Messe de Noël perturbée à Notre-Dame-de-la-Garde de Marseille


Il n’est pas assuré que l’homme soit musulman. Toutefois le culte a été perturbé, ce qui est grave, et l’homme portait sur lui une arme par destination…

L’homme, décrit comme un déséquilibré, a tout d’abord été sorti de la basilique. Il avait perturbé la messe de Notre-Dame-de-la-Garde et s’est retrouvé sur le parvis. Là, 7 à 8 policiers l’attendaient. L’homme transportait un sécateur dans sa poche. Il a également crié « Allah Akbar ! ». Il a été interné dans un service psychiatrique. Les policiers effectuaient une patrouille statique, comme beaucoup d’autres en France. Il s’agit d’une garde devant tous les lieux où se déroulait un office. Devant certaines églises, on pouvait aussi voir des agents de sécurité contrôler les sacs à mains.

Source : France Info, 25 décembre (merci F. V. pour ce signalement)

9commentaires
  1. Pingback: Un homme avec arme a menacé et insulté les fidèles à la Messe de Noël à Notre-Dame-de-la-Garde de Marseille | La Gauche m'a tuer |

  2. Marie Claude

    27 décembre 2017 à 19 h 53 min

    Le titre de l’article…je me dis: »encore un déquilibré! »…Banco!
    C’est fou ce que l’islam,cette soi-disant « religion » ,provoque de troubles mentaux.
    En vertu de quoi,notre beau pays de France devient un vaste asile psychiatrique.

    Répondre
  3. Patrice

    28 décembre 2017 à 8 h 57 min

    Il n’est pas assuré que l’homme soit musulman? Laissez moi sourire…

    Répondre
    • NOUMEA

      30 décembre 2017 à 22 h 52 min

      Surtout quand on entend crier le fameux cri de guerre coranique…

      Répondre
  4. mustang

    28 décembre 2017 à 14 h 03 min

    L’islam rend fou, c’est une évidence……

    Répondre
  5. free

    30 décembre 2017 à 15 h 19 min

    Peut-être aussi un sdf qui voulait passer l’hiver au chaud. Toutes les méthodes étant devenues bonnes pour se retrouver « à l’abris du froid ». Et se faire passer pour déséquilibré est l’une des meilleures.

    Répondre
  6. NOUMEA

    30 décembre 2017 à 22 h 54 min

    C’est fou, le nombre de déséquilibrés qui errent en terre de France chrétienne.
    Ce pas pour autant que les hôpitaux psychiatriques augmentent…
    Il a été transporté dans un hôpital psy, lit-on ? Ah bon ?
    Et il en est ressorti combien de minutes plus tard ?

    Répondre
    • Gérard P.

      3 janvier 2018 à 10 h 07 min

      Hélas avec plus de 18 millions de déséquilibrés,il est claire que l’hygiène mental des non atteins par cette maladie,sont en danger mortel,vu que plus ou moins risquent d’être contagieuse,pour les non musulmans.Par conséquent un travail d’isolation et d’interdit en vu de neutraliser la maladie,et l’éradiquer du sol de France pour des raisons d’hygiène mental et sécurité National !

      Répondre
      • NOUMEA

        5 janvier 2018 à 21 h 58 min

        Bien dit !
        Dans les « anciens temps », on jetait hors de la société toute personne contaminée.
        Et l’affaire était réglée d’elle-même.
        C’était radical comme système, mais réglé définitivement. Quant aux malades et contaminés, on ne les revoyait plus.
        Ce genre de pathologie du XXIème siècle est du ressort du ministère de la santé publique…
        Seulement voilà, il ne faut surtout pas administrer le remède radical dont la composition est détenu dans les archives nationales et qui pourrait faire scandale.
        Pensez donc, les journaux en feraient la Une scandaleuse de leur quotidien ! Sans oublier les associations déchaînées qui auraient peur de ne plus exister par manque de subventions.
        Il faut donc entretenir la « maladie » sous peine de voir notre budget utilisé à d’autres lignes budgétaires…

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3293 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter