La Une

Iran : un avocat empêché de rencontrer ses clients chrétiens avant une audience d’appel

Commentaires (3)
  1. Charlotte Parc dit :

    M. Hamiche, ne publiez pas mon commentaire précédent. C’est assommant ces pb techniques!

    On retrouve ces jugements iniques ici http://eglisediran.blogspot.fr/2014/11/liran-condamne-des-leaders-deglise-de.html

    Ainsi va la justice dans la République Islamique d’Iran dont la constitution énonce pourtant explicitement dans son l’article 13 “Les Iraniens zoroastriens, juifs et chrétiens sont reconnus comme les seules minorités religieuses qui, dans les limites de la Loi, sont libres d’accomplir leurs rites religieux et, quant au statut personnel et à l’éducation religieuse, agissent en conformité avec leur liturgie.” L’article 19 dit que « le peuple d’Iran, quel que soit l’ethnie ou le groupe, jouit de droits égaux : la couleur, la race, ou la langue ne seront pas une cause de privilège » et l’article 14, stipule, lui, que « toutes les communautés non musulmanes s’abstiendront de comploter et d’agir contre l’islam et la République islamique d’Iran » mais il est bien connu que qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ! L’Iran étant une théocratie musulmane, qui n’est pas musulman a vite fait de comploter contre la république selon l’interprétation étroite, très étriquée même, qu’en fait le pouvoir.

    L’enjeu spirituel est énorme en Iran.
    Les hauts dignitaires chiites sont bien conscients de la déliquescence de leur société qui vit sous des contraintes hypocrites, et sont ahuris de la ténacité des chrétiens et savent le danger mortel que la “contagion de la foi chrétienne” fait courir à leur pouvoir.
    Les jeunes, qui sont éduqués, qui sont des consommateurs avertis, ne supportent plus du tout cette atmosphère ; ils obéissent en public aux injonctions politico-religieuses islamiques du pouvoir pour avoir la paix et font tout le contraire des obligations islamiques en privé. La persécution des chrétiens, au lieu d’être un repoussoir pour certains, ne fait qu’encourager de jeunes musulmans qui ne croient plus du tout à l’enseignement des mollahs et qui ont des préoccupations spirituelles, à se tourner volontiers vers les rares chrétiens qu’ils connaissent pour en savoir plus sur Jésus et la foi chrétienne. Les opportunités de témoignages sont importantes. Bien sûr risquées aussi, car les chrétiens sont toujours à la merci de ceux qui souhaitent les piéger pour les neutraliser. Mais beaucoup d’informations en provenance d’Iran laissent penser que les conversions y sont de plus en plus nombreuses.

    Prions, prions, prions pour que le témoignage chrétien arrive aux Iraniens de langue farsi (le “persan”) car actuellement, officiellement, le régime interdit la diffusion de la Bible et de livres chrétiens dans cette langue, en cantonnant l’autorisation aux langues minoritaires parlées par des populations traditionnellement chrétiennes de longue date (arméniens, assyro-chaldéens, catholiques ou orthodoxes), mais que ne parle pas la majorité des iraniens. Ils interdisent même qu’on fasse des cultes ou des messes ou des réunions de prières chrétiennes en farsi. Ce serait tellement dangereux que les Iraniens comprennent ce qui se dit ! Quand elles ont lieu, c’est toujours en secret dans la clandestinité.

    Pour avoir des nouvelles, vous pouvez visiter ce site francophone.
    http://eglisediran.blogspot.fr/
    J’ai eu le privilège de rencontrer récemment en France le pasteur iranien Andronicus Khandjani.

    @M. Hamiche, on parle plutôt, dans les milieux protestants, d’ “églises de maison” plutôt que “d’églises à la maison” (alors qu’on dit plutôt “école à la maison”, pour y enseigner ses propres enfants).
    C’est une situation qui remonte … aux premiers temps de la chrétienté. On le voit déjà dans les Actes des Apôtres et les lettres de Paul (Act 2,46 – Act 5,42 – Act 12,12 – Act 20,20 – Act 21,8 – Rom 10,16 – Rom 16,5 – Rom16,11 – 1Cor 16,19 – Col 4,15 – Philémon 1,2… etc.)
    Aujourd’hui, dans les pays où sévit la persécution, c’est une nécessité vitale pour les communautés qui se réunissent ainsi clandestinement.
    Dans les régions sans persécution c’est parfois une nécessité économique quand les communautés, trop petites en nombre de fidèles, n’ont pas les moyens financiers de construire de lieux de culte ; mais c’est aussi parfois un choix de théologie ecclésiale : une église de maison est nécessairement une petite église où les relations fraternelles, la communion des saints peuvent y être vécues de manière particulièrement adaptées aux convictions bibliques.
    Cette situation “d’églises de maison” est évidement surtout développée chez les protestants pour qui le lieu de culte n’est pas un endroit sacré, mais juste un lieu fonctionnel.

  2. Francis le croisé dit :

    Quand on n’est pas sûre de sa soit disant verité on se mefi du chemin de la VERITÉ vrai et de la Vie pas étonnant

  3. Francis le croisé dit :

    Il n’y a que JESUS pour faire peur a SATAN la ou il règne et dirige

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services