Cartes des événements

Inde : fillette chrétienne violée et tuée

Commentaires (2)
  1. Gilberte dit :

    On n’ose pas imaginer la scène de tortures subies par la fillette, horrible!
    “une personne ne perd pas sa dignité après avoir commis des crimes très graves” dit le nouveau catéchisme. Parce que ces Hindous avaient de la dignité auparavant? On ne commet pas ce genre de crimes lorsqu’on a eu un jour un minimum de dignité, la dignité d’un félin qui s’empare d’une gentille gazelle, d’un serpent qui avale un gentil lapin. Il y a des conversions pour justement avoir une vie respectable et digne, que les convertis ne trouvent pas ailleurs
    Supprimer la peine de mort pour une simple incarcération cela donne bonne conscience

  2. marie dit :

    Abomination est le seul mot qui vienne et, de cette abomination, vient la nausée. Nausée de l’âme et de l’estomac. Tout en moi est nausée.
    Ce qui est terrifiant, c’est l’existence dans l’homme, d’un mal tel qu’il le pousse à commettre de tels actes.
    Ce qui est terrifiant, c’est que nous sommes tous concernés, solidaires de ce mal de par notre nature humaine.
    Ce qui est terrifiant, c’est que nous ne nous repentirons jamais assez de notre capacité à faire le mal. Nous en sommes porteurs. Quelqu’un a semé le mal dans notre être, un mal absolu. Sans un combat acharné contre lui en nous, voilà les fruits qu’il peut donner.
    Dénoncer, accuser, vouloir que justice soit rendue est juste mais insuffisant.
    Comment ces nouveaux convertis vont-ils comprendre leur nouvelle foi, le Dieu de tendresse et d’amour?
    Comment vont-ils pouvoir résister au martyre de leur petite enfant si brutal, si odieux, venu si promptement comme en réponse de leur conversion?
    Comment ne vont-ils pas interroger Dieu?
    Il faut une foi déjà bien enracinée pour accepter le silence ou l’impuissance de Dieu.
    Si nous avons la foi, nous croyons que ce petit ange est déjà au ciel, qu’elle a rejoint la grande cohorte de ceux qui ont lavé leur robe dans le sang de l’Agneau.
    Mais qu’en est-il des parents, responsables de la conversion, comment ne pas se sentir coupables de l’abomination dont leur enfant a été victime?
    Il faut prier, prier pour eux, crier pour eux, hurler au ciel pour eux.
    Que le Seigneur les visite, les console et garde intacte leur foi si rudement et atrocement éprouvée dès sa naissance.

Répondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services