Profanation à Bourges : le diocèse la dénonce aujourd’hui


Bourges profanation

Le clip de rap tourné dans une église de Bourges, l’a bien été sans autorisation du diocèse. Il s’agit là d’une violation des stipulations de la loi de 1905, doublée d’une profanation puisque le rappeur Vin2S est filmé assis sur un autel… J’avais écrit au diocèse, le 3 juin, pour avoir des réponses à ces faits scandaleux. J’ai reçu un communiqué daté de ce jour que vous pourrez lire ci-dessous. Des lecteurs m’avait signalé que ce n’était pas cathédrale du diocèse qui avait été profanée de la sorte, mais l’église Saint-Pierre-le-Guillard (paroisse Saint-Guillaume). J’ai également écrit au curé de cette paroisse le 4 juin, mais je n’en ai pas reçu de réponse. Le communiqué du diocèse est muet sur l’église où la profanation s’est déroulée : j’ai donc demandé ce jour au délégué à la communication de me confirmer qu’il s’agit bien de l’église que des lecteurs m’ont signalée. Le rappeur a supprimé sa vidéo dès le 5 juin.

Suite-au-tournage-sauvage-dun-clip-dans-une-église-de-Bourges - copie

 

8commentaires
  1. Gérard P.

    9 juin 2017 à 18 h 06 min

    La foire aux folies sataniques!

    Répondre
  2. katia

    10 juin 2017 à 7 h 57 min

    La réponse donnée par le Délégué Diocésain est très curieuse et me pose des problèmes:
    d’abord l’omerta en ce qui concerne le nom de l’Église profanée,ensuite sur l’absence totale de réparations ,messe de réparations et l’absence de poursuites à l’encontre du rappeur qui a profané volontairement l’Église !
    Vidéo retirée,faute entièrement pardonnée!!
    De qui se moque t-on ?
    De Dieu,de notre Seigneur Jésus de tous les Saints!!
    Que fera donc l’archidiocèse de Bourges si la situation se renouvelait ?
    Ce rappeur a pourri l’Église avec son satanisme,ce rappeur dispose certainement de fonds pour réaliser son clip ,la toiture de ND de Paris est en train de s’écrouler partout se lancent des appels aux dons ,je pense que l’argent du rappeur serait bienvenu pour faire un don à ND ,ceci prouverait les regrets de ce pseudo chanteur et lui couperait l’envie de profaner une autre église!
    Pauvre France,pauvres de nous!

    Répondre
    • Berna

      11 juin 2017 à 16 h 20 min

      Bien vu !

      Répondre
  3. Charlotte Parc

    10 juin 2017 à 11 h 06 min

    Je ne sais rien des paroles de ce clip que je n’ai pas pu entendre, ayant lu l’article initial de @M. Hamiche alors que la vidéo n’était déjà plus visible, mais à le lire, elles étaient difficilement compréhensibles, donc difficile de dire si elles étaient blasphématoires.

    Il me semble, mais que les puristes de la langue française et les spécialistes ès-catholicisme me corrige si j’écris une bêtise, mais pour moi un blasphème est une PAROLE (orale ou écrite) contre Dieu – une injure, une calomnie, une malédiction, un reproche, une manifestation d’irrespect – DITE ou ÉCRITE à l’encontre de Dieu.

    Alors qu’une profanation est un ACTE “dit sacrilège, consistant en un mélange réel ou symbolique d’éléments du sacré avec des éléments du profane, d’une façon qui n’est pas prévue par les règles et rituels du sacré, ou qui va à leur encontre. La profanation est un manque de respect du sacré. Il peut s’agir d’une infraction à la loi religieuse dans un lieu consacré.” Dixit Wikipedia, et c’est moi qui souligne le mot ACTE en majuscules.

    On a donc ici, me semble-t-il, d’abord à faire à une PROFANATION d’un lieu considéré comme sacré par les catholiques, et NON D’UN BLASPHÈME. A moins que le blasphème s’y rajoute dans les paroles du clip.

    C’est ce qui m’a frappée dans la déclaration de ce délégué diocésain à la communication : la confusion entre blasphème et profanation.

    Et que compte faire le diocèse ?
    En dehors d’une vigilance accrue à l’avenir, encore n’est-il pas même précisé dans ce communiqué de quelle nature sera cette vigilance renforcée.

    Répondre
  4. gaudet Jean michel

    11 juin 2017 à 7 h 43 min

    oui , comme d’autres commentateurs , je m’étonne de la passivité des autorités du diocése , qui auraient pu malgré tout ne pas passer l’éponge et porter plainte en justice pour des réparations pécuniaires , à la hauteur du préjudice moral !

    Je rejoins Katia, pour constater qu’aucun des profanateurs de plus en plus nombreux n’est condamné, alors que la cathédrale Notre Dame est en grandes difficultés

    Répondre
  5. Berna

    11 juin 2017 à 16 h 27 min

    le clergé répondra : il ne faut pas leur faire de publicité : ils oublient ou ignorent , qu’au contraire la publicité de leurs méfaits les montrent du doigt. Mais ce clergé n’ose pas ou ne sait pas réagir : et pourtant ;:il s’agit de défendre l’honneur et la Maison de Dieu ! ou alors , ils y croient à moitié.
    Avec le Mal : il faut savoir combattre sinon il avance et cché et à découvert

    Répondre
  6. katia

    11 juin 2017 à 18 h 55 min

    @ gaudet Jean michel,
    Merci.

    Répondre
  7. katia

    12 juin 2017 à 10 h 38 min

    @ Berna,
    Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3326 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter