La campagne « Free Asia Bibi » est-elle défavorable à la libération de l’infortunée chrétienne pakistanaise ?


La campagne internationale repart de plus belle pour exiger la libération d’Asia Bibi, cette maman catholique pakistanaise de cinq enfants, arrêtée en 2009 et condamnée à mort pour blasphème le 11 novembre 2010 et toujours en prison à ce jour. Le 1er juin dernier, avec le soutien du Jesuit Fund for Social Justice de la province anglaise de la Compagnie de Jésus, le groupe de pop chrétienne britannique Ooberfuse, a lancé une grande campagne de mobilisation internationale pour la libération d’Asia Bibi avec sa chanson Free Asia Bibi et un site éponyme anglais qui lui est dédié. Le groupe Ooberfuse semble plutôt bien en cours dans l’Église catholique puisqu’il fut appelé à participer à l’animation musicale des Journées Mondiales de la Jeunesse de Madrid en août de l’année dernière, et que la Conférence des évêques catholiques d’Angleterre et du Pays-de-Galles l’a sollicité pour composer la bande sonore de sa vidéo de promotion pour les vocations religieuses.

Toutefois, au Pakistan, l’Église catholique locale préférerait une mobilisation plus priante et moins médiatisée : « Nous comprenons la préoccupation qui sous-tend de telles campagnes internationales. Mais la vie de cette femme est très importante pour nous, et nous ne ferons rien qui pourrait mettre en danger sa vie », a récemment déclaré le Père Emmanuel Yousaf Mani, directeur de la commission nationale Justice et Paix de la Conférence des évêques catholiques du Pakistan, « plutôt que de faire du bruit, nous préférerions que l’on reste tranquille et que l’on attende que l’affaire soit jugée en appel devant la Cour suprême ». À l’appui de cette position, Radio Vatican rappelle que les précédentes campagnes internationales ont eu pour effet de mobiliser les islamistes du Pakistan dont les manifestations de rue puissantes et bruyantes ont amené le président pakistanais Asif Ali Zardari à abandonner l’idée de décret d’amnistie d’Asia Bibi dont on nous dit qu’il était disposé à le signer.

C’est sans doute une affaire délicate, encore que ce n’est pas une amnistie que l’on réclame pour Asia Bibi mais la justice, et que cette justice exige que cette femme innocente, et qui a déjà passé près de quatre années en prison dans des conditions ignobles, soit libérée. Bruit pour bruit, celui de l’opinion internationale serait-il moins entendu au Pakistan que celui de ses islamistes, ou moins valable ?

De quoi alimenter bien des commentaires sur ce blogue… et ailleurs.

Daniel Hamiche

Source : Assist News Service (ANS)

 

 

5commentaires
  1. Denis Merlin

    29 juillet 2012 à 17 h 47 min

    Merci de ses nouvelles. Peut-être pourrait-on organiser des prières pour tous les être humains injustement persécutés.

    Répondre
  2. Melmiesse

    29 juillet 2012 à 18 h 41 min

    Les chrétiens pakistanais sont les mieux placés pour secourir Asia et les Occidentaux ne sont peut-être plus les bienvenus depuis la mort de Ben Laden; mais le président Zardari est tout de même venu dernièrement à Paris pour financement sans doute

    Répondre
  3. sanchez

    30 juillet 2012 à 11 h 46 min

    les prières oui, il ne faut pas baisser les bras et faire même plus de pétitions afin qu’ils se rendent compte que nous suivons cette affaire et que nous sommes de tout coeur avec cette femme et avec sa famille, surtout, insister.

    Répondre
  4. Poisson

    30 juillet 2012 à 17 h 15 min

    Totalement d’accord avec Denis et Sanchez.

    Répondre
  5. Melmiesse

    30 juillet 2012 à 19 h 28 min

    Plus de prières oui mais pour les pétitions: n’oublions pas que la vie d’Asia Bibi est entre les mains de ses ennemis et qu’il y a beaucoup de victimes de cette loi anti blasphème et beaucoup d’assassinats des opposants à cette loi!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 5102 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter