La Une

Aude : tombes profanées à Alzonne

Article précédent
Selon que vous serez…
25 août à 17:37
Commentaires (9)
  1. Avatar Bastet dit :

    Les plaques signalées dans l’article du journal, qui ont été retirées, sont fragiles (elles sont souvent en porcelaine). Elles représentent souvent le portrait du défunt mort pendant ou des suites de la Première guerre mondiale. Y sont mentionnés son identité, son grade et son unité avec la mention “A la mémoire de …., mort pour la France au combat de…., le ….”
    Quand les familles les enlèvent pour les préserver de ce genre d’acte ignoble, elles ne les remettent plus. C’est pour cela qu’il en existe de moins en moins sur les tombes.
    C’est encore un pan de notre histoire nationale qui disparaît.

  2. Avatar Levi dit :

    La profanation de tombes, tout comme le tagage d’églises ou de monuments religieux peut parfois (parfois) être fait par des adolescents attardés en révolte contre la société, contre toute autorité. Encore que le choix de tombes ne soit ni anodin ni aléatoire. C’est aussi le rejet d’un « ordre moral » c’est à dire pour des « adolescents attardés », au moins à un niveau subconscient, le rejet d’une certaine vision de la sexualité.

    Mais la condamnation totalement hypocrite « avec la plus grande fermeté » par les « autorités » relève indiscutablement d’une volonté politique de reconstruire « la société » sur des bases « non chrétiennes ». En clair c’est le rejet catégorique d’une vision eschatologique pour s’enfermer peinard dans un hédonisme, seule réponse possible à une absurdité existentielle résultant nécessairement du rejet de Dieu.

    1. Avatar Salomon dit :

      Le sens de la mort est le sens de la vie.
      Une mort absurde résulte d’une vie absurde et réciproquement une vie absurde abouti à une mort absurde.
      La seule réponse valable, cohérente, « sensée », à la mort est l’amour, qui seul transcende la mort. 

      Tous les monothéismes postulent un Dieu « créateur » extérieur à sa création, hors du temps et de l’espace. Dès lors le temps a eu un commencement et aura une fin ; il a un sens ; il postule aussi une évolution.

      La révélation chrétienne est celle d’un Dieu créateur qui est amour de toute éternité, car trinitaire et personnel. Elle enracine donc le devenir dans l’amour, c’est-à-dire dans le don gratuit. C’est aussi le plus grand ancrage de l’espérance, liée à une promesse de retour du Christ et d’une vie éternelle. Insupportable pour certains.

      Si l’énergie créatrice n’est pas dans un Dieu extérieur à sa création, alors l’univers est dieu et dieu est l’univers. Et l’homme est dieu, dieu est en l’homme.
      Ce monisme ontologique implique un éternel recommencement, une absence de sens de l’histoire, une absence de sens de la vie. Il abouti nécessairement à une absurdité existentielle, à un existentialisme qui s’enferme exclusivement dans l’ici et maintenant. Le seul ersatz possible à l’absence d’espérance est de s’enivrer dans le divertissement, de développer un hédonisme dont la poursuite permet d’oublier (un peu) l’absurde.

      Le choix est donc entre un sens lié à l’amour et un absurde lié à la mort.
      Voilà la cause de l’enragement de certains.
      Salomon.

  3. Avatar Gérard P. dit :

    S’est l’application pur et simple du Marxisme -Léninisme athé à outrance pour combatre “L’opium du Peuple” sans ménagement et porir la jenesse afin qu’elle leur tombe dans les bra pour en faire ce que bon leur semble.Triste folie totalitaire.

    1. Avatar Salomon dit :

      Merci Gérard P.
      C’est effectivement une triste folie totalitaire ; très triste, incommensurable folie, absolument totalitaire.
      Le marxisme-léninisme est effectivement athée par principe et par postulat, enfant de la philosophie rationaliste « des ”lumières” ». L’amour est un esclavage dont il faut se libérer, un opium anesthésiant et abrutissant. Le christianisme, comme j’ai essyé de le dire ci-dessus, est la religion de l’amour et donc fait peur. L’esclavage n’est pas celui de l’amour, qui toujours libère, l’esclavage, le véritable opium, est dans la dépendance aux « ersatz », qui devient une véritable assuétude.

      Il ne sert à rien de discourir sur l’amour, il faut le vivre, au jour le jour, avec ses joies et ses souffrances. Et tous, nous avons bien besoin de l’amour gratuit du Christ, lumineux Logos divin, pour développer notre capacité à aimer.
      Salomon.

  4. Avatar Nostradamus dit :

    A Salomon – 26 août 2015 à 10 h 22 min
    « Voilà la cause de l’enragement de certains »
    Ce qui fait « enrager » certains, jusqu’à la fureur iconoclaste, est que l’on perturbe leur illusoire sérénité. C’est que l’absurdité de leur vie fasse irruption dans leur conscience, malgré toutes les barrières du refoulement permanent. C’est terrifiant. C’est là, à proprement parler, un péril mortel, qui justifie la plus grande violence.
    Nostradamus.

  5. Avatar Gisèle dit :

    Et on inonde le marché de * minions * qui sont encore des instruments illuminatis .
    Et les * parents * se jettent dessus afin de noyer leurs chères têtes blondes ,et tuer leur intelligence et leur âme …
    https://www.youtube.com/watch?v=HctIHaPYyo8

    1. Avatar Levi dit :

      @ Gisèle – 27 août 2015 à 0 h 24 min
      Vous avez raison, Gisèle. C’est à une offensive pour déstructurer les tout petits que l’on assiste, de la part du gouvernement, mais aussi des instances internationales secondées par des « major » américaines et d’autres sociétés soucieuses d’être dans « l’air du temps », espérant récupérer quelques clients.
      C’est à nous parents d’être vigilants et de veiller à une « formation » correcte des enfants que nous avons appelés à la vie.
      Et comme l’écrit Salomon ci-dessus : « Il ne sert à rien de discourir sur l’amour, il faut le vivre, au jour le jour, avec ses joies et ses souffrances. Et tous, nous avons bien besoin de l’amour gratuit du Christ, lumineux Logos divin, pour développer notre capacité à aimer. ».
      J’ajouterai : et cet amour nous pouvons le trouver dans la prière quotidienne (avec nos enfants) et dans la fréquentation des sacrements.
      Levi.

  6. Avatar Socrate dit :

    @ Salomon – 26 août 2015 à 10 h 22 min
    C’est tout le « problème » de la transcendance et de l’immanence, la première donnant un « sens », la seconde un « non sens » qui est recommencement sans fin (comme dans le film « un jour sans fin »).

    Le « drame de l’humanisme athée », Gérard P., est précisément ce non sens qu’un gavage, qu’un enivrement par la consommation matérielle n’arrive jamais à combler que provisoirement. Cette frénésie consommatrice, savamment entretenue, débouche toujours, finalement, sur un vide insupportable ; et les « lendemains qui chantent » toujours promis, se transforment immanquablement en « lendemains qui déchantent ».
    Socrate.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services