Ma réponse à Paul Moreira…


jesus passion

J’ai validé, hier au soir à 19 h 18, la réponse attendue de Paul Moreira. Vous la trouverez, intégralement, en fin de post. J’y réponds ce matin mais uniquement sur ce qui touche à la demande que je lui avais faite, ne souhaitant pas être entraîné sur un autre terrain. Je vous invite, évidemment, à lire ce dossier, mais je vous invite, avec plus d’insistance, à prier pour le repentir de ce journaliste comme je le fais moi-même. Faites-le par l’intercession de saint Pierre, qui a renié son divin Maître, et de saint Paul, qui L’a persécuté en persécutant ses disciples. Ces deux colonnes de l’Église sauront toucher le cœur du Sauveur dont le projet, de toute éternité, est aussi de sauver l’âme de son blasphémateur.

Il est assez “cocasse”, cher Paul Moreira – oui, cher Paul Moreira, car cher vous l’êtes et de toute éternité dans le cœur de Celui que vous avez blasphémé – que vous vous autorisiez, dans votre long plaidoyer pro domo, ce que vous refusez à Celui que vous incriminez… Vous tâchez, en effet, de contextualiser, pour la justifier, votre déclaration publique (dans le Nouveau Testament, Jésus appelle « à deux reprises » à « couper la tête de ceux qui ne croient pas en lui »), mais vous sortez ces « deux reprises » – dont vous n’avez pas donné les références sur le plateau du Grand Journal de Canal+ – de leur contexte ! Vous admettrez qu’un tel procédé n’est pas intellectuellement honnête et qu’il n’y a pas lieu, comme l’a déclaré Antoine de Caunes, « d’admirer votre conscience professionnelle » en cette occurrence. Au reste, vous semblez le reconnaître sur le plateau même de l’émission en avouant, parlant de la Bible, n’avoir « pas tout lu attentivement », puis dans le commentaire que vous avez mis en ligne hier à 19 h 18, en signalant que vous n’avez pas « une culture religieuse très étendue »… L’exégèse, voyez-vous, est une science dans laquelle il est toujours dangereux de s’aventurer quand on n’en connaît pas, au moins, les rudiments. Vous avez décidé de vous en affranchir – d’où votre faux pas – pour répondre à l’un de vos confrères, qui ne prétend pas, à ma connaissance, être un exégète, et dont l’émission à laquelle vous avez participé organisa le lynchage. Je ne m’étendrai pas davantage là-dessus puisque tel n’était pas l’objet de la demande que je vous ai faite. Pour revenir à cette dernière, la citation que vous croyez pouvoir avancer à l’appui de votre thèse, est bien connue de l’exégèse et elle a été abondamment commentée par les Pères de l’Église et les spécialistes jusqu’à nos jours. Aucun n’y a trouvé la justification scripturaire qui aurait été donnée par Jésus d’égorger son prochain ! On la trouve, comme vous nous l’indiquez, en Luc 19 dans la parabole dite des « mines » ou des « talents » – une parabole cher Paul Moreira, c’est-à-dire une figure de rhétorique par laquelle, au moyen d’une histoire compréhensible de tous, on veut amener l’auditeur à comprendre une vérité d’un tout autre ordre que l’histoire, somme toute banale, semblait raconter. On la retrouve aussi, mais traitée différemment, en Matthieu 25, où il n’est pas question d’égorgement. Donc votre « à deux reprises », c’est une « reprise » de trop. Elle s’inscrit dans la continuité eschatologique du chapitre 17 traitant du Jugement dernier, le chapitre 18 annonçant lui la Passion – où le Seigneur va entrer librement en pardonnant à ceux qui vont la lui faire subir, et non pas en appelant à les égorger ! – et la Résurrection. Quant à Matthieu 23, où vous reconnaissez qu’il n’est pas question de « coupage de tête » des scribes et des pharisiens, il n’y est pas davantage question un appel au « meurtre collectif » de ces derniers ! Quelle interprétation biaisée que la vôtre… Si sa fin est d’organiser une sorte de symétrie de cheminée entre le Coran et la Bible, peut-être serait-il temps que vous vous avisiez que les demandes qu’on trouve dans le Coran – mais aussi, et cela a de l’importance pour les musulmans, dans les Hadiths – et celles – ou celle – qu’on peut lire dans le Nouveau Testament, sont d’une nature toute différentes : les premières sont prescriptives et les – ou la – seconde(s) descriptives. L’actualité de ces derniers mois vient l’appuyer : nombre de chrétiens sont égorgés par des musulmans au nom des prescriptions du Coran, mais aucun musulman n’a été égorgé par un chrétien au nom des descriptions qu’on trouve dans la Bible. Cela, un journaliste comme vous ne saurait l’ignorer. C’est donc une grave offense que vous avez commise contre les chrétiens, bien sûr, mais aussi contre la vérité de l’Écriture. Vous devez des excuses aux premiers et rendre justice à la seconde. Dans le groupe des douze Apôtres que le Seigneur s’est choisis, deux l’ont trahi. Simon-Pierre et Judas. Le premier, pétri d’un remord sincère, s’est entièrement abandonné à la miséricorde de Jésus. Le second, pétri lui aussi de remord, n’a pas, par orgueil, cru à la miséricorde du Rabbi… Duquel, cher Paul Moreira, souhaitez-vous suivre l’exemple ?

Courriel de Paul Moreira :

Monsieur Daniel Hamiche,

Vous me demandez d’étayer mes déclarations faites sur Canal Plus au sujet de deux appels à la violence trouvés dans le nouveau testament. Je le fais bien volontiers et puis les heures passent et vous ne publiez rien… Donc, je vous envoie ça en commentaire, à toutes fins utiles. D’abord vous expliquer le cadre de cette citation.

Pour mon film « Danse avec le FN », je réalisais une enquête sur les influences idéologiques des électeurs du FN. Et je suis tombé sur une déclaration de Eric Zemmour, à la télévision, qui affirme qu’il y a un appel à l’assassinat des juifs et des chrétiens « à chaque page » du Coran, et j’insiste sur « à chaque page », car c’est cette exagération qui m’a décidé à réaliser cette petite séquence.

J’ai trouvé édifiante l’idée d’une comparaison parce qu’Eric Zemmour poursuivait en exonérant totalement la Bible, ancien et nouveau testaments, de toute violence. La seule personne qu’on veuille exterminer, dit-il, est Amalek, le diable.

L’affirmation revenait à faire passer le Coran pour une sorte de Mein Kampf religieux. De quoi regarder votre voisin de bureau musulman de travers…

Je voulais, de manière légère, poser cette question iconoclaste : Le Coran ne manque pas de sourates meurtrières. Mais la Bible en est-elle dépourvue ?

J’ai choisi d’illustrer ces propos en soumettant les deux livres à un « test comparatif ». Je cherchais, comme je l’indiquais dans le commentaire les passages incitant à la violence et au meurtre. J’ai surtout souligné les passages issus de l’ancien testament. Les appels à la lapidation, les villes entières passées au fil de l’épée. Ce qu’on trouve en quantités massives dans le Livre de Joshué, le Lévitique, etc… J’ai compté onze passages directs mais sans doute, le chiffre augmenterait un peu si on voulait pinailler.

Pour tout vous dire, j’étais convaincu que le nouveau testament était totalement exempt d’appels à la violence. Or, au cours de ces recherches, j’ai été étonné de découvrir qu’il en existe deux. Emanant de Jésus.

Je ne vous cache pas que je n’ai pas une culture religieuse très étendue. Je me suis donc largement appuyé sur le travail de spécialistes qui travaillent sur la question de la violence dans la Bible. Thomas Roemer, Yves I-Bing Cheng, entre autres…

Maintenant rentrons dans les détails factuels.

Sur le plateau du Grand Journal, j’ai parlé de « Jésus qui deux fois dans la Bible appelle à couper la tête de ceux qui ne croient pas en lui ». En fait, il appelle à l’égorgement. Ce n’est pas tout à fait pareil, je vous le concède bien volontiers, sauf peut-être pour celui qui est face au couteau…

Le passage que j’évoque dans le film est celui de la parabole des Mines dans Luc. Jésus utilisait les paraboles pour faire passer son message plus efficacement. Dans cette parabole, Jésus prend les traits d’un « homme de haute naissance » qui part chercher l’autorité royale (je crois qu’il se trouve lui même au pied de Jérusalem et son avenir proche est incertain, il veut donc faire comprendre à ceux qui l’écoutent de quoi sera fait le futur). Quand cet homme revient après une absence, enfin investi de l’autorité royale, c’est l’heure de régler ses comptes. Récompenser les fidèles et punir ceux qui lui ont tourné le dos. Il termine la parabole en laissant l’homme de haute naissance donner ce commandement : «Quant à mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je règne sur eux : amenez-les ici et égorgez-les devant moi».

Et ayant terminé de raconter son histoire, Jésus part vers Jérusalem.

A bon entendeur, salut.

C’est cet unique exemple tiré du nouveau testament que j’ai cité dans le film.

Pour le second exemple, c’est dans Mathieu (23-13 à 23-39), il ne s’agit pas spécifiquement d’un « coupage de tête » mais plutôt d’un appel au meurtre collectif (qui peut le plus peut le moins). Il s’agit de l’épisode où Jésus s’attaque aux Pharisiens et aux Scribes avec une extrême violence : « Serpents ! Race de vipères ! Comment pourrez-vous échapper au jugement de l’Enfer ? C’est pourquoi, voici, je vous envoie des prophètes, et des sages, et des scribes ; il en est que vous ferez mourir et que vous crucifierez ; et il en est que vous fouetterez dans vos synagogues et que vous chasserez de ville en ville ; afin que vienne sur vous tout le sang juste répandu sur la terre. »

Je comprends ces lignes comme un appel à la vengeance contre le groupe des Pharisiens. Le sang de leurs méfaits retombera sur cette « race de vipères ». Dans l’histoire, il est un trait qui revient régulièrement : transformer les hommes en animaux et invoquer le sang est le prologue des grands massacres.

C’étaient les deux exemples qui me paraissaient les plus clairs et les plus effrayants. Mais il y en avait d’autres. Le Coran ou l’Ancien Testament en sont aussi truffés. Ce sont des exemples qui reposent sur la colère de Dieu.

Ainsi il pouvait arriver que Jésus menace des flammes de l’enfer ses propres disciples (Mattieu 10 : 28) : « Je vous montrerai qui vous devez craindre. Craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne (l’enfer); oui, je vous le dis, c’est lui que vous devez craindre. »

Il pouvait aussi menacer d’anéantissement les villes qui n’avaient pas suivi ses enseignements : « Malheur à toi, Chorazeïn ! Malheur à toi, Bethsaïde ! Car si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et Sidon, il y a longtemps que, sous le sac et dans la cendre, elles se seraient repenties. Aussi bien, je vous le dis, pour Tyr et Sidon, au Jour du Jugement, il y aura moins de rigueur que pour vous. Et toi, Capharnaüm, crois-tu que tu seras élevée jusqu’au ciel ? Jusqu’à l’Hadès tu descendras. Car si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, elle subsisterait encore aujourd’hui. Aussi bien, je vous le dis, pour le pays de Sodome il y aura moins de rigueur, au Jour du Jugement, que pour toi. » – Matthieu 11 : 21-24.

Sachant que la Sodome biblique a été détruite par une pluie de feu et de souffre… Là encore, le sens de la parabole et de la comparaison étaient destinées à créer une menace et la peur de la mort.

Ceci étant dit, même un profane comme moi, n’ignore pas que le message du Christ est nettement plus pacifique que celui du Coran ou de l’Ancien Testament.

Je voulais juste sortir d’une vision binaire qui essentialise l’Islam comme le mal absolu. Juifs et chrétiens ont aussi un texte qui peut être lu dans la violence et ils choisissent pour la plupart de ne pas le faire. C’est ce que l’on peut nous souhaiter à tous, non ?…

Enfin, à mon tour de vous poser une petite question : est ce que vous, ça vous choque d’entendre qu’il y a un appel au meurtre des juifs et des chrétiens à chaque page du Coran ?

J’espère que vous traiterez ma réponse sans la couper ou la contrefaire.

Paul Moreira

27commentaires
  1. Jean Ferrand

    22 avril 2015 à 10 h 42 min

    Pas de discussions avec ces gens-là. Ils sont de mauvaise foi.

    Répondre
  2. pacem

    22 avril 2015 à 10 h 47 min

    Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnes nous aujourd’hui nôtre pain de ce jour, pardonnes nous nos offenses a ceux qui nous ont offensés et ne nous laisses pas succomber à la tentation, mais délivre nous du mal. Amen

    Répondre
  3. Paul

    22 avril 2015 à 11 h 12 min

    Pour ma part, je penche pour une overdose de padamalgame.
    Ce monsieur m’a l’air intoxiqué et tout débat est stérile car une bonne dose de mauvaise foi a été introduite dans son discours sans oublier une méconnaissance de la langue française: pour quelqu’un qui est annoncé comme « journaliste, reporter, écrivain et documentariste », les bras m’en tombent!

    Répondre
  4. Cedric

    22 avril 2015 à 11 h 32 min

    Ce qui est extraordinaire tout de même c’est que le passage de Matthieu que cite M. Moreira annonce que ceux que les messagers que Jésus enverra aux scribes se feront massacrer, ce qui s’est historiquement confirmé, mais que lui en déduit que c’est un appel à la vengeance et au meurtre collectif, sujet qui n’est absolument pas abordé dans le texte !! Soit il n’a absolument, et c’est le plus probable, pas lu les évangiles et ne sait pas de quoi il parle pour parler de vengeance, soit, et ce serait le plus triste pour lui, de la plus parfaite mauvaise foi. Dans ce dernier cas, il serait comme Saul avant la route de Damas. Prions pour que les coquilles lui tombent des yeux et qu’il arrive à voir ce qui a devant lui…

    Répondre
  5. Maysie

    22 avril 2015 à 11 h 34 min

    Tres bonne lettre, Daniel Hamiche.
    Puisse Paul Moreira la conserver en son coeur pour se repentir un jour de la grave offense à Dieu, à lui-meme et à la vérité, à laquelle il s’est laissé entraîner … Vers quelles ténèbres ?

    Répondre
  6. Christophe

    22 avril 2015 à 11 h 40 min

    En ce qui me concerne, vous trouverez mon analyse ici. En particulier concernant le décomptage 13 à 6, qui est manifestement faux, puisque sans grand effort, j’ai trouvé 14 passages du coran contant un appel explicit au meurtre des non-croyants. Mais il y a d’autres décomptes dans l’article qui se révèlent instructifs.

    Je me joins à vous pour prier pour la conversion des journalistes. Merci de rester fidèle à votre foi et de ne pas céder à la colère.

    Répondre
    • Charlotte Parc

      22 avril 2015 à 20 h 29 min

      @ Christophe
      Merci de donner en clair l’URL de votre analyse car sous cette forme le lien ne fonctionne pas. Seul le rédacteur en chef de ce blogue peut pratiquer ainsi dans ses articles, nous, commentateurs, ne pouvons pas le faire

      Répondre
  7. andrea

    22 avril 2015 à 12 h 32 min

    nous voulons l’adresse mail de ce monsieur !

    nous voulons qu’il accepte un débat avec l’abbé guy pagès en public !

    nous vouons une pétition !

    nous voulons pouvoir écrire à canal !

    autrement les jérémiades ne servent à rien !!!

    Répondre
  8. Katia

    22 avril 2015 à 14 h 07 min

    @ Paul,

    le problème est que ce monsieur diffuse à des millions de gens son venin !!!!

    Répondre
  9. Onclin

    22 avril 2015 à 17 h 17 min

    Monsieur Hamiche très bon texte sous votre plume catholique. Rien à redire.
    Particulièrement :
    1— « on veut amener l’auditeur à comprendre une vérité d’un tout autre ordre que l’histoire », car hors du temps et donc de l’histoire.
    2— » les premières sont prescriptives et les – ou la – seconde (s) descriptives. »

    Répondre
      • Jean Theis

        24 avril 2015 à 19 h 34 min

        Jusqu’à cette heure, je n’avais entendu parler de rien. Je ne sais même pas qui est M. Mora, ni d’où il dit ses bêtises (je n’ai pas Canal +), Je n’ai jamais entendu parler d’égorgement dans l’Evangile (ou bien j’ai toujours lu de mauvaises traductions).

        Bref on est ahuri quand on tombe tout à coup sur cette histoire.

        En tout cas je félicite M. Daniel Hamiche. Ce qu’il écrit et ce qu’il dit à la radio est toujours excellent.

        Répondre
  10. motus

    22 avril 2015 à 17 h 36 min

    Dans le feuilleton « religion de paix, d’amour et de tolérance » , le verset du jour: « Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste? Ceux d’entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l’ignominie dans cette vie, et au Jour de la Résurrection ils serons refoulés au plus dur châtiment, et Allah n’est pas inattentif à ce que vous faites . » (2-85) Ce rappel tout particulièrement pour ceux, comme Mr Moreira, qui penseraient naivement que les musulmans pourraient faire abstraction des quelque 650 versets du Coran appellant au rejet,à la haine, à la vengeance; au châtiment et au meurtre et se contenter des passages et des prescriptions moins vindicatifs.Sachant par ailleurs que les versets abrogeants médinois, les nasikh, sont bien plus virulents et haineux que les versets abrogés, les mansukh, plus consensuels.

    Répondre
  11. Frédéric B.

    22 avril 2015 à 20 h 01 min

    Merci Monsieur Hamiche

    Répondre
  12. Patsy

    22 avril 2015 à 23 h 28 min

    Pitié ! On ne s’amende jamais en abaissant quelqu’un qui ne le mérite pas, mais seulement en se remettant en question.

    Répondre
  13. John B.

    23 avril 2015 à 0 h 16 min

    Mr Morreira, on ne lit pas la Bible comme un roman! Voilà pourquoi vous ne comprendrez jamais ce qui y est ecrit!! En la lisant, vous aviez déjà des prejuges!!! Chers bien aimes, continuons à prier pour tous ces blasphémateurs.

    Répondre
  14. Rachel

    23 avril 2015 à 6 h 48 min

    La Bible de Jérusalem
    Jéremie, chapitre 5
    Jr 5:1- Parcourez les rues de Jérusalem, regardez donc, renseignez-vous, cherchez sur ses places si vous découvrez un homme, un qui pratique le droit, qui recherche la vérité alors je pardonnerai à cette ville, dit Yahvé.
    Jr 5:2- Mais s’ils disent : « Par Yahvé vivant », c’est pour un mensonge qu’ils jurent.
    Jr 5:3- N’est-ce pas la vérité que tes yeux veulent voir, Yahvé? Tu les as frappés : ils n’ont rien senti. Tu les as exterminés : ils ont refusé la leçon. Ils ont rendu leur visage plus dur que le roc, ils ont refusé de se convertir.
    Jr 5:4- Je me disais : « Ce ne sont que de pauvres gens, ils agissent follement parce qu’ils ne connaissent pas la voie de Yahvé ni le droit de leur Dieu.
    Jr 5:5- J’irai donc vers les grands et je leur parlerai, car ils connaissent, eux, la voie de Yahvé et le droit de leur Dieu! » Or eux aussi ont brisé le joug, rompu les liens!
    Jr 5:6- Voilà pourquoi le lion de la forêt les attaque, le loup des steppes les dévaste, la panthère est aux aguets devant leurs villes quiconque en sort est mis en pièces. C’est que leurs crimes sont nombreux, multiples leurs rébellions.
    Jr 5:7- Pourquoi te pardonnerais-je? Tes fils m’ont abandonné, jurant par des dieux qui n’en sont pas. Je les rassasiais et ils devenaient adultères; ils se précipitaient à la maison de la prostituée.
    Jr 5:8- Ce sont des chevaux repus et vagabonds, chacun hennit après la femme du voisin.
    Jr 5:9- Et je ne châtierais pas ces actions, oracle de Yahvé d’une nation comme celle-là je ne tirerais pas vengeance?
    Jr 5:10- Escaladez ses terrasses! Détruisez! Mais ne l’exterminez pas complètement! Arrachez ses sarments, car ils n’appartiennent pas à Yahvé!
    Jr 5:11- Oui, elles m’ont vraiment trahi, la maison d’Israël et la maison de Juda, oracle de Yahvé.
    Jr 5:12- Ils ont renié Yahvé, ils ont dit : « Il n’est pas! Aucun malheur ne nous atteindra, nous ne verrons ni épée ni famine!
    Jr 5:13- Quant aux prophètes, ils ne sont que du vent et la parole n’est pas en eux; que leur arrive tout cela! »
    Jr 5:14- C’est pourquoi, ainsi parle Yahvé, le Dieu Sabaot Puisque vous avez parlé ainsi, moi je ferai de mes paroles un feu dans ta bouche, et de ce peuple du bois que ce feu dévorera.
    Jr 5:15- Moi, j’amènerai sur vous de très loin une nation, maison d’Israël oracle de Yahvé. C’est une nation durable, c’est une nation très ancienne, une nation dont tu ne sais pas la langue et ne comprends pas ce qu’elle dit.
    Jr 5:16- Son carquois est un sépulcre béant; c’est une nation de héros.
    Jr 5:17- Elle dévorera ta moisson et ton pain, elle dévorera tes fils et tes filles, elle dévorera ton petit et ton gros bétail, elle dévorera ta vigne et ton figuier; par l’épée, elle viendra à bout de ces villes fortes en lesquelles tu mets ta confiance.
    Jr 5:18- Pourtant, même en ces jours-là oracle de Yahvé je ne vous exterminerai pas complètement.
    Jr 5:19- Et quand vous demanderez : « Pourquoi Yahvé, notre Dieu, nous a-t-il fait tout cela? » Tu leur répondras : « De même que vous m’avez abandonné pour servir en votre pays des dieux étrangers, de même vous servirez des étrangers en un pays qui n’est pas le vôtre. »
    Jr 5:20- Faites cette annonce dans la maison de Jacob, proclamez-la dans Juda en ces termes
    Jr 5:21- « Ecoutez donc ceci, peuple stupide et sans cervelle! Avec leurs yeux ils ne voient rien, avec leurs oreilles ils n’entendent rien. »
    Jr 5:22- Moi, ne me craindrez-vous pas? Oracle de Yahvé ne tremblerez-vous pas devant moi qui ai posé le sable pour limite à la mer, barrière éternelle qu’elle ne franchira point ses flots s’agitent, mais sont impuissants, ils mugissent, mais ne la franchissent pas.
    Jr 5:23- Mais ce peuple possède un cœur dévoyé et rebelle; ils se sont dévoyés et ils s’en sont allés!
    Jr 5:24- Ils n’ont pas dit en leur cœur « Craignons donc Yahvé notre Dieu, qui donne la pluie, celle de l’automne et celle du printemps, selon son temps, et qui nous réserve des semaines fixes pour la moisson. »
    Jr 5:25- Vos fautes ont dérangé cet ordre, vos péchés ont écarté de vous ces biens.
    Jr 5:26- Oui, il se trouve en mon peuple des malfaisants, ils guettent comme des oiseleurs à l’affût; ils posent des pièges et ils attrapent des hommes.
    Jr 5:27- Telle une cage pleine d’oiseaux, ainsi leurs maisons sont-elles pleines de rapines; de la sorte ils sont devenus importants et riches,
    Jr 5:28- ils sont gras, ils sont reluisants, ils ont même passé la mesure du mal ils ne respectent pas le droit, le droit des orphelins, pourtant ils réussissent! Ils n’ont pas rendu justice aux indigents,
    Jr 5:29- et je ne châtierais pas ces actions oracle de Yahvé ou d’une nation comme celle-là je ne tirerais pas vengeance?
    Jr 5:30- Des choses horribles, abominables, se passent dans ce pays.
    Jr 5:31- Les prophètes prophétisent le mensonge, les prêtres font du profit. Et mon peuple aime cela! Mais que ferez-vous quand viendra la fin?

    Répondre
  15. angel

    23 avril 2015 à 8 h 27 min

    Mr Moréra aurait pu prendre la peine de lire Wikipédia qui cite :
    La parabole des talents ou parabole des dix mines est l’une des paraboles évangéliques les plus connues. Elle est racontée dans l’Évangile selon Matthieu XXV, 14-30. Une parabole comparable, bien que légèrement différente, se trouve dans l’Évangile selon Luc XIX, 12-27. Elle dépeint un maître qui gratifie des serviteurs méritants, et qui en punit un autre pour sa paresse. Cette métaphore se rapporte à celle du vrai cep (Jn 15. 1-12), et au fait que le Seigneur cherche à ce que ses ouailles donnent du fruit, qu’elles suivent les vertus théologales et cardinales afin de partager, aider, et faire vivre la compassion.

    Répondre
  16. BRUNIER

    23 avril 2015 à 10 h 27 min

    Paul Moreira…est un faussaire des apparences, un imposteur. Ce petit escroc révisionniste trotskiste voudrait enfumer le terrier des « souchiens » mais la ficelle est très grosse et ses postures n’impressionne que les crédules illettrés!

    Répondre
    • kanjo

      23 avril 2015 à 21 h 32 min

      @BRUNIER
      le problème, c’est que les crédules illettrés sont très nombreux, très crédules et très peu instruits ! et ils usent de leur droit de vote, donc ce monsieur et sa clique resteront au pouvoir longtemps.

      Répondre
  17. Sebastien Morgan

    23 avril 2015 à 19 h 16 min

    Soit il est vraiment de mauvaise foi, soit vraiment bête…

    Comment peut-on dans une même phrase reconnaître la valeur parabolique puis faire une lecture platement premier degré… A ce train là vu le nivellement pas le bas qu’on connait, l’on va bientôt interdire Lafontaine pour incitation à la haine… Quand à son deuxième exemple, il est tellement tiré par les cheveux que je ne le comprend pas… Ce qui m’épate avec toute la clique « laïco athéo je sais pas tout quoi », c’est leur manque pattant de culture et de vérification des sources. Il me semble qu’avant de s’avancer publiquement, on se renseigne un minimum non ? Leur arrogance et leur mépris sont tels qu’ils pensent pouvoir s’en passer…

    Répondre
    • Michel

      24 avril 2015 à 11 h 36 min

      … vous voulez sans doute en mettant votre patte dans la discussion parler d’un manque patent de culture ! Cela vous épate, moi aussi !

      Répondre
  18. Gilberte

    23 avril 2015 à 20 h 14 min

    Des centaines d’auditeurs de canal+ ont entendu Paul Moreira dire que Jésus envoie couper les têtes des mauvais croyants. Il a eu suffisamment de réponses à sa lettre d’explications pour reconnaître ses erreurs. Il serait normal que cette reconnaissance se fasse sur canal+ qu’il présente au moins ses excuses quelque part; des Français d’une autre religion l’aurait trainé au tribunal, il pourrait en savoir gré aux chrétiens de ne pas l’avoir fait

    Répondre
  19. JM842

    25 avril 2015 à 15 h 55 min

    Ce monsieur Moreira est vraiment stupide, c’est éffarant.
    Comment devient-on journaliste aujourd’hui?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Translate »