Yvelines : des chrétiens opposés aux camps de migrants (2)


Voici, comme annoncé, la suite de l’étude « Pourquoi, chrétiens, nous nous opposons à l’installation de camps de migrants », dont nous avons publié la première partie hier.

*

  1. La Charité peut-elle conduire à négliger les vertus de Justice et de Prudence ?

vfaLa vertu de Charité ne doit pas nous conduire à être naïfs ; la Charité est en effet inséparable d’une autre vertu aussi essentielle, la vertu de Justice. Dans l’encyclique Caritas in veritate, Benoît XVI écrit : « La Justice est “inséparable de la Charité”, elle lui est intrinsèque. »

C’est pourquoi tout ordre social, économique, politique doit être compris, interprété, à partir de la Charité et de la Justice. Or la Justice, c’est rendre à chacun ce qui lui est dû. C’est-à-dire rendre un culte à Dieu, éduquer et protéger ses enfants, recevoir un juste salaire, jouir de la paix sociale, etc.

Comme l’a écrit Mgr Aillet dans un communiqué du 10 septembre 2015 sur la crise migratoire : « Il n’est pas interdit de se poser la question politique non plus seulement de la Charité, mais de la Justice, en évitant de se laisser submerger par une vague d’émotion. »

Ouvrir grandes les portes de notre pays déjà profondément déstabilisé par la forte immigration de ces quarante dernières années à de nouveaux arrivants, de surcroît en grande majorité de religion musulmane, est un acte troublant la paix sociale (ce que l’actualité nous montre chaque jour), soit un acte contre la Justice.

Décider de disperser ces migrants dans nos villes et nos villages, où aucun avenir ne les attend, ne constitue pas un acte de Charité mais également un acte qui va contre une autre vertu tout aussi importante, celle de la Prudence. Saint Thomas d’Aquin cite dans les fautes contre la Prudence « la précipitation, l’inconsidération dans le jugement ».

Or, être catholique, c’est vivre dans la Justice, le réel et le raisonnable. Être catholique, c’est aussi ne pas confondre la dimension de la Charité dans l’ordre personnel et dans l’ordre politique, qui elle consiste à protéger la vie et la paix des peuples de qui elle est au service.

Oui, la Charité oblige à se baisser pour ramasser celui qui est à terre. Oui, nous sommes prêts à donner à boire et à manger à celui qui a faim et soif sans distinction de nationalité. Mais nous refusons de nous laisser embarquer dans une politique aveugle, à la fois injuste et imprudente, qui affaiblit toujours plus les fondements de notre société.

C’est pourquoi la défense de notre terre, de notre foi, de nos familles est la première des charités. Et dans la période de forte instabilité dans laquelle nous vivons, nous ne pouvons que refuser, par justice et prudence, l’accueil que l’on veut nous imposer sans discernement.

  1. Jusqu’où va l’hospitalité chrétienne ?

Le Père Boulad, jésuite égyptien, raconte une parabole qui, dit-il, évoque ce qui se passe en Europe aujourd’hui : « Un étranger se présente chez vous au cours de votre dîner, vous l’accueillez fraternellement, il demande à rester pour la nuit, n’ayant pas d’endroit où dormir, puis à passer la journée du lendemain chez vous, puis une deuxième nuit, et vous demande finalement de bien vouloir accueillir toute sa famille, femme et enfants, qui sont en difficulté. »

Et le Père en tire quelques enseignements, avec une vigueur que de nombreuses années de résistance ont renforcée, et qui en viendrait presque à nous faire regretter de n’avoir subi jusqu’à présent que des persécutions molles :

– « Si le Seigneur nous a donné un cœur pour aimer, il nous a aussi donné une tête pour penser et, lorsque les deux ne vont pas ensemble, tout est fini ! »

– « Il ne faut accepter ces migrants du Moyen-Orient que dans la mesure où ils sont désireux de s’intégrer, d’accepter les valeurs européennes, le style de vie européen. Sinon : OUSTE ! BARAH ! »

  1. L’Église face aux enjeux de la Défense nationale

Une position trop hâtive du catholique se fixerait sur la question de la compassion et du cœur. C’est naturel et c’est le fondement de notre religion : « Aimez-vous les uns les autres. » Mais attention, il appartient également aux chrétiens de discerner entre charité et enjeux de défense de la communauté nationale. C’est ce que souligne le pape Pie XII : « La domination de chaque nation, bien qu’elle doive être respectée, ne peut être exagérée au point que, si un endroit quelconque de la terre permet de faire vivre un grand nombre d’hommes, on n’en interdira pas, pour des motifs insuffisants et pour des causes non justifiées, l’accès à des étrangers nécessiteux et honnêtes, sauf s’il existe des motifs d’utilité publique, à peser avec le plus grand scrupule » (Constitution apostolique Exsul familia [1er août 1952], reprenant une phrase de sa lettre à l’épiscopat des États-Unis de 1948).

Dans la mesure où il apparaît clairement que l’afflux d’un nombre considérable de migrants est de nature à ébranler les fondements de notre société déjà bien affaiblie, il existe bien un motif urgent d’utilité publique pour contrer la dynamique en cours.

Suite et fin demain vendredi 14 octobre…

 

4commentaires
  1. Maurice

    14 octobre 2016 à 5 h 33 min

    « Le Père Boulad, jésuite égyptien, raconte une parabole »
    Qui devrait être rappelé plus souvent à nos politiques et autres zélites qui nous bassinent sur l’accueil des migrants alors eue, EUX, ne font pas le dixième de ce qu’ils nous demandent de faire.
    Demander, conseiller, imposer pour les réticents n’est pas la solution, l’exemple prône comme le fait le maître d’apprentissage envers son apprenti lorsqu’il lui apprend à travailler.
    De plus, les chrétiens n’ont pas attendu ses messieurs pour apporter de l’aide à des migrants, mais ils le font pour ceux qui en ont le plus besoin à leurs yeux : les Chrétiens d’Orient !
    Non Cril17, Jean Raspail ne s’est pas trompé dans son roman, pas plus que Philippe Gautier avec « la Toussaint blanche ».

    Répondre
  2. Martinjl

    14 octobre 2016 à 10 h 23 min

    Je suis Chrétien et je défendrai avec toute mes forces le message du Christ dans nos pays. Je suis persuadé que Dieu et le Christ nous pardonneront le jour ou nous devrons prendre les armes pour défendre le monde que nous avons construit basé sur la parole du Christ. Je penses que nous sommes en guerre et cette guerre lancée par les armées du démon contre le peuples du Christ sont dans la droite ligne de ce que le Christ nous a enseigné, que le démon chercherait par tous les moyens de détruire l’oeuvre de Dieu. Nous devons protéger les familles d’immigrés femmes et enfants mais isolé tous les hommes seuls pour que le jour ou leur pays sera en paix, les renvoyer chez eux.

    Répondre
  3. copere

    14 octobre 2016 à 11 h 10 min

    En 1940 et années suivantes, quand un Français arrivait en Angleterre, on ne lui demandait pas s’il voulait résider dans le Devon ou le Sussex, mais on lui mettait un uniforme sur le dos, on lui apprenait à tirer au fusil, et on le renvoyait défendre son pays contre l’injuste agresseur nazi. Il faut créer un Régiment de Légion « syrien » et renvoyer tous ces jeunes arrivants libérer leur pays de l’injuste agresseur islamiste; là seulement sera leur joie et leur honneur. Mais il faut d’abord que la France retrouve une politique de bon sens et cesse de soutenir l’insurrection anti-Assad… Là sera l’honneur de la France,(ex) pays de la liberté.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3259 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter