Dissolution des Femen : l’allocution de Daniel Hamiche


Voici le texte de l’allocution prononcée cet après-midi par Daniel Hamiche, rédacteur en chef de L’Observatoire de la Christianophobie, lors de la manifestation organisée par L’AGRIF place Vauban à Paris, pour la dissolution du groupuscule antichrétien Femen France.

Il vous a été dit : « Rendez à César ce qui est à César » et « Rendez à Dieu ce qui est à Dieu ».

Et moi je vous dis : « Rendez l’Ukrainienne à l’Ukraine ! »

En effet, s’il est juste et raisonnable de se rassembler si nombreux aujourd’hui à Paris pour exiger la dissolution du groupuscule atrocement antichrétien des Femen, fondé par l’Ukrainienne Inna Shevchenko, n’est-il pas tout aussi juste et raisonnable que l’Ukrainienne Inna Shevchenko soit déchue de son statut de “réfugiée politique” et sitôt expulsée du territoire national ?

Et voici pourquoi.

Le vendredi 17 août 2012, alors qu’un tribunal moscovite venait de condamner trois chanteuses “punk” du groupe Pussy Riot à deux ans de prison pour « incitation à la haine religieuse » lors d’une exhibition odieuse, le 21 février précédent, devant l’iconostase dans cathédrale orthodoxe du Christ-Sauveur de Moscou, Inna Shevchenko, assistée de plusieurs complices, sciait avec une tronçonneuse, en manière de “représailles”, un Crucifix de 4 m de haut surplombant la ville de Kiev. Ce Crucifix avait été érigée en 2004 par des catholiques en mémoire des millions de victimes ukrainiennes du communisme soviétique, torturées, assassinées, mortes de famine organisée – l’horrible Holodomor. La scène honteuse fut filmée et photographiée. La police de Kiev se rendit sur les lieux, ouvrit une enquête conformément au Code pénal ukrainien, mais ne procéda pas à l’interpellation d’Inna Shevchenko ce qui lui permis de fuir en France ce même mois d’août, munie d’un visa touristique de court séjour de 3 mois. Inna Shevchenko avait donc été prévoyante et le gouvernement français en accordant un visa à une criminelle de droit commun s’est rendu complice de son forfait.

Peu après son arrivée à Paris, où elle est hébergée provisoirement chez Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Inna Shevchenko peut établir dès le mois de septembre le quartier général et le camp d’entraînement des Femen au deuxième étage de l’immeuble occupé par la salle de concert Le Lavoir Moderne Parisien, subventionné par la Ville de Paris et le ministère de la Culture. C’est dans ce local qu’est concertée, sans doute sous la houlette de Caroline Fourest, la première agression anticatholique et violente des Femen, menées par Inna Shevchenko, contre la manifestation de Civitas à Paris le dimanche 18 novembre 2012. Notons, en passant, qu’à cette date le visa touristique d’Inna Shevchenko avait expiré… Elle était donc en situation irrégulière, mais les protections influentes qui ne lui ont jamais manqué, ont fait que les pouvoirs publics, une fois de plus, ont fermé les yeux sur le statut d’une personne qui, de toute évidence, n’était pas entrée en France pour y faire du tourisme !

Ce n’est que le 19 février 2013, c’est-à-dire 7 jours après son exhibition scandaleuse avec sept autres Femen dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, qu’Inna Shevchenko, bien conseillée, dépose une demande de bénéfice d’asile politique auprès de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) alors qu’elle est, je le répète, en situation irrégulière en France, qu’elle aurait donc du être expulsée, et qu’elle n’a pas à être protégée ne risquant dans son pays que d’être traduite devant un tribunal pour un délit de droit commun.

L’OFPRA, scandaleusement, lui accordera ce statut de “réfugiée politique” le 9 avril 2013, ce qui la met à l’abri de toute possibilité d’extradition vers l’Ukraine pour y répondre de son délit. Signalons qu’il faudra attendre trois mois pour apprendre l’octroi de ce statut…

Inna Shevchenko est donc, désormais, « placée sous la protection juridique et administrative » de la France et en devient même une icône puisque le 14 juillet  2013, le Président Hollande hilare dévoile, si je puis dire, depuis le Palais de l’Élysée, le nouveau timbre à l’effigie de Marianne dont le visage est inspiré de celui d’Inna Shevchenko. On croit rêver !

Mais ce n’est pas tout… Comme bénéficiaire du statut de “réfugiée politique”, Inna Shevchenko se voit attribuer le 4 décembre 2004 un « Document de voyage pour réfugié » valant passeport, accordé pour deux ans et qui permet à un réfugié en France de voyager dans certains pays étrangers. Inna Shevchenko inaugurera ce Document quelques jours plus tard, puisqu’il lui permet de se rendre le 19 décembre en Italie puis sur le territoire de l’État du Vatican pour se dépoitrailler place Saint-Pierre et y « avorter publiquement l’embryon de Jésus » comme le dit de manière répugnante un tweat de Femen France de ce jour-là !

J’arrête ici car j’ai déjà été trop long, pardon !

Mais voilà pourquoi, et j’y insiste, il faut « rendre l’Ukrainienne à l’Ukraine » !

Dissolution des Femen ? Oui, mille fois oui ! Mais nous devons aussi obtenir l’abrogation du statut de “réfugiée politique” d’Inna Shevchenko, le non renouvellement de son « Document de voyage pour étranger » et son expulsion immédiate du territoire national en lui souhaitant, par avance, un bon retour en Ukraine !

9commentaires
  1. Françoise

    8 février 2014 à 21 h 35 min

    Excellent ! Mille fois merci, Monsieur Hamiche.

    Répondre
  2. Sylvie

    9 février 2014 à 7 h 24 min

    À mille pour cent d’accord avec votre demande, cher Daniel Hamiche .
    Et merci pour les informations sérieuses et précises que vous nous donnez.
    J’ajouterai que si un de nos plus fameux comédiens s’est réfugié en Russie pour échapper à la Pompe à Phynances de Hollande, ce dernier devrait aller vivre en Ukraine avec la Femen qu’il a si bien reçue en France et à laquelle il a donné son nom .

    Répondre
  3. Jean-Marie

    9 février 2014 à 10 h 49 min

    Soyons perspicaces, la France est gouvernée par des
    socialistes néo-staliniens en retard d’une révolution (cf. Vincent Peillon : La Révolution française a échoué parce qu’on ne peut pas faire la révolution uniquement dans la matière, il faut la faire dans les esprits. Or on a fait la révolution essentiellement politique, mais pas la révolution morale et spirituelle.)
    Ils développent une politique établie sur une idéologie anti-chrétienne et démagogue, accompagnant la décadence des mœurs. Par la glorification d’une république laïcarde, en apparence seulement, l’État pèse de tout son poids sur la société et qui nous conduira tout droit vers une guerre civile annoncée.

    Répondre
  4. Goupille

    9 février 2014 à 12 h 06 min

    Sauf erreur, les demandeurs d’asile et autres réfugiés politiques touchent une allocation de subsistance de la part de l’Etat.

    Contribuables, à vos cassettes.

    Répondre
    • Françoise

      9 février 2014 à 16 h 45 min

      Que les demandeurs d’asile et réfugiés dignes de bénéficier de la protection internationale parce que leur Etat les persécute et les menace d’une mort certaine reçoivent une allocation de subsistance tant qu’ils ne parlent pas notre langue et n’ont pas de travail, cela se comprend, sinon ils devraient voler pour survivre. Mais que l’Ukrainienne en question (et sa bande) reçoivent des subsides (apparemment beaucoup plus que les honnêtes gens) au lieu d’être renvoyées illico presto dans leur pays, c’est un véritable scandale, inacceptable, honteux, déshonorant pour la France, insultant pour ses contribuables !!!

      Répondre
  5. Thècle

    9 février 2014 à 16 h 22 min

    Merci beaucoup Daniel, espérons que votre appel sera entendu !

    Répondre
  6. Elisabeth

    10 février 2014 à 16 h 57 min

    Et toujours deux poids deux mesures. Combien de malheureux africains ont-ils été reconduits dans des avions pour retourner dans l´enfer de leur pays natal auxquel ils croyaient avoir échappé apres avoir risqué dix fois leur vie et dépensé beaucoup d´argent pour y parvenir. Combien de vies de tres pauvres gens ruinés pour respecter les principes de l´Union Européenne. Les voix de ces misérables crient vers le ciel.

    Répondre
  7. Gilberte

    10 février 2014 à 19 h 01 min

    La biographie de cette cheftaine femen était nécessaire et pour les observateurs du gouvernement présents; Lorsque le gouvernement n’aura plus besoin d’elle, pauvre femme que deviendra-t-elle (j’ai décidé de m’en séparer dira le grand chef)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3287 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter