Sobhy Gress : les chrétiens d’Orient doivent se libérer d’une soumission aveugle…


J’ai beaucoup d’affection et de respect pour Sobhy Gress, président de l’association Solidarité Copte Europe-France. C’est une amitié qui remonte à bien des années… Franco-Égyptien, Sobhy Gress est conseiller en entreprises et diplômé de plusieurs Universités françaises, mais il est aussi licencié en études religieuses du grand séminaire du Caire… C’est une attachante personnalité aux multiples facettes, qui m’a beaucoup appris sur le christianisme dans son pays natal : l’Égypte. Il vient d’accorder un entretien à Gédéon Pastoureau du blogue Mauvaise Nouvelle, dans lequel il s’exprime avec franchise sur la situation des chrétiens d’Orient, et en particulier celle des Coptes égyptiens, sur leurs difficultés passées et présentes, qui ne sont pas dues qu’à l’islam oppresseur… Prenez le temps de le lire…

Gédéon Pastoureau. Sobhy Gress, constatez-vous une évolution de la perception des Chrétiens d’Orient, en France, ces dernières années ?

Sobhy Gress. Certainement, et en particulier depuis les « Révolutions dans les pays arabes » de 2011 (Tunisie, Égypte, Syrie, Libye et par la suite au Yémen) ; mais avant celles-ci, dès 2003 date de l’invasion de l’Irak par les États-Unis et leurs alliés, les choses ont commencé à évoluer. La France, qui se disait protectrice des chrétiens d’Orient depuis les accords de capitulation du roi François Ier avec le sultan turc Soliman le Magnifique, ne l’est plus.

Néanmoins, certains politiques et associations catholiques, la diaspora des chrétiens d’Orient en France et en Europe ont beaucoup œuvré afin que le thème des chrétiens d’Orient soit souvent abordé dans certains média. Il faut ajouter à cela le dynamisme des associations, coptes, syriennes, chaldéennes et françaises telles que L’Œuvre  d’Orient, SOS Chrétiens d’Orient, Amitié franco irakienne, les Amis d’Égypte et bien d’autres, grâce auxquelles il y eut une évidente évolution de la perception des chrétiens d’Orient ; plus précisément, à chaque exaction islamique et à chaque attentat contre des églises ou contre des populations chrétiennes en Égypte, Syrie, Irak, Pakistan et Afghanistan, on a pu assister à des reportages télévisés, radiophoniques, et on a pu en lire dans la presse écrite. On peut aller jusqu’à affirmer qu’a eu lieu un phénomène de “mode”, comme si tout le monde voulait parler des chrétiens d’Orient.

G.P. Évoquer de manière générique les Chrétiens d’Orient ne risque-il pas de dissimuler la grande diversité des situations et des réalités vécues ?

S.B. Je ne pense pas, parce qu’il y a eu depuis 5 ans des actions concrètes unifiées : divers colloques, conférences, interventions de personnalités d’Orient en France, ainsi que l’arrivée d’évêques, des prêtres et religieuses de Syrie, d’Irak et d’Égypte, ont permis d’expliquer conjointement la situation dramatique des populations chrétiennes et de rappeler des faits historiques portant sur les spécificités de ces chrétiens qui affrontent, avec la force de leur foi, les discriminations et persécutions programmées, organisées tantôt par les États et tantôt par les Frères Musulmans ou/et par des groupes islamistes djihadistes.

Il y a donc un facteur commun entre toutes les situations de ces chrétiens d’Orient, à savoir qu’ils sont persécutés parce qu’ils sont chrétiens et, de ce seul fait, leur existence dans les pays à majorité musulmane incite à leur haine et à leur massacre. Cette présence dérange très profondément l’islam.

G. P. Le rapport à l’islam est un élément essentiel de la situation des chrétiens d’Orient : que pouvez-vous nous dire sur ce que vivent les Coptes égyptiens à ce niveau ?

SG. Le malheur des Coptes en Égypte réside dans le fait que leur présence en ce pays rappelle à la majorité des musulmans qu’ils étaient d’origine chrétienne et qu’en acceptant l’islam, ils ont renié la foi des origines ; par conséquent, ils se sentent coupables. La pratique de la religion chrétienne très stricte chez les Coptes (surtout orthodoxes) qui sont très ritualistes, traditionalistes et conservateurs, véhicule et entretient les valeurs égyptiennes traditionnelles, pharaoniques même. Cette pratique dérange grandement les musulmans qui n’acceptent ni l’altérité ni d’autres religions que l’islam.

G.P. Dans les livres et documentaires que l’on a pu voir consacrés aux chrétiens d’Orient, le mot de « martyre » semble occuper une place centrale. Dans la bouche même des autorités religieuses de certaines de ces communautés, le mot paraît presque épouser les contours d’un désir. Dans quelle mesure les chrétiens d’Orient envisagent-ils ce destin de martyre ?

S. B. En effet, les chrétiens d’Orient dans leur ensemble savent profondément que leur continuité sur les terres de leurs ancêtres, parmi des sociétés islamisées, consiste à être toujours prêts à accepter la mort pour défendre leur foi chrétienne. Évidemment, ils ne font pas don de leur vie machinalement ou automatiquement pour être martyr ; au contraire, ils font tout pour garder leur vie, car ils considèrent celle-ci comme un don de Dieu que l’on doit précieusement conserver. Néanmoins, le sens du martyre chez les chrétiens d’Orient est un choix crucial car il s’agit de ne pas renier sa foi dans le Christ ; s’il est placé face à une situation tragique, le chrétien d’Orient a tendance à accepter dans ce cas-là de donner sa vie à l’image de ses ancêtres martyrs.

Mais attention : ce n’est pas de tout le même sens que celui que revêt le martyre dans l’islam, qui présente une dimension volontaire et même impérative. Je ne connais pas de Coptes qui souhaitent a priori être martyrs et cela vaut également pour les autres chrétiens d’Orient ; tous veulent la vie, mais le mot d’ordre chez l’ensemble de ces chrétiens d’Orient peut être ainsi résumé de manière tragique : ne pas renier sa foi chrétienne quitte, s’il le faut, à mourir. La foi du Christ est leur vie.

G. P. On a vu les fameux Peshmergas combattre l’État islamique avec beaucoup de bravoure : des forces de défense chrétiennes locales , des milices du type phalanges de Gemayel au Liban, sont-elles envisageables, selon vous, en Égypte et dans les autres pays musulmans où sont enracinées les Églises orientales ?

S. G. Malheureusement non, en raison de l’influence négative de l’enseignement de l’Église en général. La “tolérance” et l’ “amour” des ennemis prônés par l’Église ne permettent pas à la population chrétienne d’Orient de porter des armes et de se défendre contre des agresseurs islamistes et terroristes. De plus, les autorités religieuses en Orient sont influencées par la position de l’Église catholique, le Vatican, en ce qui concerne la cohabitation avec l’islam afin de sauver le sacro-saint « dialogue interreligieux », remarquablement inefficace depuis son instauration après le concile Vatican II.

Personnellement, je crois qu’il va falloir aux chrétiens d’Orient se libérer de leur soumission aveugle aux religieux et prendre leur destin en main par tous les moyens afin de défendre leur existence dans leurs propres patries, leur dignité d’êtres humains et leur liberté de croire, tout simplement parce que je crois que quand on est fort, on se fait respecter. Le persécuteur islamique ou même les États musulmans se sentent forts parce que ceux qui se trouvent en face d’eux sont faibles ; c’est également le cas des États occidentaux et de l’Église de France.

Source : Mauvaise Nouvelle, 11 juillet

5commentaires
  1. Romain

    15 juillet 2017 à 14 h 56 min

    A quand un nouveau Pie V pour s’opposer à la barbarie de l’islam conquérant :

    – en mettant en place une sainte ligue ;
    – ou en demandant aux chevaliers de Malte de tirer l’épée du fourreau pour servir de bouclier aux chrétiens persécutés ?

    Répondre
  2. Charlie Bedeau

    16 juillet 2017 à 8 h 50 min

    PIQÛRE DE RAPPEL

    L’archevêque de Mossoul, Mgr Amel Shimoun Nona, fait partie de ces réfugiés irakiens de confession chrétienne qui ont fuit la barbarie islamique du « califat ». Dans un article publié le 10 août par le journal italien Corriere della Sera, il lance un avertissement aux Occidentaux.
    « Notre souffrance est un prélude à ce que vous-mêmes, chrétiens européens et occidentaux, souffrirez dans un futur proche », a crié l’archevêque à ses frères chrétiens d’Occident. « S’il-vous-plaît, il faut que vous compreniez. Vos principes libéraux et démocratiques n’ont aucune valeur ici. Vous devez reconsidérer la réalité du Moyen-Orient, car vous accueillez un nombre croissant de musulmans. Vous aussi, vous êtes en danger. Il vous faut prendre des décisions courageuses et dures, y compris en allant à l’encontre de vos principes. Vous croyez que tous les êtres humains sont égaux, mais ce n’est pas une chose certaine. L’Islam ne dit pas que tous les êtres humains sont égaux. Vos valeurs ne sont pas leurs valeurs. Si vous ne comprenez pas cela rapidement, vous tomberez victimes d’un ennemi que vous aurez accueilli dans votre maison. »

    (Nos Brèves, 19 Août 2014)

    Répondre
    • Charlie Bedeau

      17 juillet 2017 à 9 h 01 min

      Cette piqûre de rappel est la transcription d’une brève de Mr Olivier Bault parue le 19 Août 2014 dans “Nouvelles de France”.

      Rendons à César….

      Répondre
  3. i L

    16 juillet 2017 à 19 h 13 min

    Les croisades ont eu lieu parce que les chrétiens ne pouvaient pas accéder au tombeau du Christ, ce que tout le monde sait, mais on ne parle plus des rapts, des demandes de rançons, des détentions des mises en esclavage subis par les pèlerins (chrétiens et Juifs retrouvant leur pays), des historiens ont publié leurs lettres il y a quelques vingt ans. Essayer d’empêcher les pèlerins musulmans d’aller à La Mecque ou sur l’esplanade des mosquées il y aura la guerre. Plus tard, Pie V a prié pour la victoire de Lepante
    Il est facile de se procurer un coran (non abrégé) et de lire ce que veut Mahomet; Jésus Christ est le grand oublié et ses paroles:”nul ne va au Père que par moi”. L’avenir est aux pays qui ne l’oublient pas

    Répondre
  4. Françoise

    17 juillet 2017 à 1 h 09 min

    Il y a aussi peut-être l’influence de la dhimmitude qui force les chrétiens à se soumettre à la protection de l’islam pour être tout juste tolérés …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

S'abonner à notre Lettre d'Actualité gratuitement

Abonnez-vous à notre lettre et rejoignez nos 4902 abonnés.

 

Nous suivre sur les Réseaux Sociaux

Accès page Facebook
Accès au Twitter