Royaume-Uni : les médias ont changé de ton pendant le voyage de Benoît XVI


Deborah Gyapong, membre de la Communion anglicane traditionnelle (TAC,Traditional Anglican Communion), une organisation qui demande la pleine communion avec l’Eglise catholique, déclarait avant le voyage du Saint-Père au Royaume-Uni n’être :

“nullement inquiète des critiques des médias britanniques sur la visite du pape au Royaume-Uni. Je vois dans la mauvaise presse un signe que la visite du Saint-Père sera une œuvre puissante de Dieu. J’ai constaté ce même scénario par le passé. Avant les Journées mondiales de la jeunesse de 2002, à Toronto, on a assisté à un tapage médiatique incessant et négatif – que les jeunes ne vont pas venir, que le pape est âgé, qu’il est largué, déconnecté de la réalité, et toutes sortes d’invectives possibles contre Jean-Paul II et l’Eglise. Mais à peine Jean-Paul II a-t-il posé le pied sur le sol canadien, que les médias sont restés stupéfaits par l’impact de ce fragile vieillard, pas seulement sur les centaines de milliers de jeunes venus de loin pour l’écouter, mais aussi sur eux-mêmes. Certains représentants des médias ont avoué avoir été bouleversés par la présence de ce saint homme. Le temps que se déroule l’évènement proprement dit, les médias avaient changé de ton. Et la couverture de la JMJ a été belle, respectueuse, et a offert une incroyable opportunité de nouvelle évangélisation à travers les médias non religieux. Le même schéma s’est reproduit avant la JMJ de Cologne, la première de Benoît XVI. Tous prédisaient un fiasco car, disaient-ils, il n’avait pas le charisme de Jean-Paul. Or cela n’a pas été un fiasco, mais tout le contraire. Ce fut un grand succès. On peut en dire autant de Sydney. Avant la visite du pape aux Etats-Unis, une bonne partie de la couverture était très négative, remettant sur le tapis les blessures des abus sexuels des prêtres et se focalisant sur tel et tel problème. Pour finir, cela a été une visite incroyable, avec des gens qui venaient en voiture de Floride et d’autres villes du pays pour le voir passer en papamobile sur la Cinquième Avenue et autres lieux. Selon moi, en Grande-Bretagne il y aura beaucoup de curiosité et la volonté de rendre hommage à ce grand et saint homme, le pape Benoît XVI, théologien respecté par les chrétiens de toutes confessions.”

La suite des événements a donné raison à Deborah Gyapong et tort aux médias. Pour ne pas changer…

Côme Dubois (via e-deo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 3519 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter