDH, cette arme ne doit pas être mise en ouvre dans le cadre de manifestations—, de grenades assourdissantes et des policiers infiltrés parmi des occupants de la Zone ».

    Plusieurs personnes, dont un CRS et un gendarme déguisé en manifestant, ont été blessés lors d’affrontements dans le secteur les 24, 25 et 26 novembre. Dans une lettre ouverte adressée cette semaine au préfet de Loire-Atlantique, une praticienne affirmant avoir soigné des opposants sur place le week-end dernier dénombre une trentaine de blessés, dont douze touchés par « des tirs de Flash-Ball » et six par des éclats de « bombes assourdissantes ».
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/12/01/les-opposants-a-notre-dame-des-landes-denoncent-l-illusion-d-un-dialogue_1798849_3244.html
    Est-ce cette même stratégie qui aurait été utilisée pour Civitas ?

    Répondre
  22. Notwiadomy

    3 décembre 2012 à 15 h 41 min

    Moi, un conseil aux Femen, peut-être pour leur prochaine agression (prévue le 13 janvier ? mais il fera beaucoup plus froid que le 18 novembre, déjà glacial) ; et là, je parle en tant que mec – nationaliste, c’est bien ; mais aussi mec – : abandonnez les culottes hautes, ou les shorts, shorties – je sais même pas comment elles appellent ces trucs immondes, les gonzesses – , c’est hideux ! optez comme Julia Javel – la blonde à lunettes – et Éloïse Bouton (prostituée qui sait ce que tenue affriolante veut dire) – la rousse tatouée – pour la petite culotte noire classique, le porte-jarretelles et les bas noirs. Là, ça vaut le coup de se faire pécho par le SIT ; au moins, le militant se sera rincé l’œil avant de connaître les délices des geôles de la Ripouxblique.

    Répondre
  23. Vivelavie

    4 décembre 2012 à 8 h 56 min

    Bonjour, je venais vous dire que je suis féministes et qu’en discutant de cette affaires avec d’autres amis féministes on était très nombreux à dire cela
    « Elles n’auraient pas du se faire taper, les ignorer eut été la meilleure des solutions, mais elles ont été ridicules et donnent une très mauvaise image du féminisme ».
    Je n’aime pas du tout leur façon de se batre, se considérer comme une armée. Enfin bref, je les trouve ridicules.

    (Je voulais que vous sachiez qu’on pouvait être féministe et pour le mariage homosexuel et detester leurs actes)

    Répondre
    • Daniel Hamiche

      4 décembre 2012 à 9 h 02 min

      On peut aussi être respectueux des femmes, contre le “mariage” entre personnes de même sexe et trouver ces Femen ridicules. En tout cas, merci de votre témoignage…

      Répondre
  24. Pingback: Cassons aux FEMEN les couilles qu’elles n’ont pas | SITAmnesty |

  25. Pingback: Face à une dictature prête à toutes les forfaitures vers quels scénarios la puissance d’Internet peut-elle faire basculer Paris et la France ? [ ADDENDUM 14 h 15 ] « CRIL17 INFO |

  26. Pingback: AF Bordeaux » [Vidéo] L’agression des Femen : un coup monté de la police politique républicaine ? |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »