La Une

21 janvier : anniversaire de la mort du roi Très Chrétien

21 janvier à 08:34
Commentaires (25)
  1. Avatar Cerbère dit :

    Au nom de la très Sainte Trinité, du Père, du fils et du Saint Esprit. Aujourd’hui vingt-cinquième de décembre mil sept cent quatre vingt douze. Moi, Louis, XVIème du nom, Roi de France, étant depuis plus de quatre mois enfermé avec ma famille dans la Tour du Temple à Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même depuis le onze du courant avec ma famille. De plus impliqué dans un Procès dont il est impossible de prévoir l’issue à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune loi existante, n’ayant que Dieu pour témoin de mes pensées, et auquel je puisse m’adresser. Je déclare ici en sa présence, mes dernières volontés et mes sentiments.
    Je laisse mon âme à Dieu mon créateur, et je le prie de la recevoir dans sa miséricorde, de ne pas la juger d’après ses mérites, mais par ceux de Notre Seigneur Jésus Christ qui s’est offert en sacrifice à Dieu son Père, pour nous autres hommes, quelque indignes que nous en fussions, et moi le premier.
    Je meurs dans l’union de notre sainte Mère l’Église Catholique, Apostolique et Romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de Saint Pierre auquel Jésus-Christ les avait confiés. Je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole et les commandements de Dieu et de l’Église, les Sacrements et les Mystères tels que l’Église Catholique les enseigne et les a toujours enseignés. Je n’ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d’expliquer les dogmes qui déchirent l’Église de Jésus-Christ, mais je m’en suis rapporté et rapporterai toujours, si Dieu m’accorde vie, aux décisions que les supérieurs Ecclésiastiques unis à la Sainte Église Catholique, donnent et donneront conformément à la discipline de l’Église suivie depuis Jésus-Christ. Je plains de tout mon cœur nos frères qui peuvent être dans l’erreur, mais je ne prétends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jésus-Christ suivant ce que la charité Chrétienne nous l’enseigne.
    Je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés, j’ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester et à m’humilier en sa présence, ne pouvant me servir du Ministère d’un Prêtre Catholique. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite, et surtout le repentir profond que j’ai d’avoir mis mon nom, (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l’Église Catholique à laquelle je suis toujours resté sincèrement uni de coeur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution où je suis, s’il m’accorde vie, de me servir aussitôt que je le pourrai du Ministère d’un Prêtre Catholique, pour m’accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence.
    Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadvertance (car je ne me rappelle pas d’avoir fait sciemment aucune offense à personne), ou à ceux à qui j’aurais pu avoir donné de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu’ils croient que je peux leur avoir fait.
    Je prie tous ceux qui ont de la Charité d’unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés.
    Je pardonne de tout mon cœur à ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en aie donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même que ceux qui par un faux zèle, ou par un zèle mal entendu, m’ont fait beaucoup de mal.
    Je recommande à Dieu, ma femme, mes enfants, ma Sœur, mes Tantes, mes Frères, et tous ceux qui me sont attachés par les liens du sang, ou par quelque autre manière que ce puisse être. Je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma sœur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce s’ils viennent à me perdre, et tant qu’ils resteront dans ce monde périssable.
    Je recommande mes enfants à ma femme, je n’ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux ; je lui recommande surtout d’en faire de bons Chrétiens et d’honnêtes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde ci (s’ils sont condamnés à les éprouver) que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire solide et durable de l’Éternité. Je prie ma sœur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de mère, s’ils avaient le malheur de perdre la leur.
    Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu’elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrais lui avoir donnés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher.
    Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu’ils doivent à Dieu qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu’elle se donne pour eux, et en mémoire de moi. Je les prie de regarder ma sœur comme une seconde mère.
    Je recommande à mon fils, s’il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu’il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu’il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j’éprouve. Qu’il ne peut faire le bonheur des Peuples qu’en régnant suivant les Lois, mais en même temps qu’un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cœur, qu’autant qu’il a l’autorité nécessaire, et qu’autrement, étant lié dans ses opérations et n’inspirant point de respect, il est plus nuisible qu’utile.
    Je recommande à mon fils d’avoir soin de toutes les personnes qui m’étaient attachées, autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c’est une dette sacrée que j’ai contractée envers les enfants ou les parents de ceux qui ont péri pour moi, et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu’il y a plusieurs personnes de celles qui m’étaient attachées, qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles le devaient, et qui ont même montré de l’ingratitude, mais je leur pardonne, (souvent, dans les moment de troubles et d’effervescence, on n’est pas le maître de soi) et je prie mon fils, s’il en trouve l’occasion, de ne songer qu’à leur malheur.
    Je voudrais pouvoir témoigner ici ma reconnaissance à ceux qui m’ont montré un véritable attachement et désintéressé. D’un côté si j’étais sensiblement touché de l’ingratitude et de la déloyauté de gens à qui je n’avais jamais témoigné que des bontés, à eux et à leurs parents ou amis, de l’autre, j’ai eu de la consolation à voir l’attachement et l’intérêt gratuit que beaucoup de personnes m’ont montrés. Je les prie d’en recevoir tous mes remerciements ; dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître.
    Je croirais calomnier cependant les sentiments de la Nation, si je ne recommandais ouvertement à mon fils MM de Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi avait portés à s’enfermer avec moi dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes. Je lui recommande aussi Cléry des soins duquel j’ai eu tout lieu de me louer depuis qu’il est avec moi. Comme c’est lui qui est resté avec moi jusqu’à la fin, je prie MM de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse, et les autres petits effets qui ont été déposés au Conseil de la Commune.
    Je pardonne encore très volontiers à ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. J’ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes, que celles-là jouissent dans leur coeur de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser.
    Je prie MM de Malesherbes, Tronchet et de Sèze, de recevoir ici tous mes remerciements et l’expression de ma sensibilité pour tous les soins et les peines qu’ils se sont donnés pour moi.
    Je finis en déclarant devant Dieu et prêt à paraître devant Lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi.

    Louis

    http://www.associationlouisxvi.org/le-saviez-vous/testament-de-louis-xvi/

    1. Avatar Maysie dit :

      Merci Cerbère de nous rappeler la dernière lettre de notre bon roi assassiné par la république.

  2. Avatar Charlotte Parc dit :

    @M. Hamiche mon mail est encore parti par maladresse sur mon clavier. Qui me dira sur quelle touche il ne faut pas appuyer ?

    Je reprends, corrige et termine

    Est-ce ici un blogue de dénonciation et de lutte contre la christianophobie hic et nunc ?
    Ou un blogue de soutien aux thèses royalistes ?
    « On ne jugera pas ici des mérites ou des erreurs de ce souverain. » écrivez-vous.
    Pourquoi non ?
    Ma foi biblique m’interdit de prier pour les morts ou d’invoquer les morts au profit des humains actuellement vivants. (je peux chercher et trouver les références bibliques, m)
    Toute condamnation à mort est inique. TOUTE. Car c’est prendre la place de Dieu qui a dit « A moi la vengeance, à moi la rétribution. » Deut 32,05 et la condamnation à mort est une forme sociale et perverse d’assassinat qui ne laisse plus aucune chance à la personne de donner son cœur à Dieu, de se tourner vers lui pour l’éternité.
    La violence ainsi faite est toujours condamnable d’autant que dans ce cas précis elle s’est accompagnée de violences injustifiables faites à un grand nombre de religieux.
    Mais qui, parmi tous ces royalistes nostalgiques, s’est posé la question d’où provenait toute cette impiété “surgie” subitement à la Révolution Française ?
    La royauté n’aurait-elle pas dans ce phénomène une immense responsabilité ?

    Pour ma part, j’aurais du mal à verser une larme sur la mort, même violente, d’un roi qui a été responsable de la déportation aux galères de 60 000 condamnés dont 1550 chrétiens au seul motif de leur foi et à la cheville spirituelle et comportementale desquels il n’arrivait pas. Sans parler des dragonnades et des condamnations à mort de très nombreux pasteurs . Et sans parler du désastre économique ainsi engendré qui a fait la richesse de nos voisins anglo-saxons proches ou lointains.
    Le fidèle Vauban a bien tenté, en vain, un très lucide “Mémoire pour le rappel des Huguenots”, le mal si profond était déjà consommé, et le roi prétendument très chrétien absolument pas sensible à ces arguments de très solide bon sens.

    Je ne suis pas Charlie.
    Je ne suis pas non plus Louis XIV.

    1. Avatar Charlotte Parc dit :

      Je me rends compte en relisant que je fais un télescopage anachronique entre Louis XIV et Louis XVI, mais le fond du propos est toujours valable.

      1. Avatar Cerbère dit :

        N’oubliez pas que Louis XVI avait promulgué “l’édit de tolérance” du 7 novembre 1787 “qui donnait aux non-catholiques de France un statut juridique et civil, incluant le droit de contracter un mariage civil sans avoir à se convertir à la religion catholique qui demeurait la religion officielle du Royaume de France”.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dit_de_Versailles
        .

      2. Avatar Jean dit :

        Charlotte, il me semble que le blog-ci est tenu par un catholique, je ne vois pas pourquoi vous viendriez lui imposer chez lui vos croyances semble-t-il protestantes (je suis moi-même protestant).

        Par ailleurs, vous constatez votre confusion entre Louis XIV et Louis XVI tout en assurant que le fond reste le même : parce que la révocation de l’Edit de Nantes et l’Edit de tolérance reviennent à la même chose ? Je sais bien que l’école républicaine a été chargée par Jules Ferry de faire des enfants de bons petits républicains, quitte à déformer l’histoire de la monarchie, mais tout de même !! Que reprocher à Louis XVI ? Sa faiblesse politique, le manque d’autorité face aux Parlements qui ont empêché des réformes… Mais si l’on avait un dirigeant avec cette bienveillance envers son peuple, alors on irait déjà mieux. (Pour ma part, je ne suis pas né dans un milieu royaliste, je ne connaissais même pas de royalistes ni ne lisais d’ouvrages de cette mouvance quand je le suis devenu, il y a 11 ans, et il ne me semble pas méconnaître l’histoire de la royauté, de nos bons rois comme de ceux qui étaient des vauriens…)

        Enfin, sur la peine de mort, c’est un débat assez hors-sujet, mais le verset que vous citez n’empêche pas la peine capitale dans le récit biblique. Après le Décalogue, les prescriptions pénales sont énoncées et comprennent la sanction létale. Mais ce verset n’empêche même pas la peine de mort selon Romains 13:4 qui parle du magistrat qui porte l’épée pour le bien de tous et qu’il faut craindre… Peu importe la manière dont le condamné était mis à mort, le symbole était là. Sortir un verset de son contexte pour dénoncer la peine de mort alors que la Bible ne s’oppose absolument pas à cette sanction, que chacun est libre d’approuver ou pas cependant, c’est un sérieux raccourci intellectuel, ou spirituel si vous préférez. Car si le verset que vous citez dit que la vengeance appartient à Dieu, la peine de mort doit être une affaire de justice et non de vengeance, mais également il faut comprendre que Dieu peut déléguer le pouvoir de justice, ce qui est dit dans Romains 13. Ensuite, si le magistrat ne fait pas son travail, c’est une autre question.

        1. Avatar Jean dit :

          J’ajoute que je trouve très louable que Monsieur Hamiche ne se limite pas à défendre les seuls catholiques persécutés mais l’ensemble des chrétiens. Aussi, je trouve vraiment dommage l’amertume de votre commentaire sur son blog (un peu le blog de tous les chrétiens dans un certain sens), chère Charlotte.

    2. Avatar Michel dit :

      … sur la souris ou la touche équivalente sur le clavier si vous n’utilisez pas de souris !

    3. Avatar Florence dit :

      http://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/653-le-testament-politique-de-louis-xvi

      Au lendemain du 21 janvier, jour anniversaire du souvenir de la mort du roi martyr, nous vous proposons à la lecture le magnifique éditorial d’Yves-Marie Adeline, publié depuis déjà plusieurs années.
      Il est temps de dresser de nouveau le vrai portrait du roi Louis XVI et de souligner et condamner les falsifications républicaines. Mais dans son article, Yves-Marie Adeline ne s’arrête pas là, il nous informe aussi et surtout sur le véritable message politique que Louis XVI a voulu nous transmettre ; message politique que la République veut à tout prix faire oublier.
      Tant que vous ne connaîtrez pas ce testament, tant que vous aurez à l’esprit l’image mensongère que la république vous a donnée de Louis XVI, ce régime sera tranquille.
      C’est pourquoi, lorsque chaque année, le 21 janvier, jour de son supplice, des Français fidèles viennent comme en pèlerinage exprimer leur fidélité, leur piété filiale, c’est bien, c’est beau, c’est juste.
      Dans cette épouvantable tragédie qui a fini par vous emporter, vous avez été d’une probité et d’un courage sans exemple ; vous avez été le modèle de tous les rois, selon ce plan mystérieux de la Providence qui dispose que, depuis le Baptême de Clovis, la monarchie française soit regardée comme le modèle de toutes les monarchies. Un jour viendra où le monde vous rendra l’hommage qui vous est dû, pour avoir été un grand roi méconnu, dont la lumière commence à peine à poindre devant les yeux de notre génération. Un jour viendra aussi, où l’Église d’ici-bas reconnaîtra vos vertus exemplaires, et vous élèvera sur nos autels. Car enfin, qui peut le nier? Vous étiez également un saint…

  3. Avatar Reine Tak dit :

    Quelle belle âme !
    Pas une ligne, pas un mot ne sont à ajouter ou retrancher de ce testament de Louis XVI.
    Tout est dit et bien dit.
    Merci cerbère de nous le remettre en mémoire.
    La république est née dans le sang avec l’assassinat du roi, celui de la reine et probablement de leur fils ainsi que des milliers de nobles.
    Et ils ont été remplacés par qui ? Par les roitelets de la ripoublique.
    Les rois avaient certes, parfois commis des erreurs : ils avaient des maîtresses, ils avaient des bâtards, ils dépensaient sans compter…mais ils nous ont légué des valeurs, des châteaux, des œuvres d’art qui ont fait le renom et le rayonnement de la France.
    Nos roitelets actuels vivent saintement : ils n’ont pas de maîtresses, ils n’ont pas de bâtards, et s’ils dépensent sans compter ce n’est pas pour la grandeur de la France mais pour leurs comptes en Suisse ou ailleurs.
    Et ils ne nous lègueront rien, à part charlie hebdo et les fantômes de tout ce qu’ils ont vendu à l’étranger : nos industries, nos aciéries, notre savoir- faire et même ce malheureux psg qui ne sait plus s’il est Français ou qatari.
    Je ne crois pas que nous ayons gagné au change.

    1. Avatar Françoise dit :

      @ Reine Tak : très beau commentaire ! Une petite précision toutefois : Le Roi Louis XVI fut l’un des deux rois de France qui n’eurent jamais de maîtresse – l’autre était Louis IX, Saint-Louis.

      1. Avatar Reine Tak dit :

        @Françoise
        Je ne pensais évidemment pas à Saint Louis ni à Louis XVI lorsque je parlais des maîtresses royales et j’aurais dû le préciser.
        Merci Françoise de l’avoir fait.

  4. Avatar katia dit :

    @ Cerbère,@ Hermine,
    Merci de nous remettre en mémoire le magnifique “testament” du Louis XVI roi de France.
    “En coupant la tête de Louis XVI,la Révolution a coupé la tête à tous les pères de famille.
    Il n’y a plus de famille aujourd’hui,il n’y a plus que des individus.
    En voulant devenir une Nation,les français ont renoncé à être un empire….
    Tout pays qui ne prend pas sa base dans le pouvoir paternel est sans existence assurée.
    Le roi,c’est nous tous.
    Mourir pour le roi,c’est mourir pour soi-même,pour sa famille qui ne meurt pas plus que ne meurt le royaume.”Honoré de Balzac.

  5. Avatar katia dit :

    @ Charlotte Parc,

    Le 1 novembre est la fête de la Toussaint.Fête des Saints connus ou inconnus.
    Depuis les premiers temps de l’Église,les Chrétiens prient pour les morts,ils prient les Saints et leur demandent de l’aide.c’est cela qui est appelé la communion des Saints.
    Les morts étaient près de nous car près du Christ,ils peuvent nous soutenir dans les difficultés et on peut donc les prier.
    Lorsque l’on voit l’humilité de Louis XVI devant sa mort,lorsque l’on voit ce roi très chrétien qui pardonne à ses bourreaux et qui demande à Dieu d’épargner la France ,lorsque l’on pense qu’à la Révolution la guillotine marchait à plein régime ,lorsque l’on pense au régime de la Terreur,aux comités de Salut Public,et au nombre de morts sacrifiés sur l’autel de la “liberté”,alors oui on peut faire dire une messe pour Louis XVI qui a tellement aimé la France.
    Que pensez-vous Charlotte du “Testament de Saint Rémy” ?

  6. Avatar Michel dit :

    Si le roi Louis XVI avait été « principalement immolé en haine de la Foi et par un esprit de fureur contre les dogmes catholiques », selon le jugement de Pie VI, comment se fait-il qu’il ne soit pas considéré par l’Église comme un martyr de la foi et donc béatifié ou canonisé ?

  7. Avatar jean dit :

    c’était le début de la fin du pays.

  8. Avatar angel dit :

    Bjr Daniel
    je vous remercie de cet article relatant ce Roi pieu et l’éloge fait par le souverain pontife
    PIE VI je, vais m’informer plus profondément sur ce bon Roi car j’aime connaitre à fond le sujet qui m’intéresse

  9. Avatar halte dit :

    [Vous êtes un méprisable crétin et en plus un lâche puisque votre courriel est inventé]

  10. Avatar YvesYves dit :

    @Charlotte Parc
    “Ma foi biblique m’interdit de prier pour les morts ou d’invoquer les morts au profit des humains actuellement vivants. (je peux chercher et trouver les références bibliques, m)”

    Vous êtes Témoin de Jéhovah! J’aimerai que vous me citiez des références bibliques.

  11. Avatar Gilberte dit :

    @ Charlotte Parc
    Pour juger les représailles contre les protestants il faut replacer les gens dans leur époque. 16e siècle, les pays protestants envoyèrent en France des émissaires pour convertir au protestantisme ce qui a abouti aux guerres en France financées par la Hollande , les lands allemands pour les protestants contre l’Espagne pour les catholiques français afin d’y placer leur protégé sur le trône de France. Louis XIV a voulu rassembler le pays. Dans le livre: “la Bastille dévoilée par ses archives” de Claude Quetel nous lisons des séries de lettres authentiques par exemple
    Aulmont l’aîné exempt de police à M d’Argenson lieutenant de police 21 juin 1703 “Villonne (protestant) dit que son maître va mettre le feu aux 4 coins de Versailles, s’il y trouvait le maître il le poignarderait. Ces discours continuaient tous les jours; quand il voit que l’on porte le bon Dieu par les rues (le Saint Sacrement aux malades) tiens voilà ton Dieu qui est fou il court les rues ” Aujourd’hui nous sommes sortis de ces rivalités Dieu jugera. La révocation de l’Edit de Nantes a été signée non par Louis XIV qui était souffrant (sinusite mâchoire infectée) mais par Louvois ministre de la guerre qui assurait l’intérim
    Lors de l’assassinat de Louis XVI, nous dit G Lenotre contemporain, le reste du jour se passa dans la torpeur sur la ville entière Durant 2 jours Paris sembla mort ,boutiques fermées, personne dans les rues sinon des soldats Les théâtres ouvrirent mais restèrent déserts” dans “la vie à Paris pendant la révolution”

  12. Avatar katia dit :

    “Le 21 Janvier,avec le meurtre du Roi-prêtre,s’achève ce qyu’on a appelé significativement la passion de Louis XVI.Certes,c’est un répugnant scandale d’avoir présenté,comme un grand moment de notre histoire,l’assassinat public d’un homme faible et bon.Cet échafaud ne marque pas un sommet,il s’en faut.Il reste au moins que,par ses attendus et ses conséquences,le jugement du roi est à la charnière de notre histoire contemporaine.Il symbolise la désacralisation de cette histoire et la désincarnation du Dieu Chrétien.Dieu,jusqu’ici,se mêlait à l’histoire par les Rois.Mais on tue son représentant historique,il n’y a plus de roi,il n’y a donc plus qu’une apparence de Dieu relégué dans le ciel des principes.
    Les révolutionnaires peuvent se réclamer de l’Évangile.En fait,ils portent au Christianisme un coup terrible,dont il ne s’est pas encore relevé.Il semble vraiment que l’éxécution du Roi,suivie,on le sait,de scènes convulsives,de suicides ou de folie,s’est déroulée tout entière dans la conscience de ce qui s’accomplissait.Louis XVI semble avoir parfois,douté de son droit divin,quoiqu’il ait refusé systématiquement tous les projets de loi qui portaient atteinte à sa foi.Mais à partir du moment ,où il soupçonne ou connaît son sort,il semble s’identifier,son langage le montre,à sa mission divine,pour qu’il soit bien dit que l’attentat contre sa personne vise le Roi-Christ,l’incarnation divine,et non la chair effrayée de l’homme.Son livre de chevet,au Temple,est l’imitation de Jésus -Christ.
    La douceur,la perfection que cet homme,de sensibilité pourtant moyenne,apporte à ses derniers moments,ses remarques indifférentes sur tout ce qui est du monde extérieur et ,pour finir ,sa brève défaillance sur l’échafaud solitaire,devant ce terrible tambour qui couvrait sa voix,si loin de ce peuple dont il espérait se faire entendre,tout cela laisse imaginer que ce n’est pas Capet qui meurt,mais Louis de droit divin,et avec lui,d’une certaine manière,la Chrétienté temporelle.Pour mieux affirmer encore ce lien sacré,son confesseur le soutient dans sa défaillance ,en lui rappelant sa “ressemblance” avec le Dieu de douleur.Et Louis XVI alors se reprend,en reprenant le langage de ce Dieu:”Je boirai,dit-il le calice jusqu’à la lie.”Puis il se laisse aller,frémissant,aux mains ignobles du bourreau.” Albert Camus extrait de son livre “L’homme révolté”.

  13. Avatar Gilberte dit :

    ma réponse à charlotte Parc a été placée avant qu’elle n’écrive , cela fait bizarre

  14. Avatar Gérard P. dit :

    222 ans après en prenant conscience de ces tristes évennements cela me donne le vertige et un sentiment de honte !
    Pourquoi le Roi Louis XVI n’est pas béatifier? s’est sûrement que personne n’a oser faire la demande !! Que reste t-il de tout cela ? Une République comme les philosophes d’Athène l’ont immaginé ?
    Vous ne voulez pas de la Croix alors vous aurez le croissant !
    La famille en péril et la mort des enfants avant la naissance. Avenir ou es -tu ?Priez et faite pénitence seul DIEU connait la suite !
    Les Anglais Eux ont encore une Reine!!!
    Hommes sans DIEU ou coupe jaret sont pire que la “BÊTE”!

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services