Non classé

À leur tour, les évêques du Canada interpellent les autorités saoudiennes sur le grand mufti du royaume

4 juin à 10:30
Commentaires (3)
  1. Avatar Melmiesse dit :

    ce cheikh devrait se faire psychanalyser il délire il est irréaliste désire-t-il une dictature du Moyen-orient dont il serait la tête?

  2. Avatar jofel dit :

    Hélas ! Le dialogue entre les grandes religions du monde, la Conférence mondiale sur le dialogue, à Madrid, même portée devant les Nations Unies, exprimant sans doute un désir sincère de paix, ne peut aboutir, car cette grande « construction » (Ap. 17) rejette la pierre principale menant à bien toute entreprise humaine, et ayant pour nom Jésus, le Fils de Dieu. Car il est écrit :
    « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel (1), Prince de la paix » (Isaïe 9 :6)
    « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4 :12)

    « L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle, Et une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale » 1Pierre 2 :7) S’il y a un honneur pour ceux qui bâtissent sur cette pierre, il y a forcément un déshonneur pour ceux qui font abstraction de ce nom au cours de ces dialogues

    « C’est pourquoi, quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 10 :32).

    Il arrive donc un moment où il faut choisir entre « un dieu » que les hommes se construisent, et Celui qui a révélé le vrai Dieu et par qui toutes choses sont. Dans cette construction il ne peut y avoir de consensus, car il est bien écrit :
    (1) – « Je suis l’Éternel, c’est là mon nom ; Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, Ni mon honneur aux idoles » (Isaïe 42 :8). Remarque : Ici, il est aussi question d’honneur.

    C’est pourquoi il est aussi écrit et recommandé : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux » (Ap. 18 :4).
    Nota : Parfois, nous sommes confrontés à ce dilemme : Plaire à Dieu et l’aimer en lui obéissant, même si cela fait mal aux entrailles, ou suivre des hommes qui « retiennent son Nom » comme cela est mis au grand jour dans les « lettres au 7 Eglises », Apocalypse 2 :13.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services