Ploërmel : le Premier Ministre polonais entre dans le débat


Beata Maria Szydło, Premier Ministre de Pologne, vient d’entrer aujourd’hui dans le débat rouvert sur la statue de Jean-Paul II de Ploërmel. Elle se propose d’accueillir sur le territoire polonais la statue que le Conseil d’État exige qu’on mutile… Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut modifier une œuvre d’art sans l’accord de son créateur et que ce dernier, Russe orthodoxe, se refuse à ce qu’on supprime la croix. Il n’y a donc pas d’autre solution que de démonter toute l’œuvre et de la remonter ailleurs…

[Traduction] Jean-Paul II disait que l’histoire nous apprend que la démocratie sans valeurs se transforme en totalitarisme ouvert ou camouflé. Notre grand [Polonais], le Grand Européen, est un symbole de l’Europe unie chrétienne. La dictature du politiquement correct – la sécularisation de l’État – crée une place pour des valeurs qui nous sont étrangères sur le plan culturel et qui conduisent à la terreur [dans] la vie quotidienne des Européens. Le gouvernement polonais s’efforcera de sauver le monument de notre compatriote de la censure et nous proposerons de le déplacer en Pologne si les autorités françaises et la communauté locale sont d’accord.

Source : Le Salon Beige, 28 octobre

14commentaires
  1. Gérard P.

    28 octobre 2017 à 21 h 08 min

    Bravo! Vive les Polonais…

    Répondre
  2. Bernadette Mora

    28 octobre 2017 à 22 h 52 min

    Je suis honteuse de voir qu’en France on peut prendre de telles décisions ! A quand, dans cet esprit, la suppression des croix de carrefour ou du bord des routes, ou celles qui sont dans les villages (ainsi que des statues de la Vierge), et pourquoi pas aussi la démolition des églises tant qu’ils y sont ? Tout ça parce que de vieux cornichons laïcards aigris le demandent ? Mais où allons-nous ? Donner raison à ces gens est une trahison.

    Répondre
    • Charlotte Parc

      30 octobre 2017 à 15 h 45 min

      @Bernadette Mora
      “Je suis honteuse de voir qu’en France on peut prendre de telles décisions !”

      Les magistrats qui ne sont pas là pour dire ce qui est honorable ou honteux mais pour faire appliquer la loi telle quelle existe et qu’ils n’ont jamais eu vocation à élaborer. Il faut au minimum reconnaitre que la mairie a ainsi enfreint la loi de 1905, qui dans son article 28 stipule bien ceci (c’est moi qui met des majuscules)
      “Article 28
      Il est interdit, À L’AVENIR, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.”
      https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D0A3364A391ED708D9E063FC6826A87F.tplgfr41s_1?cidTexte=JORFTEXT000000508749&idArticle=&dateTexte=20171030#LEGIARTI000006340360

      Il est bien écrit ” À L’AVENIR” .
      Les signes religieux qui existent déjà restent en place selon cette loi, mais ON N’A PLUS LE DROIT d’en construire ou d’en apposer de NOUVEAUX.

      Il est donc clair, en toute logique, que l’on s’achemine dans cette affaire de statue de Ploërmel vers une solution “à la Publier” (voir mon commentaire en réponse @VERHEYDE plus bas). Quel sera alors le terrain privé qui sera choisi ?

      Vous pouvez toujours considérer que la loi de 1905 “concernant la séparation des Eglises et de l’Etat” est honteuse, comme à bien des égards l’est celle du 17 mai 2013 “ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe” mais “Dura lex sed lex”… et ce ne sont pas les magistrats de justice qu’il faut incriminer mais le législateur.

      Répondre
  3. MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS

    29 octobre 2017 à 9 h 07 min

    Cette intervention est très bien venue en ce qu’elle agrandit le problème au plan international avec un appui diplomatique important dans le débat.

    Il est cependant profondément regrettable que le travail de défense à la fois de l’œuvre artistique et du symbole Chrétien doive être défendu par des Polonais alors que les Français devraient faire barrage de leurs corps à toute tentative de vandalisme étatique, illégal en sus !

    Répondre
  4. Damien

    29 octobre 2017 à 9 h 18 min

    Un visage rétréci , mesquin et sectaire qui est devenu celui de la France du XXIème siècle. Ô mânes de la république , triompherez-vous dans votre “glorieux combat” contre les Crèches de Noël , calvaires ,statues de Notre Dame éparpillées par l’Histoire sur notre territoire ?
    Confisquerez-vous la mémoire de ce pays ?
    Honte à ceux qui vous défigurent !

    Répondre
  5. VERHEYDE

    29 octobre 2017 à 11 h 43 min

    Il y a bien sûr une autre solution et peut être même 2. Mais elles dépendent du bon vouloir de la mairie de Ploërmel.
    #1 Privatiser le terrain sous le socle de la statue afin de la faire sortir du domaine public et réduire ainsi à néant la décision du conseil d’État.
    #2 Faire comme à Poitiers (où le terrain public sur lequel est construit la mosquée est loué 5€/an!) et prendre ce terrain en location.
    Il n’y aura aucune difficulté pour trouver les mécènes pour ce faire.
    Il convient d’agir auprès de la mairie.

    Répondre
  6. Teyssier Marcel

    29 octobre 2017 à 13 h 04 min

    France fille aînée de l’église qu’à tu fais de ton baptême.

    Les hommes politiques Français peuvent trembler, ils auront à rendre compte de leurs position anti chrétiens.

    Nous sommes une nation judeo chrétienne et vous ne saboter re la base de notre cultures.

    Honte à vous.

    Répondre
  7. jp moreau

    29 octobre 2017 à 15 h 55 min

    en admettant qu’aucun évêque breton ne puisse ou n’ose intervenir on constate qu’aucun élu ne s’est manifesté. C’est une image grandeur nature de la société actuelle !

    Répondre
  8. jp moreau

    29 octobre 2017 à 16 h 12 min

    Nouveau commentaire !
    je viens de voir sur tweeter que les politiques se bougent …et les évêques , c’est toujours silence dans les rangs

    Répondre
  9. Courant

    29 octobre 2017 à 17 h 58 min

    Bravo,Madame Le Premier Ministre de Pologne.
    Pas un clerc,pas un élu en France ne s’opposerait avant Noël à des lubies de magistrats rêvant d’effacer tous signes chrétiens de l’espace public….Ce vide sera bien vite comblé par une civilisation autre!

    Répondre
  10. Alain Alain F.

    29 octobre 2017 à 19 h 43 min

    Qu’attendent les autorités catholiques pour aller manifester en masse avec leurs ouailles???Abandon et lâcheté seraient-ils l’apanage de cette chrétienté des temps modernes?

    Répondre
  11. Gilberte

    29 octobre 2017 à 20 h 38 min

    J’ai visité la Pologne sous régime communiste et je comprends ce que représente Jean-Paul II: la religion qui rend libre, le triomphe de l’amour sur la barbarie. En France pour les jeunes générations le bonheur est le néant, l’apparence: le réveil peut être pénible

    Répondre
  12. NOUMEA

    5 novembre 2017 à 0 h 26 min

    Donc, on baisse les bras et on refile la statue à la Pologne ?
    MAIS QU’est-ce que c’est que ce CIRQUE ????!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3232 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter