« Tant de chrétiens et si peu de lions » : la christianophobie aux États-Unis


Christianophobie usa-e1454708556722

Réinformation TV a mis en ligne sur son blogue, voici quelques jours, un intéressant papier traitant de la christianophobie aux États-Unis, rédigé à partir des travaux de deux universitaires étatsuniens. S’il est vrai qu’aux États-Unis la christianophobie est un sport pratiqué par une certaine élite progressiste, elle contamine la société tout entière par le relai des médias…

so-many-christians-so-few-lionsCeux qui dénoncent l’existence d’un complot antichrétien et donc une guerre menée contre la foi, ont souvent été qualifiés de paranoïaques. Ils trouveront toutefois de quoi les conforter dans leurs convictions grâce aux travaux de deux sociologues de la University of North Texas qui ont démontré l’existence d’un tel programme parmi les élites et les personnalités les plus puissantes des États-Unis. Les professeurs George Yancey et David Williamson ont publié le fruit de leurs travaux dans un livre intitulé So Many Christians, So Few Lions: Is There Christianophobia in the United States ? (Tant de chrétiens et si peu de lions : la christianophobie existe-t-elle aux États-Unis ?) Ils y affirment que si le sentiment de haine ou de peur irraisonnée à l’encontre des chrétiens n’est pas fréquent parmi le peuple, en revanche, il est bien présent dans les couches supérieures de la société américaine.

Les recherches des deux sociologues se fondent sur des données qualitatives issues d’acteurs culturels de la mouvance progressiste. Ils ont observé chez eux l’émanation de peurs infondées et de critiques au vitriol au sujet des chrétiens. Qui plus est, en observant le statut social des personnes interrogées, ils se sont aperçus qu’elles occupaient des fonctions qui leur permettaient d’agir, mais de manière subtile, selon leur ressentiment et leurs craintes. Les chrétiens « devraient s’en inquiéter » avertit le Christian Post, « les christianophobes font plutôt partie des élites puissantes, qui exercent une influence dans certains secteurs d’importance, tel l’enseignement supérieur ».

Autre aspect intéressant et révélateur de cette étude : les personnes qui font preuve de christianophobie n’ont pas tendance à penser qu’elles sont intolérantes. Au contraire, elles pensent qu’elles interprètent de manière juste la réalité de la société. C’est là toute la différence avec les personnes qui se disent racistes par exemple, qui reconnaissent faire preuve d’intolérance. L’élite américaine considère les chrétiens comme un facteur négatif et veulent en expurger la société. Ce sont en général les « Blancs, instruits [en l’occurrence mal instruits] et riches », c’est-à-dire les « âmes oisives » qui chérissent le relativisme de notre époque et qui exècrent le christianisme pour ce qu’il rappelle : la morale non relative, immuable et non négociable. Celle qui rappelle à ces gens qu’un péché est un péché et qu’ils devront en rendre compte tôt ou tard.
Tant que le christianisme leur barrera le chemin en faisant voler en éclats leur vision intellectuellement erronée de la société par le rappel de la vérité absolue, les membres de cette élite feront tout pour éradiquer ces chrétiens qui les dérangent. Il n’y aura jamais assez de lions pour en arriver à bout, se lamentait l’une des personnes interrogées par les auteurs du livre.

Source : Réinformation TV, 5 février

3commentaires
  1. Lilwen

    12 février 2016 à 8 h 47 min

    Aux USA la liberté d’expression est pleine et entière à la différence de chez-nous où les propos extrémistes et provocateurs sont condamnés. Toutes les religions ont leur place et ce qui est moins apprécié est de ne pas en avoir du tout. Porter des signes distinctifs de son appartenance à une foi un groupe ou un parti ne pose pas de problèmes . Je ne pense pas que nous puissions en dire autant.

    Répondre
  2. Françoise

    12 février 2016 à 22 h 05 min

    C’es quand même aux Etats-Unis que nous voyons le plus de photos de groupes de chrétiens priant devant les avortoirs dans le cadre de « 40 days for life ». Apparemment la police ne les disperse pas et ils ne sont ni arrêtés ni condamnés comme en France.
    Il n’empêche que l’article ci-dessus est bien triste et nous interpelle.

    Répondre
  3. Gérard P.

    13 février 2016 à 11 h 41 min

    @ Françoise
    je suis entièrement de votre avis.
    « On a de moins en moins de prise sur un monde qui évolue plus vers le chaoos qu’autre chose ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Translate »