Cartes des événements

Une église assyrienne saisie et fermée à Tabriz, en Iran

24 mai à 17:29
Commentaires (2)
  1. Avatar Françoise dit :

    Les conversions au christianisme se multiplient en Iran, il reste à souhaiter que ce mouvement prenne un ampleur telle que les sbires de la Révolution soient empêchés de procéder à leur sinistre besogne et que le gouvernement chiite tombe. Les espoirs les plus fous ne sont-ils pas permis ?

  2. Avatar Charlotte Parc dit :

    Le même site mentionnait hier, 10 juillet 2019, que la croix avait été remise en place suite au tollé général provoqué et en réponse aux actions internationales de plaidoyer de multiples associations chrétiennes protestantes.
    https://articleeighteen.com/news/896/

    Traduction personnelle partielle de l’article originellement intitulé “Cross put back on top of Tabriz church after outcry”.
    Mes ajouts sont entre crochets […].

    Dix jours après la fermeture [donc le 19 mai 2019] et deux jours seulement après la publication dans “Article 18” [celui traduit ci-dessus par M. Hamiche], le représentant assyrien au Parlement iranien, Yonathan Betkolia, a ouvertement critiqué cette décision dans une lettre ouverte au président Hassan Rouhani et a appelé à la restauration de la croix.

    En juin un conseiller juridique important du président [Rouhani], Aliakbar Gorji Azandaryani, a publiquement mis en doute la légalité de la fermeture de l’église et l’interdiction récente d’enseignement des écoles maternelles appartenant à des minorités religieuses.
    Il a demandé au gouverneur de la province d’Azerbaïdjan oriental [dont Tabriz est la capitale] d’examiner les raisons pour lesquelles l’église avait été fermée, affirmant qu’il avait «de sérieux doutes sur la légalité [de la décision]», se référant aux articles 9, 19, 20, 26, 36 et en particulier 13 de la constitution iranienne, qui stipule que les minorités religieuses sont reconnues et libres d’effectuer leurs cérémonies religieuses.
    Il a ajouté que cette mesure allait également à l’encontre de plusieurs dispositions de la Charte des droits des citoyens de l’Iran, adoptée par le Président Rouhani en 2016, et a appelé le gouverneur de la province d’Azerbaïdjan oriental à “faire tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir des précisions sur cette affaire”, y compris les raisons de fond pour la saisie de l’église et sur l’autorité qui en a émis l’ordre “- c’est à dire dans ce cas EIKO. [pour “Execution of Imam Khomeini’s Order”, organisation paraétatique créée au moment d la révolution islamique pour spolier matériellement tous les opposants politiques ou religieux. Initialement les biens était redistribués aux nécessiteux, mais rapidement l’organisme a acquis des biens par contrainte pour s’enrichir lui-même. Il est devenu tentaculaire et officie dans tous les pans de l’économie iranienne.]

    Mansour Borji, directeur de “Article 18”, s’est félicité de la restauration de la croix au sommet de l’église de Tabriz et a appelé à une rétractation de la décision de la cour et à une clarification du fait que l’église a également été restituée à ses propriétaires légitimes – Les évangéliques assyriens Communauté chrétienne.
    “Nous nous félicitons de cette décision et pensons que c’est un bon premier pas après que des éléments du parlement et du gouvernement iraniens ont reconnu l’illégalité de la saisie et de la confiscation de l’église”, a-t-il déclaré. «Nous espérons que l’ordre de confiscation, qui a été publié pour la première fois en 2011 et finalement promulgué il y a deux mois, sera maintenant officiellement révoqué.
    “Nous poursuivrons nos efforts de plaidoyer jusqu’à ce que nous voyions les droits des chrétiens de Tabriz d’utiliser cette propriété pleinement restaurée, et espérons que de tels actes illégaux et répressifs ne se reproduiront plus à l’avenir – pour cette église ou pour n’importe quelle autre.”

    Un ancien responsable de l’Église évangélique assyrienne a remercié “Article 18” et les autres organisations qui ont mené des efforts de plaidoyer, notamment le Conseil œcuménique des Églises, le Conseil mondial des églises réformées et l’Alliance évangélique mondiale.

    [Fin de traduction]

    Prions pour que les vœux du directeur de “Article 18” deviennent réalité dans les faits.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services