La Une

Burundi : limitations draconiennes à la liberté religieuse ?

13 juillet à 08:25
Commentaires (14)
  1. Avatar scaletrans dit :

    Le problème réside dans les moyens et les buts de ces églises évangéliques dont “les bénéfices sont les plus élevés in the world” (Copyright Hergé).

  2. Avatar antoine dit :

    Pour avoir vécu longtemps en Afrique cette disposition me parait souhaitable et salutaire. Car de quoi s’agit il? de protéger la population contre des charlatans qui utisent le Christ pour voler et se remplir les poches..Ces comportements sont des comportements sectaires, nous avons bien en France une loi contre les sectes, pourquoi le Burundi n aurait il pas le droit d utilser les mêmes armes législatives à l’encontre de dérives inquiétantes qui profitent de la fragilité d’une population superstitieuse et crédule. AR

    1. Avatar Shimon dit :

      Pourquoi les ministres de différents cultes ne devraient-ils pas faire la preuve qu’ils ont suivi une formation réelle et adaptée, de niveau universitaire ou d’écoles supérieures et un cheminement personnel en communauté suffisant. N’importe qui ne doit pas pouvoir se dire pasteur. Le problème pour les officiants est peut-être le même que pour les psychothérapeutes chez nous, où n’importe qui qui s’est tant soit peu frotté à la psychologie peut se dé&déclarer psychothérapeute et ouvrir un cabinet de consultation. Il peut effectivement être nécessaire d’encadrer un peu des pratiques délirantes proches de l’escroquerie. Je ne connais toutefois rien à la situation au Burundi ou en Afrique, et s’il faut rester très vigilant sur les libertés, je crois que les autorités locales ont des informations que nous n’avons pas.

      1. Avatar Mac dit :

        Et si on avait exigé aux premiers chrétiens cette éducation théologique et pastorale – quelque chose de parfaitement bien en soi, Jean Baptiste n’aurait pas survécu “l’épuration” qui aurait eu lieu. Non plus la grande majorité des autres leaders de l’église primitive. Il faut trouver un moyen pour contrôler les abus, aucun doute; mais exiger une congrégation de 500 ou de 1000 fidèles ainsi qu’une église ‘en dur’ aurait aussi fermé les premières églises “maison” tout de suite. Un peu de bon sens serait le bienvenu. Et si on suivait la Bible, il y aurait surement des mesures pour censurer plus efficaces et selon le coeur de Dieu. “Born again” signifie que je regarde la vie aux yeux nouveaux et la famille de Dieu, aussi large et imparfaite soit-elle, comme Dieu la voit, avec amour et patience.

    2. Avatar Gérard M.P. dit :

      J’apprécie la réponse d’Antoine, et si je ne me considère pas comme un spécialiste de l’Afrique où je n’ai vécu que durant 21 ans, mes idées sur la spiritualité africaine sont ancrées sur un vécu, qui, loin de représenter des références absolues, pourraient éclairer un débat dogmatique, toujours contestable. J’ai eu des contacts intenses avec des Hutus et des Tutsis fin des années ’80 à Bujumbura, dans cette petite Suisse africaine, et en retiens aujourd’hui, 35 ans après, un sentiment de cohabitation ethnique différenciée mais harmonieuse. Bien loin des exacerbations politiques vécues au Rwanda. Les différences entre les composantes coloniales belges et françaises étaient patentes entre les modes de gestion du Rwanda et du Burundi. De même que la cohabitation cultuelle entre les ethnies.
      Diviser pour régner est depuis la nuit des temps un mode de gestion politique, mais les coloniaux belges ont appliqué ces concepts au Congo et au Rwanda avec une rare efficacité, qui s’est payée très cher dans les années post-coloniales, avec des effets vivaces aujourd’hui encore.
      Depuis l’envoi de missionnaires (XIX° s) peu soucieux des coutumes tribales, ethniques et animistes des régions qu’ils ont évangélisées, subsiste l’association (justifiée) dans l’esprit des Africains (et des amères (!!) Indiens …) de prérogatives temporelles ‘kolossales’’ que se sont attribuées les pouvoirs royaux (et / ou impériaux) se servant de l’évangélisation chrétienne comme outil de ‘’subversion’’ (le mot n’est pas trop fort).
      Reprocher dès lors aux nouveaux gouvernants de ces pays ayant accédé à l’indépendance de prendre des dispositions restrictives à l’encontre de gourous et de sectes qui « s’attaquent » à leurs populations qu’ils savent ‘’crédules’’ et manipulables, est un acte politique et cultuel légitime.
      Par mon éducation de 6 ans en pensionnat religieux catholique, je reste profondément imprégné de sentiments religieux et du sens du sacré ; je reconnais les bienfaits de l’évangélisation de ces Hommes aux côtés desquels j’ai vécu tant d’années, mais les occidentaux n’ont aucun droit de supprimer la part animiste qui reste une constituante de ces populations.
      En Afrique comme partout ailleurs, les messages alambiqués et intéressés des sectes et gourous sur des ‘Religions Alternatives’ prolongent une quête essentiellement de pouvoir et d’argent.
      Il me revient en mémoire les massacres du Nigeria (Kano) dans les années 90 à la suite des discours enflammés d’un pasteur évangéliste allemand.
      Le souci du Président Pierre Nkurunziza, semble être de ne pas diviser davantage son ‘petit’ pays, recensant déjà 500 congrégations évangéliques. Si au nom de la liberté de culte (concept typiquement occidental lié à la notion de démocratie, mais cachant le plus souvent une démagogie humaniste qui engendre des dégâts sociaux et humains incalculables), nous propageons des doutes et des confusions sur la démarche d’amour que nous enseigne notre religion, nous allons à l’encontre des intérêts des populations africaines.
      Cessons de jouer les ‘magister dixit’, contenons et combattons le prosélytisme islamiste dans ces régions, et laissons prendre aux autorités bienveillantes à l’égard de leur population les dispositions qui leur semblent ‘’justes’’.
      cf. http://www.rfi.fr/emission/20140605-pierre-nkurunziza-president-republique-burundi/
      Le Ciel vous tienne en joie
      GMG

  3. Avatar Gilberte dit :

    ce pays était à majorité chrétienne surtout catholique; les évangéliques prolifèrent; qui convertissent-ils? les 1%de musulmans : très bien; les quelques % d’animistes: bien. Mais pourquoi convertissent-ils des chrétiens non évangéliques à l’évangélisme? que reprochent-ils à l’Eglise catholique qui ne leur plait pas? les non chrétiens sont suffisamment nombreux de parle monde pour convertir ailleurs à moins qu’il faille aussi convertir au mode de vie américaine

  4. Avatar Charlotte Parc dit :

    Une fois n’est pas coutume M. Hamiche, presque aucun des commentaires ne va dans le sens de votre article.

    Je suis reconnaissante à @Gérard M.P. de partager avec nous son expérience de l’Afrique.

    Je suis moi-même une protestante de la mouvance évangélique baptiste et je pense comme @Antoine, @Shimmon @Mac qu’une régulation est nécessaire pour la protection même de la population et si les chrétiens ne sont pas capables de se réguler tout seuls, il ne me semble pas une mauvaise chose que l’autorité en place les y contraigne, d’autant plus qu’elle a peu de raison d’être défavorable aux chrétiens.

    A toutes les choses déjà écrites dans ces commentaires (nécessité d’une formation ad hoc des pasteurs, contrôle pour éviter les abus,…) j’ajouterai que si une législation semble en effet possiblement une bonne chose, il faut être vigilant pour qu’elle soit mise en place avec “bon sens ” comme l’a écrit @Mac , qu’elle soit réaliste compte tenu du contexte local (par exemple exiger une assemblée de 500 personnes peut sembler exorbitant car une telle disposition serait un arrêt de mort des communautés évangéliques en France, mais au Burundi, cela contraindrait sans doute de “petites” églises à se réunir pour subsister face à la loi ; il est notoire que les églises évangéliques sont dispersées en une multitude de “dénominations” et que la majorité d’entre elles partagent la même théologie, en tout cas qu’on peut les classer en 2,3 ou 4 grands courants et que 500 dénominations dans un pays de 9 millions d’habitants n’a aucun sens), il faut que la loi soit gardienne des libertés et protectrice des populations, en particulier contre un fléau qui s’appelle “THÉOLOGIE DE LA PROSPÉRITÉ” qui fait des ravages dans toute l’Afrique subsaharienne (mais pas seulement …) . Sa dangerosité vient de ce que pour des chrétiens mal affermis, mal formés, le discours tenu par les tenants de cette théologie mêlent inextricablement (sauf à en faire une fine analyse théologique, ce dont sont incapables la plupart des gens) les vérités bibliques les mieux assises et les plus incontestables avec des éléments plus que contestables.
    Vous pourrez lire ici
    http://www.lecnef.org/connexions/232-dossier-sur-la-theologie-de-la-prosperiteune interview
    qui est une sorte de résumé d’une étude théologique assez complète de ce phénomène publiée par le CNEF dans un livret de 60 pages aux Éditions BLF dans la collection “Les textes du CNEF” en septembre 2012
    http://www.blfeurope.com/boutique/livres/eglise/la-theologie-de-la-prosperite
    mais qui est aussi disponible sur certains sites , ici par exemple :
    http://associationbaptiste.org/Documents/CNEF/cnef_dossier_evangileprosperite_120614.pdf
    En gros la théologie de la prospérité enseigne qu’avec le salut, sont acquises, au même titre que le pardon des péchés, la guérison physique et la richesse matérielle…très souvent pour le plus grand profit financier et /ou matériel des “pasteurs-gourous” de ces communautés qui pullulent en Afrique Noire.

    1. Avatar Charlotte Parc dit :

      Le premier lien est incorrect dans mon commentaire, merci de le corriger ;

      Vous pourrez lire ici
      http://www.lecnef.org/connexions/232-dossier-sur-la-theologie-de-la-prosperite
      une interview qui est une sorte de résumé d’une étude théologique…

    2. Avatar Gérard M.P. dit :

      bonjour,
      M. Hamiche a initié – nolens volens – une réflexion de fond sur les sectes religieuses en Afrique. Après relecture de mon texte, je dois corriger une faute grossière d’accord grammatical pour éviter une volée de bois vert. J’ai écrit : ancrées sur un vécu, qui, loin de représenter des références absolues, pourraient éclairer un débat dogmatique; c’est le vécu qui pourrait éclairer et non pas les références absolues.

      Ouvrir un débat sur les religions resterait un exercice prétentieux et contraire aux canons qui nous animent; il reste cependant acquis qu’au nom de la liberté de culte, les convictions profondes du “roseau pensant”, de l’Homme, doivent s’opposer aux pseudo-exégèses, fallacieuses, de l’Évangile.
      La THÉOLOGIE DE LA PROSPÉRITÉ n’est que l’une d’entr’elles, inversant les rapports entre Dieu et l’Homme.
      C’est en cela que des dispositions claires doivent être mises en place pour éviter un prosélytisme trompeur dans des populations aisément manipulables par des escrocs, qui s’appuient sur certains versets extraits de la Bible, pour justifier tout et son contraire, en perdant le sens évangélique global, ne recherchant que les profits matériels de leurs gourous.
      Ils ont pour ces populations des talents ‘magiques’ d’orateurs, qu’ils mettent au service de leurs ambitions personnelles.
      GMG

      1. Avatar Charlotte Parc dit :

        @Gérard M.P.
        Encore merci à vous de ce commentaire clair auquel j’adhère totalement* et qui fait plus que nuancer l’article de M. Hamiche : non, une législation religieuse n’est pas forcément synonyme de restriction de la liberté de conscience et de religion, mais peut aussi – doit aussi – être protectrice des populations les plus vulnérables à la manipulation. Notre propre législation française anti-secte est, somme toute, assez équilibrée, même s’il faut toujours rester vigilant face à un laïcardisme qui voudrait englober toujours plus de croyances sous le chapeau “sectes” afin de se débarrasser du phénomène religieux qui le hérisse.

        * en particulier votre résumé laconique et parfaitement juste de la théologie de la prospérité comme inversion du rapport entre Dieu et l’homme, ce dernier mettant Dieu à son service.

  5. Avatar Elisabeth dit :

    merci pour le niveau de ce débat. Il faudrait peut-etre y ajouter un niveau politique. Derriere cette floraison de sectes et leur dynamisme irrésistible il y a de tres gros capitaux, résultant de la bulle financiere qui se reforme inexorablement. Les “investisseurs” veulent semer le trouble sur des populations plus proches que nous de l´état adamique pour les rendre imperméables au message évangélique et les formater dans leur sens. Voir “l´Antéchrist” de Soloviev. Leur message manipulateur se retourne avec une violence inouie contre les vrais chrétiens quand leurs victimes s´apercoivent de la supercherie.

    1. Avatar Mac dit :

      Voici le courrier électronique du président du pays: [email protected] si vous voulez, avec respect, lui mettre en direct une puce à l’oreille à ce sujet. C’est ce que j’ai fait. Et ensuite, priez pour lui et son gouvernement.

  6. Avatar gerard 2 dit :

    Merci Gérard M P,vous décrivez très bien le protestantisme Luthérien et toutes ramification ,ils pioche dans la Bible et les Évangile se qui les arranges ,d’où un christianisme social =l’homme avant DIEU.

  7. Avatar paulette dit :

    comment reconnaître qu’une église évangélique pratique la théologie de la prospérité merci de m’informer

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services