Béziers : la Crèche de Noël municipale doit déménager…


Sous le titre « Pour la première fois en France, l’État expulse la crèche d’une mairie », la mairie de Béziers a publié le communiqué qui suit. Nous vivons décidément dans une société qui marche sur la tête et qui pense avec ses pieds. Encore une fois, la nocivité et l’absurdité de la Loi de 1905 sont démontrées. Nous nous associons évidemment à la protestation de la Ville de Béziers contre une telle décision étatique scandaleuse.

Communiqué

La crèche de Noël de la mairie de Béziers est expulsée de l’Hôtel de Ville. La décision du tribunal administratif de Montpellier est tombée ce lundi 18 décembre. Une décision aberrante contre laquelle la Ville de Béziers se réserve le droit de faire appel. Mais ce qui frappe le plus, c’est que cette décision de justice vient à la suite d’une plainte… du préfet de l’Hérault.
Il ne s’agit plus là de quelques associations “laïcardes” bien décidées à faire la peau à nos santons, comme ce fut le cas en 2014 ou 2016. Non, cette fois c’est bien l’État qui, seul, via son représentant dans l’Hérault, fait retirer la crèche. C’est une “première”, dont la portée symbolique – et historique – n’a pas fini de nous abasourdir.
Plus ahurissant encore, le jugement qui vient d’être rendu. Le juge des référés, censé se prononcer sur « l’urgence », rend une décision de fond sur la crèche. Le tribunal considère en effet que « l’installation d’une telle crèche […] dans un emplacement public, n’est légalement possible que lorsqu’elle présente un caractère culturel, artistique ou festif » et que « l’installation dont il s’agit ne présente pas de caractères artistiques particulières, n’étant composée que de santons ordinaires ». Ainsi, on apprend que le juge des référés est désormais compétent pour juger de l’aspect culturel – ou non – d’une manifestation dans le cadre des animations de Noël. La décision de justice impose donc à la commune de Béziers de retirer sa crèche du hall de son Hôtel de Ville. Dès demain, elle sera déplacée. Pour continuer d’admirer la traditionnelle crèche de Noël de Béziers, nous donnons rendez-vous dès le jeudi 21 décembre à tous les Biterrois dans le hall de l’Hôtel Dulac, 27 rue du 4 Septembre. La crèche de Béziers y sera réfugiée et bien visible, de 8h à 19h. Sur le fond, la Ville de Béziers n’en restera pas là. Car elle sait pouvoir compter sur les 23 000 visiteurs qui, l’an passé encore, sont venus admirer la crèche de Noël de Béziers. Elle sait pouvoir compter sur ces milliers de visiteurs de toutes confessions qui ont dit leur goût de nos traditions dans les cinq livres d’or remplis de messages de soutien. Elle sait pouvoir compter sur d’innombrables Français pour se battre à ses côtés, pour défendre ce qu’ils nous refusent. « Ils », ce sont ceux qui veulent toujours tout interdire, ceux qui luttent contre nos traditions. « Ils », ce sont ceux qui, en réalité, n’aiment ni Béziers, ni la France. La nouveauté, glaçante, c’est que « ils », c’est désormais l’État.

Source : Mairie de Béziers, 18 décembre

8commentaires
  1. Gilberte

    20 décembre 2017 à 20 h 31 min

    c’est plus facile de s’opposer à une crèche que de faire régner la loi dans les quartiers de non-droit, là pas de caméras de surveillance qui seraient tout de suite détruites. Etat minable, la crèche sera tout de même visible

    Répondre
    • Romain

      21 décembre 2017 à 18 h 30 min

      @Gilberte

      C’est effectivement la conduite des lâches : des matamores armés s’attaquent au petit peuple sans armes.

      Ce n’est effectivement pas demain que la loi républicaine, avec ses fameuses valeurs inconnues, règnera dans les cités musulmanes de France !
      Le mot d’ordre c’est En marche vers la dhimmitude.

      Répondre
  2. Marie Claude

    20 décembre 2017 à 22 h 45 min

    Réaction pleine de bon sens de Robert Ménard dans un excellent commentaire où “ils”…l’état en prend pour son grade!
    Sait-il,l’ETAT,que nous sommes et serons des millions à connaître ce commentaire dans toute notre presse alternative,écrite et parlée??
    Affaire à suivre…

    Répondre
  3. Gérard P.

    21 décembre 2017 à 9 h 14 min

    La République en marche avec 52% de satisfaction pour le Président.La République en marche s’arrêtera où? Crèche, croix, églises, tout ce qui est catholique gêne depuis longtemps. La France championne du monde en Révolution et alcoolisme, tout cela met en péril la personne humaine.Le changement de société visible dans la rue.Catastrophe sur catastrophe, et l’on s’en fou.Les Français sont_ils des idiots ???
    Joyeux Noël malgré tout.

    Répondre
    • Etienne

      21 décembre 2017 à 14 h 31 min

      52 %…
      Combien cela coûte de s’offrir un sondage complaisant ?

      Pour le reste n’étant pas Français, comprenez mon abstention.

      Répondre
  4. de Pontcharra Christian

    21 décembre 2017 à 11 h 36 min

    C’est plus facile que d’offrir un repas de Noël aux SDF ! Affligeant !

    Répondre
    • Daniel Hamiche

      21 décembre 2017 à 16 h 10 min

      @de Pontcharra Christian

      Le Centre Communal d’Action Sociale de Béziers est très actif, renseignez-vous. Opposer Crèche de Noël et repas de Noël pour le SDF, me fait penser à un passage de l’Évangile : « Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus. Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? » » (Jean, 12, 1-5).

      Répondre
  5. Romain

    21 décembre 2017 à 18 h 14 min

    le préfet et le juge ont décidé d’éclairer le peuple de leur lanterne.

    Qu’ils se méfient car le bon peuple pourrait un jour faire une nouvelle révolution et mener le juge et le préfet… à la “lanterne”

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3232 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter