La Une

Myanmar : deux enseignantes chrétiennes violées et assassinés par des militaires

Commentaires (10)
  1. Avatar Jean dit :

    Quand les musulmans comprendront que leur religion a été phagocyté par les troupes du démon qui a trouvé ce moyen pour alimenter en âmes l’enfer.

    1. Avatar Jean dit :

      @ Jean 1, En Birmanie, la persécution est du côté d’un pouvoir pro-bouddhiste (même s’il a pu sérieusement malmener des bonzes lors de la révolution de safran en 2007, qui n’avait cependant pas de motifs religieux) et des bouddhistes (les moines peuvent être très violents, et ils tuent aussi des musulmans, les Rohingyas…

  2. Avatar Jean-M dit :

    En Birmanie, ce ne doit pas être des musulmans mais des bouddhistes…je crois…Il y a des bouddhistes pas gentils…Je vais vérifier sur Portes Ouvertes.

  3. Avatar Jean-M dit :

    Myanmar, 25 me au classement des persécutions …Souvent due aux moines bouddhistes locaux et à l’armée….voir Portes Ouvertes. les musulmans sont aussi peu admis…

  4. Avatar Jacques dit :

    Pendant longtemps j’ai cru que ces pays: Indes et autres étaient agréables à vivre. Je vois qu’il n’en est rien. Pourquoi tant de haine? Greg

  5. Avatar scaletrans dit :

    La religion chrétienne est persécutée par toutes les autres, y compris par la “religion laïque”.

  6. Avatar Françoise dit :

    Et dire que les médias nous avaiet annoncé une démocratisation de cette dictature militaire en Birmanie ! Quelle barbarie ! Les médias vont-ils seulement en parler ? Prions pour ces deux malheureuses victimes chrétiennes de la haine bouddhiste et pour leurs familles.

  7. Avatar Charlotte Parc dit :

    Les Kachins (nord du Myanmar, en frontière de la Chine) , comme les Karens (sud-est du Myanmar en frontière de la Thaïlande), deux minorités ethniques du Myanma vivant dans les régions périphériques montagneuses du Myanmar par rapport au centre du pays qui est la vaste plaine de l’Irrawaddy ( le grand fleuve central du Myanmar), sont persécutés à double titre : ils sont des ethnies minoritaires que l’ethnie majoritaire (les Birmans) de la plaine persécute car dans un pays non démocratique les majoritaires n’ont jamais assez de pouvoir et veulent toujours contraindre tous les “périphériques” à vivre comme eux avec les mêmes coutumes, et ils sont persécutés en tant que chrétiens minoritaires face à un bouddhisme très agressif.
    L’islam n’a effectivement rien à voir dans cette persécution. Les rares musulmans de Birmanie (ou Myanmar), appartiennent tous à l’ethnie Rohingas et sont eux-mêmes persécutés par les mêmes Birmans majoritaires de la plaine centrale pour les mêmes raisons que les chrétiens Karens et Kachins.

    1. Avatar Françoise dit :

      Vous êtes parfaitement renseignée ! Vous auriez pu être historienne (peut-être en êtes-vous une ?). Bravo !

      1. Avatar Charlotte Parc dit :

        @Françoise
        Non, je ne suis pas historienne ! Ma formation de base est scientifique.
        Mais pour des raisons familiales – j’ai épousé un ressortissant du Sud-Est asiatique- à la fin de mes études professionnelles j’ai fait une licence de langue aux Langues’O, laquelle ne comportait pas que l’aspect linguistique, mais tout un tas de modules de littérature, histoire, géographie, culture de façon générale du sud-Est asiatique… dont la Birmanie fait partie. Et depuis plus de 30 ans je continue de me tenir au courant sur cette partie du monde.
        “Eglise d’Asie”, organe de presse catholique dépendant des Missions Étrangères de Paris mais observateur, à l’instar de M. Hamiche sur ce blogue, de tous les chrétiens y compris les protestants, ainsi que Portes Ouvertes, rapportent depuis des décennies les persécutions des chrétiens Karens, Kachins et Chins.
        On peut lire avec profit l’analyse faite ici dans le premier article
        http://www.lavie.fr/chroniques/matinale-chretienne/les-chretiens-mal-aimes-aussi-en-birmanie-07-09-2012-30556_167.php
        En particulier ce passage
        Car pour le pouvoir de Thein Sein, qui est dans la continuité du régime militaire birman malgré le processus de démocratisation entrepris il y a un an [càd 2011], il s’agit d’unifier le pays – de le “birmaniser”. Et la promotion du bouddhisme comme étant un élément-clé de l’identité birmane est au centre de cette “birmanisation”. Les ethnies dont la langue et la religion sont par trop exotiques se retrouvent persécutés: les Karens, chrétiens à hauteur de 20%, qui ont conservé durant 300 ans la culture spécifique de leurs racines tibétaines, qui vivent au sud-ouest, au centre et à l’est du pays; les Kachins au nord, également d’origine tibétaine, et majoritairement chrétiens; les Rohingya déportés en Birmanie par les colons anglais, venus du Bangladesh musulman ; et enfin les Chins.

        PS J’en profite pour corriger une faute de mon premier commentaire : ce n’est pas Rohingas, mais Rohingya, et sans s même au pluriel.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services