Qaraqosh : les États-Unis ont-ils commandé la retraite des peshmergas ?


Curieuse information signalée aujourd’hui par l’Agence Fides. Les « chefs américains » dont il est question dans cette réponse, pourraient être les membres du centre opérationnel irako-amréricain d’Erbil que j’ai évoqué dans mon post précédent

« J’ai demandé aux peshmergas, les miliciens kurdes qui protégeaient en armes l’ensemble de Qaraqosh pourquoi ils s’étaient retirés de la ville sans combattre face à l’avancée des hommes du califat. La réponse a été : parce que nos chefs, qui sont Américains et qui sont au Kurdistan, nous ont dit de nous retirer ». Telle est la dénonciation parvenue à l’Agence Fides d’un évacué chrétien ayant fui Qaraqosh, la principale ville chrétienne d’Irak, dont les habitants ont été chassés par les miliciens du prétendu État Islamique qui ont expulsé les habitants chrétiens de la plaine de Ninive.

Source : Agence Fides (8 août)

11commentaires
  1. G

    8 août 2014 à 19 h 40 min

    Verifier les résultats de la “frappe ” US de ce jour !

    Répondre
  2. Dominique

    9 août 2014 à 12 h 28 min

    Les christianophobes sont au pouvoir depuis 200 ans, c’est pour ça qu’ils se replient devant les ennemis de la Chrétienté ! Les peuples devraient les renverser !

    Répondre
  3. Gilberte

    9 août 2014 à 13 h 07 min

    les USA défendent leurs intérêts pétroliers et financiers à l’aide de matériaux humains

    Répondre
  4. Ilyas

    9 août 2014 à 17 h 23 min

    Aujourd’hui, on se rend compte qu’ISIS est un des outils secrets aux ordres des Etats Unis. Le script déjà écrit et les dés étaient déjà jetés, même bien avant la création de l’ISIS.
    Comment expliquer qu’une bande d’à peine 15.000 islamistes armés (comparée à l’effectif irakien de 260.000 militaires) et dirigées comme une armée, s’emparer de Mossoul si facilement, puissent conquérir 1/4 des territoires de Irak, sans véritables obstacles, surtout avec des armements et véhicules américains « oubliés ou volés » ?
    Le but (dont le résultat l’atteste) n’est-il pas le nettoyage ethnique et religieux des chrétiens, yezidis, Shabaks et turkmènes, pour ne citer que ce qui concerne le terrain kurde d’Irak. Facilitant l’accord des protagonistes pour le partitionnement du pays en trois régions ethnique et confessionnelles, kurde, chiite et sunnite. Partitionnement recherché par les EU : diviser pour mieux régner. Evidemment que les kurdes ne voudraient pas de ces minorités sur leur terre qui vont bientôt déclarer leur indépendance. Après tout ce sont les kurdes (instrumentalisés par les jeunes turcs) qui ont commis (avec les turcs) le génocide de 1915 contre les chrétiens).
    C’est étonnant que les événements se succèdent si parfaitement. Beaucoup de zones d’ombre. Pourquoi les Etats Unis ont attendu 2 mois (à partir de la déclaration de l’Etat Islamique) avant de réagir ? Pourquoi les hommes politiques et grands médias occidentaux (libres !) ont été silencieux pendant ce temps ? Pourquoi ont-ils permis à l’ISIS le temps nécessaire pour de déplacer ces minorités, village par village, ville par ville, les pourchassant de chez eux, commettant des exactions et persécutions, détruisant les lieux de cultes et sites historiques ? Pourquoi leur a-t-on dit “Allez au Kurdistan, vous aurez la protection des kurdes”, si ce n’est pour les regrouper ? Pourquoi le retrait des kurdes de Qaraqosh, à la dernière minute, devant l’avancée des islamistes ? Est-ce pour les piéger et rendre impossible le retour chez eux ? Est-ce pour créer une situation humanitaire et par conséquent pour éviter le génocide par une intervention militaire aériennes américaine ?
    Maintenant, il ne reste qu’une option: l’émigration. On parle de la création d’un corridor pour l’évacuation des chrétiens du Kurdistan, qui est malgré tout salutaire. Car il est impossible de retourner chez eux et vivre en paix avec des voisins musulmans radicalisés. Si on frôle (à voir) le génocide, Il s’agit, malgré tout, d’une épuration éthique et religieuse, planifiée et parfaitement exécutée. Les chrétiens sont devenus une monnaie d’échange pour le grand jeu de l’Occident sur l’échiquier du Moyen Orient.
    Un grand merci à nos amis américains chrétiens pour ce jeu, pour ces frappes aériennes tardives qui ne viennent que pour achever leur jeu. Les Etats Unis, défenseurs du monde libre, des droits de l’homme, de la liberté d’expression religieuse. Applaudissons-les ! On peut compter sur eux pour nous guider et nous inspirer.

    Répondre
  5. Sylvie

    9 août 2014 à 18 h 57 min

    @ Llyas et confrères
    Mais que vous ont fait les Américains pour que vous les soupçonniez des pires intentions alors qu’ils agissent pour éviter la pire aux chrétiens en Irak ?
    Ah ils sont venus par deux fois à votre aide .!
    Votre réaction est identique à celle de Monsieur Perrichon ( Labichd ) qui haïssait si fort celui qui lui rendait service .
    Quels sentiments animaient Monsieur Perrichon ? Je vous laisse le plaisir de les découvrir vous-mêmes.

    Répondre
    • Ilyas

      10 août 2014 à 0 h 00 min

      J’ignore les deux aides des américains dont vous parlez. Si vous faites allusion aux 2 Guerres de Golf, celle de 1991 et celle de 2003, toutes les deux ont été une catastrophe pour les chrétiens d’Irak, particulièrement celle de 2003, la population a chuté de 1,2M à 300.000 âmes. Si vous faites allusion aux interventions aériennes des derniers jours, je vous invite à relire mes remarques prrcedentes. Pour bien faire, faites référence exacte aux passages dans mon message précédent pour savoir à quoi vous faites allusion. A part cela, sachez que j’apprécie le peuple américain. Cest la politique interventionniste insensée et irresponsable de leur gouvernements successifs que je critique et dont je les tiens responsable.

      Répondre
    • Georges

      4 septembre 2014 à 22 h 43 min

      Quel est le prix de 1 millions de vies comparé à celui de son intérêt propre ? Répondre à cette question revient à envisager sa propre fin et rebute les athées. Alors ce que pense Monsieur Perrichon …. Conclusion, seul les athées sont incapables de discerner de sorte que plus ils sont nombreux sur cette terre, plus le véritable ennemi s’en trouve puissant. Saint Paul affirmait que le vrai ennemi avait en trois facette : le Démon, le monde et soi-même. Aussi on pourrait affirmer que la chaîne CNN par exemple est plus dévastatrice qu’une bombe atomique sans extrapoler. Car enfin les médias sélectionnent la masse (mass média)contre la minorité qu’ils souhaitent voir disparaître de leur champ d’intérêt, quelques soient les conséquences pourvu que, ceux qui se soumettent au diktat mondialiste, le reste du monde ne réagisse pas. Il ne reste par conséquent que deux camps en théorie, celui de ceux qui comprennent, et celui de ceux qui ne comprennent pas,l’un et l’autre agissant pour le bien, et l’autre pour le mal. Les athées sont des gens qui ne comprennent définitivement rien. Ils s’en tiennent aux évènements avec toute la passivité que cela suppose, mais pire encore que la tiédeur, ils fabriquent l’opinion, et colportent l’erreur de jugement à leur propre enfants. Le réveil va ressembler pour eux à un platane qui arrive à 110 kms-heure.

      Répondre
  6. Anne Lys

    9 août 2014 à 20 h 31 min

    Qaraqosh : les États-Unis ont-ils commandé la retraite des peshmergas ? –

    C’est une question que l’on peut en effet se poser.

    Il ne faut pas oublier que les États-Unis (et l’Europe sous l’impulsion des États-Unis) ont encouragé non seulement, comme il pouvait paraître normal, les syriens indignés du comportement de Bachar el Assad, mais aussi, alors qu’il devenait de plus en plus évident que s’étaient mêlés à leur rangs des djihadistes jusqu’auboutistes et que ceux-ci, peu à peu, avaient remplacé les légitimes protestataires dans la lutte contre l’armée syrienne.

    On a pu rapidement constater que les horreurs que les États-Unis attribuaient d’office à l’armée syrienne étaient souvent l’œuvre de ces prétendus protestataires et il est devenu difficile de savoir qui avait fait quoi dans cette guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, dont un nombre d’enfants considérablement plus élevé que les jeunes morts de Gaza, même si les médias observent sur ce point un silence prudent.

    Le soutien donné par les États-Unis à ces djihadistes s’est peut-être traduit aussi en livraison d’armes et en conseils stratégiques, qui seraient aujourd’hui bien utiles aux troupes du prétendu « califat ».

    Depuis sa première élection, la politique de M. Obama au Moyen-Orient a suivi deux lignes : favoriser autant que possible les Musulmans (il est d’ailleurs soupçonné d’être resté secrètement Musulman, en dépit de son officielle conversion au Christianisme ; ce type de mensonge étant non seulement permis mais encouragé par le Coran, dès lors qu’il a pour but l’extension de l’Islam) et réduire l’influence de la Russie dans la région, ce qui pourrait diminuer la popularité de Poutine, qu’il exècre.

    Alors, conseiller en sous-mains aux peshmergas, qu’ils aident ouvertement, de retirer leurs troupes pour permettre l’extension du « califat », cela ne paraît pas totalement impossible, pour peu qu’il leur ait fait promettre des compensations.

    Répondre
  7. katia

    10 août 2014 à 8 h 24 min

    @ Sylvie,
    Je partage malheureusement les idées de Llyas et “confrères”,et je peux me poser les mêmes questions quant au double jeu des Américains et ceci me fait penser aux propos du Président des États Unis,John F.Kennedy,qui le 27 avril 1961 avait avoué lors d’une conférence à New-York l’existence d’un gouvernement secret dans les coulisses de la politique mondiale:

    “Nous sommes confrontés,dans le monde entier,à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence par l’infiltration plutôt que l’invasion,la subversion plutôt que les élections et l’intimidation au lieu du libre arbitre.
    C’est un système qui a nécessité énormément de ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine étroitement soudée et d’une efficacité remarquable,elle combine des opérations militaires,diplomatiques,de renseignement,économiques,scientifiques et politiques.
    Ses ramifications sont occultées et non publiées.
    Ses erreurs sont enterrées et ne font pas les gros titres,on fait taire ses dissidents,on ne les glorifie pas;aucune dépense n’est mise en question,aucune rumeur n’est imprimée,aucun secret n’est révélé.”

    Répondre
    • Sylvie

      10 août 2014 à 8 h 55 min

      @Katia
      En 1961 Kennedy parlait du communisme soviétique. À l’époque , c’était le Mal absolu . Et l’Amérique par la bouche de Kennedy l’avait décelé , elle le nommait et elle s’y opposait.
      Contrairement à l’Europe qui préférait faire le gros dos .

      Répondre
      • katia

        10 août 2014 à 9 h 30 min

        @ Sylvie,
        Le Communisme soviétique, était un moyen utilisé et mis en place par ce gouvernement de l’ombre qui tirait les ficelles ,J.F.K avait bien compris cela et c’est pour cette raison qu’il fut assassiné en 1963 à Dallas.
        Cordialement.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3346 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter