Bagdad : messe pour les martyrs en la cathédrale syriaque catholique 40 jours après le massacre


Plusieurs centaines de chrétiens se sont rassemblés vendredi en la cathédrale syriaque catholique de Bagdad, 40 jours après le carnage perpétré par un commando d’Al-Qaïda, pour une messe marquant selon les proches des victimes l’entrée des “martyrs” au paradis.

Au coeur du quartier commerçant de Karrada, l’église Notre-Dame du Perpétuel secours porte toujours les stigmates de l’attaque, l’une des plus violentes commises contre la communauté chrétienne d’Irak. Les carreaux de ses fenêtres n’ont pas encore été remplacés, les boiseries demeurent déchiquetées et des traces de sang sont toujours visibles sur les murs.

Le 31 octobre, veille de la Toussaint, un commando armé attaquait la cathédrale en pleine messe, tenant tête pendant plusieurs heures aux forces de sécurité. Au total, 44 fidèles, deux prêtres et sept membres des forces de sécurité ont péri dans cette opération, ainsi que tous les membres du commando.

“Nous n’aurions jamais cru devoir un jour être ici pour nous joindre à cette tristesse”, a dit le primat de l’église syriaque catholique, Ignace Joseph III Younan, venu du Liban pour célébrer la messe. “Ils (les défunts) priaient Dieu pour que ce pays retrouve sa grandeur et pour l’unité des fils de l’Irak”, a ajouté le patriarche. “Leur sang purifiera l’une des plus grandes erreurs au monde, qui consiste à tuer au nom de la religion.”

Dans la cathédrale bondée, les proches des victimes ont pris place, de même que des rescapés du carnage, des représentants d’autres communautés chrétiennes, des ambassadeurs et des dirigeants politiques irakiens, parmi lesquels l’ancien vice-président Adel Abdel Mehdi et Ammar al-Hakim, chef du Conseil suprême islamique d’Irak (chiite).

Des posters géants à l’effigie des deux prêtres tués -le père Wassim et le père Taher- ornent le portail de l’entrée, et les photos des 44 autres fidèles tués sont affichées à l’intérieur.

Il est de tradition chez certaines communautés chrétiennes d’Orient d’organiser une messe à la mémoire des défunts 40 jours après le décès.

“Cette messe vise à dire aux âmes des morts qu’elles sont désormais avec Jésus”, a expliqué le père Karam Kamal.

Pour Salim Ablahat Boutros, 46 ans, oncle du père Taher, cet office est “merveilleux” et “tous les martyrs le méritaient”. “Nous nous sentons mieux, car nous savons qu’ils sont au paradis, et que Dieu leur a réservé la place qu’ils méritaient. Maintenant, il faut qu’ils prient pour nous”, ajoute-t-il dans un sourire.

Côme Dubois (source : AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3373 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter