Israël : menaces sur le statu quo avec les Églises sur les Lieux Saints


L’Orient est compliqué. Jérusalem et la Terre Sainte le sont davantage encore…

Selon les patriarches et chefs des Églises et communautés chrétiennes de Jérusalem « une tentative systématique visant à miner l’intégrité de la Ville Sainte » et à « affaiblir la présence chrétienne en Terre sainte » est en cours. Un tel projet se manifeste clairement dans les « récentes violations du statu quo » sur les Lieux Saints ainsi que dans une proposition de loi signée par une quarantaine de membres du Parlement israélien qui « limiterait les droits des Églises sur nos propriétés ». Tels sont les motifs contingents qui ont poussé les plus hauts représentants de l’ensemble des Églises et communautés chrétiennes présentes à Jérusalem à signer ensemble un document conjoint dans lequel ils expriment leur ferme opposition à « toute action » de la part de « toute autorité ou groupe » ayant pour effet de violer ou de miner « des lois, accords et règlements qui ont réglé notre vie pendant des siècles ». Le document, diffusé hier par les canaux officiels des Églises et communautés, porte la signature des treize chefs des Églises et communautés chrétiennes présentes à Jérusalem. La liste des signataires débute par le nom de Théophile III, patriarche grec orthodoxe de Jérusalem, et comprend également ceux de Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du patriarcat latin de Jérusalem, ainsi que du Père Francesco Patton OFM, custode de Terre Sainte.
La préoccupation des Églises et communautés chrétiennes autour du statu quo qui réglemente la coexistence des communautés religieuses dans la Vieille ville de Jérusalem a été ravivée par la décision de la Cour israélienne du début du mois d’août qui, après un long contentieux, a rejeté les initiatives légales par lesquelles le patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem avait tenté de faire reconnaître comme « illégales » et « non autorisées » l’acquisition de certaines de ses propriétés de la part de l’organisation juive Ateret Cohanim en 2004, une affaire à laquelle s’était ajoutée récemment la proposition de loi relative à la gestion des propriétés présentée au Parlement israélien et que les patriarches et chefs des Églises et communautés chrétiennes de Jérusalem considèrent comme politiquement orientée.
Les tentatives dénoncées – peut-on lire dans le document – ne touchent pas qu’une seule Église « elles nous touchent tous, et elles affectent les chrétiens et toutes les personnes de bonne volonté à travers le monde. Nous avons toujours été fidèles à notre mission de veiller à ce que Jérusalem et les Lieux Saints soient ouverts à tous, sans distinction ni discrimination ». Les signataires se déclarent également d’accord sur le fait de soutenir le recours intenté par le patriarcat grec orthodoxe devant la Cour suprême d’Israël contre la décision du mois d’août dernier relative à la propriété d’immeubles contestés. Ils font appel aux chefs chrétiens et aux fidèles du monde entier, ainsi qu’aux chefs de gouvernements, afin que toutes les initiatives visant à assurer le respect des règles du statu quo dans les Lieux Saints enregistrent un soutien diffus et internationale en tant que contribution concrète à l’affirmation d’une « paix juste et durable » dans l’ensemble de la région.

Source : Agence Fides, 5 septembre

8commentaires
  1. francisco

    6 septembre 2017 à 9 h 27 min

    Dans ce XXI ème siècle qui suscitait dans les dernières années du siècle précédent tant d’espoirs , on ne peut que s’effrayer des menaces apocalyptiques qui font maintenant l’actualité .
    Et comme si ces grandes rivalités ne suffisaient pas , les chrétiens qui vivaient en paix jusque là furent persécutés ,massacrés là où ils étaient minoritaires ,sans susciter une grande indignation des Etats Occidentaux , où , aussi chez eux, cette indifférence s’est transformée à leur égard en hostilité “cultuelle et culturelle”. Et voilà qu’à Jérusalem ce déni apparaît; comme un point d’orgue !Ce monde de fureurs et de rapacités ne veut plus rien qui évoque le Christ .
    Un Monde possédé .
    Avec des démons qui n’ont plus peur d’agir au jour.Anticipant la victoire, définitive croient-ils, de leur maître, Lucifer.

    Répondre
  2. Igor

    6 septembre 2017 à 11 h 01 min

    Je suis en total désaccord avec cet article, reflet de la propagande palestinienne qui influence les responsables d’églises (en majorité des arabes). Je suis chrétien et j’ai visité tout le pays d’Israël 8 fois. La liberté de culte et d’accès aux lieux saints chrétiens y est totale, ce qui n’était pas du tout le cas sous l’occupation jordanienne de 1948 à 1967, et ce qui n’est pas le cas dans les autres pays du Moyen-Orient, à l’exception peut-être du Liban. Le respect de toutes les religions et de tous les lieux saints est total en Israël. La seule chose qui prête à contestation est la propriété de la terre, qui n’est pas définitive dans la loi israélienne.

    Répondre
  3. Katia

    6 septembre 2017 à 12 h 59 min

    @ Igor,
    Le curé de la paroisse de Bethléem doit lui aussi être un menteur ou lobotomisé par” la propagande palestinienne”!!
    Voici un artcle que vous pourriez vérifier si le coeur vous en dit:

    “La situation des chrétiens à Bethléem et en Israël

    Le curé de la paroisse de Bethléem, partiarcat latin, a fait parvenir une lettre rappelant, si besoin est, que les chrétiens sont aussi persécutés par l’Etat d’Israël, non seulement parce qu’ils sont Palestiniens, mais aussi parce que Chrétiens. C’est un peu comme si l’Etat d’Israël voulait exclure de la ville tout ce qui n’est pas Juif. Déjà à Jérusalem les chrétiens n’ont pas accès à tous les postes administratifs, par discrimination religieuse, mais même pour l’obtention de prêts, ils sot consentis à un taux supérieur.”

    Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié Jeudi 23 déc 2010 • 11095 visites

    Répondre
  4. Tonton Jean

    6 septembre 2017 à 16 h 11 min

    Mon premier voyage en terre sainte 1969, mon deuxieme en 1984 puis depuis 1991 jusqu’en 2012 j’ai conduit de pélérins sur cette terre sainte. je peux dire qu’il y a des pressions des “responsables” politiques ou financiers pour acquérir des propriétés appartenant à diverses églises pour en faire des appartements pour la communauté israêlite.

    Répondre
  5. Gilberte

    6 septembre 2017 à 19 h 47 min

    Je n’ai pas retrouvé en 2007, les indications des différentes stations du chemin de croix sur les murs de la via dolorosa que j’avais suivies en 1981, je me suis demandé si c’était mes souvenirs qui étaient faux cela me semblait si énorme

    Répondre
  6. Tonton Jean

    7 septembre 2017 à 9 h 19 min

    Chère Gilberte,
    Lors de mon dernier pélérinage en 2012 les indications des stations étaient toujours présentes.

    Répondre
  7. Gilberte

    7 septembre 2017 à 12 h 58 min

    Tonton Jean
    juste après la 6eme, j’en ai perdu 2, arrêtée sans plaque, faut-il être étourdie!

    Répondre
  8. Tonton Jean

    7 septembre 2017 à 18 h 26 min

    Lorsque l’on monte la via dolorosa, la 7e se trouve juste en face quand on arrive au carrefour avec le “souk”, on entre dans une petite chapelle. Pour aller à la VIIIe station, en sortant de la 7e, il faut monter les escaliers qui se trouvent tout de suite à droite et 10 metres plus haut sur le mur à gauche il y a une inscription pour situer la VIIIe station et ensuite on redescend les escaliers et on prend le souk à droite pour continuer le chemin de croix

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3524 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter