La Une

Égypte : un prélat catholique hostile à la peine de mort pour Morsi

Commentaires (8)
  1. Denis dit :

    S’il se fait tuer, le Mal gagne car il rend mauvais l’homme qui n’est plus juste mais vengeur.

    Laissons les jugements à Dieu, quant à ce type l’appauvrir et prier pour lui sera plus efficace.

  2. Denis dit :

    (Romains 13:1) 13 Que toute âme soit soumise aux autorités supérieures, car il n’y a pas d’autorité si ce n’est de par Dieu ; les autorités qui existent se trouvent placées de par Dieu dans leurs positions relatives.

    (Romains 13:3, 4) […] Car ceux qui gouvernent sont objet de crainte, non pas pour la bonne action, mais pour la mauvaise. Veux-tu donc ne pas craindre l’autorité ? Continue à faire le bien, et tu en auras des louanges ; 4 car elle est pour toi le ministre de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais ce qui est mauvais, sois dans la crainte, car ce n’est pas pour rien qu’elle porte l’épée ; elle est en effet le ministre de Dieu, un vengeur pour manifester la colère sur celui qui pratique ce qui est mauvais.
    «Car ce n’est pas pour rien qu’elle porte l’épée ; elle est en effet le ministre de Dieu, » Épée … Seulement pour chatouiller les orteils peut-être ??? Oui ! Bien sûr ! La vie des criminels est tellement PLUS importante, a TELLEMENT PLUS de valeur que la vie des honnêtes gens. Pour eux, leur vie est tellement INSIPIDE, SANS VALEUR … VIVE LA RACAILLE !!! **** ( Franchement, mes dernières phrases ne sonnent-elles pas l’absurdité pure… ?? )
    A+

  3. Damien dit :

    Il y a une grande inutilité dans la condamnation à mort.Cela fera un “grand martyr” sur lequel pourront se focaliser tous les fanatismes contemporains. Qu’on le laisse en prison jusqu’à oubli total.

  4. Elisabeth dit :

    Et n´oublions pas que les 10% de chrétiens sont les otages d´une majorité musulmane qui peut facilement retourner a ses anciennes amours (Les Freres Musulmans), et les chrétiens devront une fois de plus payer pour toutes ces condamnations intempestives.

  5. Marie-Sandrine dit :

    “l’Eglise n’exclut pas le recours à la peine de mort si celle-ci est l’unique moyen praticable pour protéger efficacement…””
    Eh bien c’est le cas, non ? Sinon Morsi risque fort de nuire à nouveau.
    L’évêque d’Assiout selon moi a perdu une occasion de se taire.

    1. berna dit :

      Tout à fait d’accord.
      Puis qu’on met en avant le Christ, l’Evangile allons-y.
      Le Christ n’a-t-il pas dit à propos de Judas “il aurait mieux valu pour lui qu’il ne fut jamais né”, et de celui qui scandalise les enfants :”de leur mettre une meule au cou, au fond de la mer”
      N’a-t-il pas dit aussi que c’était la seconde mort qu’il fallait craindre : la 1ère mort est la mort physique, la seconde mort est la mort de l’âme, damnée donc,et elle est définitive : sans rattrapage.
      Tout en appliquant la peine de mort, accompagner le condamné pour amener son âme au repentir et voir son avenir éternel, lire “Dans cinq heures, je verrai Jésus” de jacques Fesch, jeune condamné à mort, puis exécuté.
      Beaucoup de prélats ou chrétiens font la confusion entre ces deux morts.
      Le Christ n’a-t-il pas dit “rendez à César ce qui est à César” et à Ponce Pilate que “son pouvoir de juger lui était donné par Dieu”.
      Qu’un prélat prenne le parti d’un criminel pour lui faire clémence, alors qu’il a “appliqué la mort à des innocents” (d’où le terme “la peine de” n’a pas lieu d’être)est déplacé : il devrait au contraire rappeler les paroles du Christ ci-dessus. Une peine est appliqué à un coupable.
      C’est la grande confusion.
      Et si la peine de mort était appliquée aux criminels avérés, il n’y aurait pas eu autant de morts gratuites, inutiles, atroces comme on peut en constater depuis son abolition.
      La peine de mort est dissuasive, comme l’avoue des criminels : si la peine de mort existait, ils n’auraient pas tué.
      Il manque beaucoup de bon sens aujourd’hui.

      1. Marie-Sandrine dit :

        Complètement OK !

  6. Maysie dit :

    Pas du tout d’accord. TU NE TUERAS PAS.
    On ne tue quelqu’un que pour l’empêcher de tuer. Et dàns l’urgence. Il n’a qu’à rester en prison pour réfléchir et peut-être s’amender.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services