Nigéria : arrestation des meurtriers du Père Onunkwo


J’avais traité de cette tragique affaire ici le 4 septembre dernier…

Les meurtriers présumés du Père Cyriacus Onunkwo, le prêtre nigérian enlevé et tué le 1er septembre à Orlu, la deuxième ville de l’État d’Imo, dans le sud-est du Nigéria. La police a procédé à l’arrestation de six membres d’une bande spécialisée dans les vols sur route, dont le chef est un ancien caporal de la police, Jude Madu. Les criminels auraient confessé être responsables de l’enlèvement du Père Onunkwo, enlèvement qui aurait eu pour but d’extorquer de l’argent à la famille et à l’Église. Le prêtre serait mort asphyxié : les criminels lui auraient recouvert la bouche et le nez avec de la cellophane. De la reconstitution des faits par la police, il ressort que, le 1er septembre en fin d’après-midi, la voiture du Père Onunkwo aurait été bloquée dans les environs de la Banana Junction, à Amaifeke, par des hommes armés qui l’ont ensuite séquestré. Le prêtre, qui exerçait son ministère à Orlu, se rendait dans son village natal d’Osina afin de participer aux obsèques de son père, mort le 28 août. Le corps du prêtre, qui avait été découvert le 2 septembre dans les environs du village d’Omuma, ne présentait pas de blessures et, dans un premier temps, il avait été émis l’hypothèse d’une mort par strangulation. Selon le récit des ravisseurs, il serait en revanche mort de manière accidentelle. Au cours de ces dernières années, au Nigéria, et en particulier dans les États du sud du pays, les enlèvements de prêtres et de religieux perpétrés dans un but d’extorsion, généralement perpétrés le long des artères reliant une ville à une autre, ont vu leur nombre augmenter. La majeure partie des personnes enlevées dans ce cadre sont libérées après quelques jours mais, depuis près de deux ans, on demeure sans nouvelles du Père Gabriel Oyaka, religieux nigérian spiritain (Congrégation du Saint Esprit), enlevé le 7 septembre 2015 dans l’État de Kogi. La Conférence épiscopale du Nigeria a interdit le versement de tout type de rançon en cas d’enlèvement de prêtres, religieux et religieuses.

Source : Agence Fides, 12 septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3513 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter