Inde : commémoration des pogroms antichrétiens de 2007-2008 en Orissa


Ces pogroms avaient fait 75 morts, 18 000 blessés, de nombreuses femmes violées (dont une religieuse) et s’étaient soldées par 400 villages “purgés” de toute présence chrétiennes, l’incendie de 6 000 maisons rendant 60 000 personnes sans abri, et plus de 300 églises et lieux de culte…

Le 25 août prochain, sera célébrée en Orissa une “Journée” spéciale de la mémoire pour commémorer les victimes des massacres antichrétiens de 2007 et 2008. Ainsi que l’a appris Fides cette “Journée” verra l’organisation de plusieurs initiatives – veillées de prière et manifestations publiques – et entend sensibiliser la population sur l’absence de justice rendue aux survivants. Le Forum de Solidarité nationale, coalition de différentes organisations, d’artistes, d’intellectuels, d’avocats et d’activistes des droits fondamentaux, communique que différentes actions et initiatives sur le thème de la justice sont prévues au cours de cette journée. Le Forum a diffusé un appel, envoyé à Fides, dans lequel il invite la société civile, en Inde et à l’étranger, à s’unir à la journée durant laquelle seront commémorées les victimes des pogroms opérés par des extrémistes hindous dans le district de Kandhamal. « Les adivasis (indigènes locaux) et les dalits chrétiens ayant survécu attendent encore que la justice soit rendue alors que les coupables sont en liberté » remarque le communiqué, rappelant « [qu’]il semble toujours plus évident que la violence était complètement programmée et n’a pas été le résultat d’une action spontanée sur la base de l’identité religieuse ». Le Forum rappelle la violation flagrante, à l’époque et aujourd’hui encore, « des droits des femmes, des enfants, des droits religieux, de ceux des indigènes et des dalits et des droits fondamentaux en général », soulevant des questions relatives « au rôle de la police, du système judiciaire, du gouvernement et des moyens de communication de masse » et au fait « [qu’]une telle tentative de génocide met en discussion les fondements mêmes de la démocratie indienne (…) Il est frustrant et douloureux de constater que de nombreuses personnes ont été tuées et de nombreuses églises démolies, des femmes violées, des minorités religieuses contraintes à se convertir, des maisons incendiées et que même des orphelinats ont été détruits par l’organisation hindouiste radicale Sangh Parivar sachant que le gouvernement a presque facilité cette violence » remarque le texte. C’est pourquoi les auteurs du texte cherchent des adhésions à cette “Journée” dans toute la nation.

Source : Agence Fides (31 juillet)

Un commentaire
  1. Patrick GUELPA

    1 août 2014 à 22 h 58 min

    Honte aux hindouistes pour les meurtres et les crimes perpétrés contre les Chrétiens dans ce pays arriéré !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3368 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter