Deux journalistes du blogue Le Rouge et le Noir arbitrairement interpellés


Rouge&Noir

Cela commence à bien faire et Manuel Gaz commence à nous les briser menu menu ! J’attendais, hier au soir, dans la seconde partie de mon émission sur Radio Courtoisie, deux journalistes de l’excellent blogue catholique Le Rouge et le Noir, dont le rédacteur en chef Carl Moy-Ruifey. Ayant appris que l’un de deux avait déjà été mis en garde à vue (GAV) – c’est la légion d’honneur de nos jeunes héros français désormais –, j’avais cru malin, la veille de l’émission, alors que je leur signalais les détails de l’émission, de leur préciser dans un post scriptum : « Tâchez d’éviter une GAV d’ici à demain soir… ». Ces deux jeunes gens ne se sont pas présentés au studio où se trouvaient Vivien Hoch, Philippe Cappello, président de l’Association pour la Liberté de conscience en France, et Me Jérôme Triomphe. Carl Moy-Ruifey vient par courriel de m’expliquer la raison de leur absence…

Votre post-scriptum m’avait fait sourire avant-hier soir, et pourtant, j’aurais dû être plus prudent ! J’ai retrouvé Thibault [Corsaire] hier après-midi, et avant de nous rendre à votre émission, nous avions entre autres prévu de nous rendre au Louvre pour y faire un petit reportage-photo à l’occasion de la visite de Hollande et Merkel. Bien que nous ne portions aucun signe distinctif, et n’avons crié aucun slogan, nous avons été rapidement repéré la police et parqué avec quelques autres manifestants dans l’étroite rue Bailleul. Alors que je pensais que nous serions relâchés assez vite, nous avons été rapidement embarqués sans ménagement après le départ de Hollande et Merkel ! Et ce, sans aucune raison, puisque nous n’avions commis aucune infraction, si ce n’est de faire preuve d’un peu de mauvaise volonté de bon aloi face au commissaire qui nous empêchait de prendre des photos ! Alors que mes précédents contrôles d’identité n’avaient pas duré plus de deux ou trois heures, nous n’avons été relâchés qu’à l’approche du dernier métro. Un officier de police a eu le culot de me dire que nous avions eu de la chance d’échapper à une nouvelle garde-à-vue ! Autant vous dire que l’officier de police judiciaire qui a dressé le procès-verbal était bien embarrassé. Je dois avouer que j’en reste encore pantois, puisque dans d’autres manifestations du même genre, je n’avais encore jamais assisté à une pareille violation de la loi par les forces de l’ordre.

Ce n’est pas la première, et vraisemblablement ce ne sera pas la dernière…

20commentaires
  1. Pingback: Dois jornalistas católicos detidos arbitrariamente pela polícia maçónica dos Khmers Rosa de François Hollande | perspectivas |

  2. Pingback: Dois jornalistas católicos detidos arbitrariamente pela polícia maçónica dos Khmers Rosa de François Hollande | Bordoadas |

  3. gaudet

    1 juin 2013 à 0 h 19 min

    Je suis d’accord avec monsieur Daniel Hamiche, il est temps de remettre les forces de police devant les exigences de la loi. En premier lieu, en principe on place une personne en garde à vue , en raison du soupçon fondé d’un délit normalement puni par le code pénal, car dans le cas contraire nous sommes dans le domaine de la détention arbitraire qui est elle même punie par la loi. Que l’on mette en garde à vue un présumé dealer de drogue , c’est conforme à la législation pénale. Mais que l’on mette de simples particuliers n’ayant pas à priori commis de délit flagrant au vu du code pénal, voilà ce qui nous ramène aux méthodes propres aux polices politiques et aux régimes totalitaires. D’autant plus que selon la loi, à partir d’une certaine heure de garde à vue, la personne doit bénéficier d’un avocat, ce qui évidemment ne fut pas le cas, et place l’administration dans une position légale encore plus douteuse .

    Quand on pense que les juges vont jusqu’à libérer des dangereux délinquants pour de simples erreurs légères de procédures, la détention arbitraire de citoyens honorables devient insupportable et nous fait douter légitimement de l’existence encore réelle de la démocratie française

    Les citoyens normaux , travaillant et payant leurs impôts commencent vraiment à nourrir l’impression très désagréable que afin de ne pas être poursuivi et emmerder injustement dans la France de 2013, il faut être soit un politicards pourri gagnant 15 000 euros par mois, soit un membres du club des grandes fortunes ( et encore ? ) soit un pure criminel de banlieue à qui la justice de gauche réservera évidemment toute son indulgence.

    Cela suffit ! nous sommes tous vrais français excédés par ce système pourri! et je conseille vivement aux victimes de mises en garde à vue arbitraires, de prendre un excellent avocat et porter l’affaire en justice! et même si la justice partiale et politique, rend un jugement négatif au détriment des victimes de pareils agissements insupportables, nous aurons au moins eu l’occasion d’avoir provoquer une procédure étant malgré tout fort déplaisante pour le pouvoir gaucho socialo, ce qui pourrait quelque peu les calmer , si le même processus judiciaire venait à beaucoup trop souvent à se répéter à leur gout!

    Répondre
    • Patricia

      1 juin 2013 à 9 h 48 min

      Vous avez raison, il faut systématiquement que toutes les victimes de ces agissements portent plainte sinon rien ne va les arrêter, ils iront toujours plus loin dans l’abus de pouvoir. Il est évident qu’on glisse vers une dictature, lancer des pétitions systématiquement pour dénoncer ce genre de dérapage ne serait pas mal non plus. Ça fait désordre pour eux et l’information est largement diffusée par internet ce qui les discrédite dans l’opinion publique.

      Répondre
  4. lamethodebronson

    1 juin 2013 à 8 h 07 min

    Les rafles opérées dans cette ” Reich-publique” commencent à dépasser les bornes et notre patience! il est temps de stopper ce triste sbire si toxique qu’est Manolo el guignolo!
    (merde aux écoutes!)

    Répondre
  5. LESON

    1 juin 2013 à 8 h 39 min

    On se croirait au temps de la terreur stalinienne : c’est où le goulag ??

    Répondre
  6. Maurice

    1 juin 2013 à 9 h 11 min

    Et après ça, ils vont nous dénier le droit d’employer le mot « résistance » ?!
    Nous ne sommes plus dans un état de droit vu les faits que commettent les forces de l’ordre, est-ce les prémices d’un état totalitaire ?
    Nous sommes victime d’un délie d’opinion tandis que d’autres qui saccagent à tout va ne sont pas inquiété car les forces de l’ordre n’osent pas aller là où ils habitent, et même lorsqu’ils viennent au Troicadéro pour faire la fête ; oh de temps en temps nous avons bien une descente qui est faite avec des moyens digne d’une guerre civil pour nous donner le change (avec moult médias), force doit rester à la loi nous disent-ils, qui y croit lorsque nous voyons ses lieux où même les habitants cherche à en partir au plus vite ?

    Répondre
  7. Gisèle

    1 juin 2013 à 9 h 46 min

    Les ” lois ” ??? quelles lois ?????
    Celles tout nouvellement descendues de Cyrius ou plutôt non …. remontées de l ‘ enfer !

    Répondre
  8. Gisèle

    1 juin 2013 à 9 h 47 min

    Mais .. regardez bien la photo de votre blog ….
    La réponse y est .

    Répondre
  9. theofrede

    1 juin 2013 à 9 h 48 min

    Gaudet n’a pas encore compris que nous vivons dans une dictature socialiste ?

    Répondre
  10. Marc-Antoine

    1 juin 2013 à 11 h 04 min

    Lors de GAV abusive.
    N’oubliez pas des la première heure de demander l’assistance d’un avocat (même choisi sur la liste du parquet , tant pis, si vous n’avez pas d’avocat dans vos connaissances)
    Ensuite vous avez sur “LA GRIFFE” des avocats aguerris à ce type ” d’abus de droit.”

    Si il y a “dérapages” de la part de l’OPJ, ou plus précisément des “adjoints”.
    vous pouvez déposer une plainte auprès de la CEDH (cour européenne des droits de l’homme…)
    (Et Cassation CRIM. Du 26 juillet 1994 Gaz; du Pal.CH 693)
    Pour:
    “Altération de la santé psychologique qui constitue un préjudice propre”
    “Qui atteint la personne dans son affectation, sa probité , dans son honneur ou dans sa réputation est indemnisable…..”

    Le fait que l’auteur d’une infraction soit une personne investie d’une fonction ou d’une mission de service public rend ses agissements délictueux particulièrement graves pour la société.
    Aussi de nombreux textes voient-ils dans cette qualité une circonstance aggravante de l’infraction (quand elle n’en est pas déjà un élément constitutif). P.ex. l’art. 228-8 7° C.pén. voit dans la qualité de dépositaire de l’autorité publique une circonstance aggravante du crime de violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner.
    “Le quasi-délit est caractérisé par une faute ayant causé un préjudice à autrui, faute consistant en une simple maladresse, inattention, imprudence ou impéritie. Il correspond à une faute involontaire”
    . Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.
    2. Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.
    ARTICLE 9
    Liberté de pensée, de conscience et de religion
    1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.
    2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.
    ARTICLE 10
    Liberté d’expression
    1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations.
    2. L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécur………………….

    En tout état de cause demandez des l’arrivée en GAV le présence d’un avocat cela les calment

    Répondre
  11. Pierre

    1 juin 2013 à 14 h 56 min

    Ne vous plaignez pas trop.. . vous savez qu’en Algérie, sous le règne de De Gaulle, on nous canardait pour avoir voulu rester Français.

    Il est à craindre un retour de balancier, une garde à vue n’est pas mortelle, encore qu’on ne sait jamais…

    Répondre
  12. Struyven

    1 juin 2013 à 20 h 20 min

    Je trouve cela proprement scandaleux…..je cherche la vraie République et la vraie démocratie……cela est devenu un régime totalitaire…..!

    Répondre
  13. maurice

    1 juin 2013 à 23 h 40 min

    il faut porter plainte pour arrestation arbitraire

    Répondre
  14. Hélène

    2 juin 2013 à 7 h 43 min

    C’est vrai nous sommes en dictature!

    Répondre
  15. Lionel

    2 juin 2013 à 17 h 51 min

    Il ne s’agit pas d’un excès ou d’une bavure, mais du fonctionnement NORMAL d’un système socialiste qui ne peut s’appliquer qu’en s’en prenant aux libertés individuelles.

    Répondre
  16. Siobud

    3 juin 2013 à 11 h 40 min

    Le nerf de la guerre ! la monnaie.
    Retirons tous en une même semaine (car l’état risque de réagir en bloquant arbitrairement ) l’argent de nos livrets A. C’est simple vous donnez l’ordre à votre banque de verser sur votre compte courant la presque totalité des sommes économisées de vos livrets A.
    Imaginez la panique : 15000€ X 1 000 000 comptes = 15 000 000 000 € en deux ou trois jours. Votre banquier le fait sur simple demande de votre part.
    Le gouvernement “bascule” . Que va dire la commission européenne à Nazhollande !
    Prêt à le faire ? Qui peut faire circuler la proposition rapidement avant l’été ?

    Répondre
    • Blanc

      3 juin 2013 à 13 h 11 min

      prête à le faire, mais il faut que ce soit relayé un maximum pour qu’il y ait impact de cette action!! facebook, twitter, sites de pétitions,….

      Répondre
  17. Blanc

    3 juin 2013 à 13 h 10 min

    à tous ceux qui se retrouvent en GAV sans motif valable, rejoignez le groupe “GENERATION GAV” (facilement trouvable sur google). Ils recherchent tous les témoignages, les victimes du “zèle” des forces de l’ordre!

    Répondre
  18. theofrede

    5 juin 2013 à 19 h 55 min

    il circule sur internet une video de la France Catholique qui montre comment un avocat a pu faire lacher prise des policiers qui raflaient devant le Palais de Justice

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3326 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter