Égypte : ouverture du musée des martyrs coptes de Libye


Le musée a été inauguré le 9 juillet dernier. Que l’exemple et les reliques de ces martyrs inspirent tous les chrétiens d’Égypte et d’ailleurs à demeurer fermes dans la foi, à pardonner aux persécuteurs et à obtenir pour ces derniers la grâce du repentir et la conversion à Yassoua al-Massih, le Chemin, la Vérité et la Vie.

Dans le musée des Martyrs coptes de Libye, assassinés par des terroristes affiliés au prétendu État islamique en janvier 2015 sur une plage libyenne, aux côtés des cercueils utilisés pour rapatrier leurs dépouilles, sont conservées comme reliques également les menottes qui liaient les mains des martyrs alors qu’ils étaient égorgés, et ce qui reste des uniformes oranges que leurs bourreaux faisaient porter aux victimes de leurs macabres exécutions, toujours filmées et diffusées par Internet. Le musée a été inauguré ces jours derniers par l’évêque copte orthodoxe de Samalut, Anba Befnosios, et se trouve à côté de la cathédrale construite pour conserver les dépouilles mortelles des martyrs dans le village égyptien d’al-Our. Parmi les objets exposés dans le musée se trouvent également l’argent retrouvé dans les poches des coptes égyptiens martyrisés et leurs chaussures ainsi que des documents d’identité et des livrets de travail sur lesquels deux d’entre eux enregistraient au jour le jour leurs activités professionnelles.
Les familles des martyrs – indique Wataninet – ont exprimé leur joie pour l’inauguration du musée qui servira à rendre honneur « à la gloire de Dieu, manifesté au travers des martyrs, qui n’ont jamais renié leur foi ».
Les 20 coptes égyptiens [et un chrétien ghanéen] avaient été enlevés en Libye au début de janvier 2015. La vidéo de leur décapitation fut mise en ligne par les sites djihadistes le 15 février suivant. Une semaine après la nouvelle du massacre, le patriarche copte orthodoxe, Théodore II, décida d’inscrire les 21 martyrs égorgés par le prétendu État islamique au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Église copte orthodoxe, établissant pour la célébration de leur mémoire la date du 15 février.
Les dépouilles mortelles des coptes tués en Libye par des djihadistes avaient été identifiées fin septembre dernier dans une fosse commune de la côte libyenne, non loin de la ville de Syrte. Leurs corps avaient été trouvés les mains menottées derrière le dos, encore vêtus des combinaisons orange qu’ils portaient dans la vidéo macabre tournée par leurs bourreaux au moment de leur décapitation. Leurs têtes furent retrouvées à côté des corps.
Le rapatriement des dépouilles des martyrs en Égypte, annoncé à plusieurs reprises par les moyens de communication égyptiens, a demandé plus de temps que prévu et n’a pu avoir lieu qu’à la mi-mai. Entre temps, les analyses de l’ADN ont permis d’identifier chacun des corps des 21 martyrs.
« La vidéo qui montre leur exécution – indique à l’Agence Fides Mgr Antonios Aziz Mina, évêque copte catholique émérite de Gizeh – a été construite comme une mise en scène cinématographique terrifiante, dans le but de répandre la terreur. Et pourtant, dans ce produit diabolique […] on voit que certains des martyrs, au moment de leur mise à mort barbare, répètent : “Seigneur Jésus Christ”. Le nom de Jésus a été le dernier mot qui est venu sur leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils s’en sont remis à Celui qui, peu après, les aura accueillis. Ils ont ainsi célébré leur victoire, une victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom murmuré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre ».

Source : Agence Fides, 12 juillet

5commentaires
  1. Françoise

    13 juillet 2018 à 8 h 32 min

    Espérons que l’inauguration de ce musée incitera les Frères musulmans à réfléchir – pour le moins, à faire baisser le niveau effarant des attentats perpétrés contre les chrétiens d’Egypte.

    Répondre
  2. Michel

    13 juillet 2018 à 9 h 02 min

    L’Eglise copte est l’Eglise des martyrs, depuis Dioclétien jusqu’à aujourd’hui.

    Répondre
    • Michel

      14 juillet 2018 à 9 h 10 min

      Du reste le calendrier copte part de la grande persécution sous Dioclétien en 284 (les coptes sont aujourd’hui en l’an 1734 de l’ère des martyrs).

      Répondre
  3. balaninu

    13 juillet 2018 à 11 h 39 min

    Merci de nous avoir informés Monsieur Hamiche. Puisse le Seigneur nous accorder pareille Foi !

    Répondre
  4. Marie-Gabrielle Leblanc

    13 juillet 2018 à 19 h 19 min

    Chers 21 martyrs de Samalout, priez pour nous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3231 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter