Boca Raton (Floride) autorise les ménorahs dans les bâtiments publics mais pas les crèches…


Etats-Unis (Floride). La Catholic League accuse depuis plusieurs jours la ville de Boca Raton de “discriminer les chrétiens”. Non sans raison, car cette municipalité de Floride autorise la mise en place de ménorahs dans les bâtiments publics mais refuse d’y installer des crèches ! Un quotidien de cet État, le Sun-Sentinel (site) a cru malin de voler au secours de la ville dans son éditorial de vendredi en affirmant que les scènes de la Nativité sont “des symboles religieux” alors que les ménorahs comme les sapins de Noël n’en sont pas, que les premières “violent la séparation de l’Église et de l’État”, mais pas les seconds…

Réaction cinglante de Bill Donohue, le président de la Catholic League :

« C’est l’éditorial le plus remarquablement ignorant qu’il n’ait été donné de lire sur ce sujet. Si ce que déclare le Sun-Sentinel était vrai, alors on ne trouverait aucune scène de Nativité dans aucun lieu public dans tous les États-Unis. En fait, on en trouve dans les Capitoles des États, dans les résidences des gouverneurs, devant des bâtiments municipaux et dans les parcs publics. La ville de Boca Raton permet même l’installation d’une scène de la Nativité dans le parc de la place Sanborn ! Le 16 décembre, la Catholic League en inaugurera une avec des personnages de taille réelle sur le domaine public – Central Park –, comme elle le fait depuis le milieu des années 1990. Les Juifs y exposent la plus grande ménorah du monde pendant Hanoucca.

Si le Sun-Sentinel avait raison, alors toutes ces crèches seraient illégales. Je prends le pari avec ce journal : dites à ceux qui partagent votre ignorance de poursuivre devant les tribunaux la Catholic League quand nous auront installé notre crèche à Central Park. Et rappelez-leur de poursuivre aussi la direction des parcs et jardins de la ville de New York – c’est elle qui nous a donné l’autorisation.

Quelqu’un au Sun-Sentinel devrait aller raconter à un rabbin orthodoxe que la ménorah est un symbole laïc. Le journal doit aussi informer le public : il doit expliquer comment un symbole qui représente un miracle pourrait être laïc par nature. Et il devrait informer tous les juges fédéraux que le Deuxième Circuit s’est trompé quand il a, dans son jugement de 2006 (Skoros v. City of New York), décidé que “la Cour suprême et les autres Circuits s’accorde à reconnaître que la ménorah est un symbole religieux (souligné par moi). »

Vous pouvez dire votre désaccord au Sun Sentinel (afins@sun-sentinel.com) et à la municipalité de Boca Raton (MWoika@ci.boca-raton.fl.us).

Côme Dubois (source : Americatho)

3commentaires
  1. Lev

    12 décembre 2010 à 15 h 20 min

    Cela ne m’étonne pas tant que cela. J’ai passé un séjour à Boca Raton invité par mon employeur, il y a une vingtaine d’années: c’est un alignement de somptueux hôtels pour milliardaires, donnant sur une très belle plage. Seuls les richissimes juifs des USA peuvent s’y payer un séjour. Si vous désirez connaître leurs noms, allez voir l’excellent film “Inside job”: vous y retrouverez Larry Summers, Henry Paulson, Glenn Hubbard, Greenspan, Bernanke, Bernard Madoff, les voyous de Goldman Sachs, leurs concurrents de Lehman brothers, les escrocs de JP Morgan, de Citybank, etc, etc… Ne leur demandez pas comment chacun a pu gagner un minimum de 10 à 20 milliards de US-dollars. Les centaines de millions de travailleurs dans le monde, chrétiens ou autres, à qui ont été volés leur maison, leurs économies, leurs retraites, et qui sont réduits au chômage, sauront vous dire à qui cet argent fut volé.

    Répondre
  2. Pingback: Osservatore Vaticano » Blog Archive » La Floride contre les crèches |

  3. Pingback: Ripoublik.com – Réflexions sur le monde contemporain » Blog Archive » BHL prend les Chrétiens en otage, par Claude Timmerman |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3326 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter