La Une

Opéra-Comique : une bien surprenante affiche publicitaire…

Commentaires (32)
  1. Gérard P. dit :

    Belzébub affiche! La laïcité ridicule et stipide en combat contre la sagesse de l’Homme DIEU Jésus! L’homme qui se prend pour une divinité croyant maîtriser soit disant la céation et la nature veut encore vincre le Divin qu’il veut ignorer et rejette en s’attaquant au religieux à tout ce qui est catholique et chrétien!???
    Espérant la souveraineté satanique du monde!
    Bon courage! Ultime folie…!Prions…

  2. samovar dit :

    En tout cas ça n’a rien de comique et ça ne m’incite pas à y aller … alors que j’aime l’Opéra …

  3. Pierrot dit :

    Ce disant, mit bas son grand habit et se saisit du bâton de la croix qui était de cœur de cormier , long comme une lance, rond à plein poing, et quelque peu semé de fleurs de lys, toutes presque effacées. Ainsi sortit en beau sayon, mit son froc en écharpe, et de son bâton de la croix donna si brusquement sur les ennemis qui, sans ordre ni enseigne, ni trompette, ni tambourin, parmi le clos vendangeaient , – car les porteguidons et porte-enseignes avaient mis leurs guidons et enseignes l’orée des murs, les tambourineurs avaient défoncé leurs tambourins d’un côté pour les emplir de raisins, les trompettes étaient chargés de moussines, chacun était dérayé -, il choqua donc si roidement sur eux, sans dire gare, qu’il les renversait comme porcs, frappant à tort et à travers, à la vieille escrime.
    Rabelais nous rappelle que l’Eglise se doit d’être humble…voilà ce qu’il convient de comprendre avec cette illustration: l’humilité pour ne pas faire l’ange et faire la bête.

    1. berna dit :

      Rabelais, maître spirituel et donneur de leçon de l’Eglise ??
      Au 21è siècle : une telle représentation de l’Eglise, outre qu’elle est caricaturale, sent le “vole-t’es-rien” nauséeux : la croix qui trucide le Sacré-Coeur, par son symbole…Même si historiquement le Christ a bien été percé dans Son Coeur Sacré sur le bois de la Croix.
      Mais au 1er degré, c’est une moquerie des symboles chrétiens (la Croix) et catholique (le coeur entouré d’épines). le dessinateur est loin d’être innocent : il connait bien les symboles que les incroyants ne connaissent pas.
      Le pré aux “clercs” : encore de l’anticléricalisme ouvert entre le titre et ses symboles.
      D’aucuns savent-ils que l’Eglise interdisait le duel ? En ce cas, c’est un défi bravache, une provocation gratuite. Que risque-t-il , les clercs ne regardent pas les affiches du métro, s’ils prennent le métro, ou l’ignorent sans penser à l’impact sur les voyageurs, quels qu’ils soient.
      Une religion qui se laisse moquer, que vaut-elle pour les autres ?
      St Paul disait en substance: si c’est moi qui est moqué, je le supporterai, mais si c’est Dieu, alors je prends sa défense.
      tout autre discours est un quiproquo ou de la lâcheté, ou …

      1. Charlotte Parc dit :

        @berna
        Votre commentaire comporte quelques approximations, pour ne pas dire des erreurs.

        Le nom de “Pré aux clercs” n’a rien à voir avec ce que l’on appelle aujourd’hui un clerc, c’est à dire un membre du clergé, en particulier catholique, mais avec le fait que les “clercs du Palais ” ou “clercs de la Basoche” c’est à dire les gens de justice, se pressaient à cet endroit le jour où le roi de la Basoche, sur statuts constitutifs octroyés par Philippe-le-Bel, passaient ses sujets en revue. Une autre étymologie possible st que les clercs en question étaient les gens instruits et en particulier les étudiants sorbonnards qui aimaient venir se détendre dans cette prairie entre leurs périodes d’étude. http://fr.wikipedia.org/wiki/Pré-aux-Clercs

        “St Paul disait en substance: si c’est moi qui est moqué, je le supporterai, mais si c’est Dieu, alors je prends sa défense.” écrivez vous.
        Démontrez votre affirmation par un seul verset d’un seul de ses nombreux écrits ! En bonne parpaillote, je crois connaitre ma bible et particulièrement mon Nouveau Testament et ce que vous mentionnez… n’y figure pas du tout ! Même pas l’idée que cela soit vrai.
        Par contre j’y trouve ceci “Ce combat n’est pas le tien, mais celui de Dieu” (2 Chroniques 20,15) et j’y trouve aussi que « nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » (Éphésiens 6,12) Autrement dit , la lutte est spirituelle, pas contre les personnes.
        Car Dieu ne souhaite pas la mort du pécheur, mais sa repentance et son salut. (Ezéchiel 18,23)
        Comme je l’ai écrit plus bas en réponse @decrouez “Une certaine forme de combat n’est effectivement pas la nôtre, même au motif de défendre notre foi, voire de défendre notre Dieu ou encore l’honneur de Jésus-Christ.” « Jésus déclara : Ma royauté ne vient pas de ce monde ; si ma royauté venait de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux autorités juives. Non, ma royauté ne vient pas d’ici. » (Jean 18, 36) Ou avant ça, devant le refus des Samaritains de recevoir Jésus en route vers Jérusalem et sa crucifixion, Jacques et Jean interloqués demandent à Jésus : « Seigneur, veux-tu que nous commandions au feu de descendre du ciel et de les exterminer ? » Jésus se tourna vers eux et leur fit des reproches. Et ils partirent pour un autre village.” (Luc 9,54-55) Et encore cet épisode de la passion du Seigneur « Un de ceux qui étaient avec Jésus, portant la main à son épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l’oreille. Jésus lui dit : « Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. Crois-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père, qui mettrait aussitôt à ma disposition plus de douze légions d’anges ? » (Matthieu 26, 52.53)

        Dieu, notre Père et Créateur et Jésus son Fils notre Sauveur sont bien assez grands pour se défendre tout seuls.

        Je vous renvoie à l’étude (fort biblique) faite par un prêtre catholique à ce sujet , ici :
        http://plunkett.hautetfort.com/archive/2011/10/26/defendre-l-honneur-du-christ-%C2%A0-defendre-les-droits-de-dieu.html

        “Une religion qui se laisse moquer, que vaut-elle pour les autres” écrivez-vous
        Et vous que pensez-vous QUE VAUT UN MESSIE QUI SE LAISSE MOQUER ? Relisez un peu la passion. Le sanhédrin s’est moqué de lui (Mat 26,57-68), Pierre s’est moqué de lui en le reniant (Mat 26,69-75) Pilate et les sacrificateurs se moquent de lui, et il ne répond rien (Mat 27,11-14) Les soldats de Pilate se sont moqués de lui(Mat27,28-31) les passants se moquèrent de lui (Mat 27,39) Les principaux sacrificateurs, avec les scribes et les anciens, se moquaient aussi de lui (Mat 28,41) et jusqu’aux autres crucifiés qui se moquaient de lui (mat 27,44)
        Que vaut-il ce Crucifié tant moqué ?
        C’est le Sauveur du monde, le Rédempteur de mon âme, mon Seigneur et mon Dieu !
        Que vaut ma “religion”, je préfère dire ma foi, si elle est moquée ? Ma foi est dans l’Évangile de Jésus-Christ et l’Évangile de Jésus-Christ est ” une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec” (Rom 1,16).
        Alors, je me moque des moqueurs, je laisse à Dieu de leur régler leur compte. “Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit: A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur.”(Rom 12,19)
        J’ai assez à faire avec l’annonce de son Évangile comme il nous en a chargé “Allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit. Et voici: je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu’à la fin du monde.” (Mat 28,19-20)
        Avec mon Sauveur à mes côtés chaque jour, je ne crains aucun moqueur.

      2. Charlotte Parc dit :

        @berna

        La pensée que vous attribuiez à St Paul, elle n’est pas de lui, donc pas biblique, donc pas Parole de Dieu, mais de St Jean Chrysostome : « La patience à supporter les offenses qui s’adressent à nous, c’est de la vertu ; mais rester insensible à celles qui s’adressent à Dieu, c’est le comble de l’impiété ».
        Je n’ai pas réussi à retrouver la référence précise de cette citation mille fois citée, mais jamais avec sa référence précise. Il a écrit des milliers de sermons et de commentaires de la Bible.

        Et là je laisse à ce père de l’église la responsabilité de ses propos, mais ils ne sont pas Parole de Dieu !

  4. Marc_T dit :

    Le christianisme conciliaire maçonnique tue la tradition…

  5. Guida dit :

    si cela veut dire qu’un chrétien qui tue son prochain transperce le cœur sacré de NS Jésus Christ c’est une vérité mais ce n’est en rien comique.

    1. dinsdale dit :

      Bien vu.

    2. berna dit :

      ce n’est pas ça qu’il a voulu dire, il faut être catho pour le croire.
      On n’a pas besoin de l’opéra comique pour nous le rappeler : tuer est déjà interdit à tout un chacun

      1. C.B. dit :

        Merci “berna 13 mars 2015 à 13 h 22 min” d’avoir rappelé que “tuer est déjà interdit à tout un chacun”. Même si c’est légal et remboursé par la Sécurité Sociale.

  6. c dit :

    n’est ce pas une adaptation de la nouvelle de Mérimée Chronique du règne de Charles IX et donc de la guerre civile en France et évidemment dans l’esprit du XIX de la faute des “méchants” catholiques qui n’ont pas voulu accordé la liberté de croyance aux “gentils” protestants, et évidemment l’intolérance liée à la religion?
    Une programmation qui n’est évidemment pas anodine en ce moment…
    affiche assez anachronique et confuse pour ne pas dire plus dans sa symbolique!

  7. Jean Ferrand dit :

    Il faudrait savoir si elle est récente ou reprise d’une gravure ancienne. En un mot : connaître son origine.

  8. Maysie dit :

    Et puis, ce sans-culotte étêté, un rien déséquilibré par sa croix, voilà de quoi réjouir tous les Charlie de Paris.

    1. Maysie dit :

      D’autant plus qu’il ” taquine le steak”.
      À mon avis on se gausse aussi de Prosper Mérimée.

  9. Charlotte Parc dit :

    A lire le résumé de l’intrigue de cet opéra (livret de Eugène de Planard) dont l’action se situe sous Charles IX à la fin du XVIè siècle, et à la fin du règne des Valois, 10 ans après la Saint-Barthélémy, ici

    http://www.opera-comique.com/sites/TNOC/files/uploads/documents/1103-preauxclercs-alireavantlespectaclefrancais.pdf

    je comprends de cette illustration, sinon très choquante du moins curieuse et pas très explicite, (un crucifix “nu” rdt al tête d’un homme s’en prenant par l’épée à une représentation traditionnelle du Sacré-cœur) qu’elle représente le duel de l’Acte III de cet opéra, entre un noble protestant (le personnage de l’opéra “le Baron de Mergy”, représenté -selon mon interprétation- sur cette affiche par un homme portant une épée en main et à la place de la tête un crucifix nu, ce qui est la marque du protestantisme qui ne représente jamais le Christ cloué en croix, puisque maintenant il est ressuscité, la croix est vide) et un noble catholique “le Comte de Comminge” représenté par le Sacré-cœur. Dans ce livret d’opéra c’est le protestant qui est vainqueur dans le duel.

    Mais peut-être suis-je totalement à côté de la plaque !

    Par ailleurs ce “Pré aux clercs”, (dont la mémoire demeure par le nom donné à une rue actuelle de Paris dans le quartier de St Germain-des-Prés) en dehors de sa réputation de place identifiée où se sont déroulés de très nombreux duels, est entré dans la mémoire historique des protestants car du 13 au 19 mai 1558, quatre ou cinq mille protestants, parmi eux Antoine de Bourbon (le mari de Jeanne d’Albret), y chantent pacifiquement des psaumes pour affirmer leur foi et revendiquer leur droit à la différence et la liberté de culte. Cela aura pour conséquence de déchainer l’ire des catholiques et ils seront poursuivis, et certains menés au bûcher, par ordre du roi.

    http://larher.pagesperso-orange.fr/ch1.htm (3ème paragraphe)

    https://oratoiredulouvre.fr/patrimoine/quelques-jalons-d-histoire-du-protestantisme-a-paris-des-origines-a-1787.php

    https://books.google.fr/books?id=bVMAAwAAQBAJ&pg=PA59&lpg=PA59&dq=psaumes+antoine+de+bourbon+pr%C3%A9+au+clercs+mai+1558&source=bl&ots=ge1zn04Fgs&sig=ssRrm_KabuorSxhumXdMkQKxTAI&hl=fr&sa=X&ei=aLYBVaC_EKeM7Abg6oHgCw&ved=0CCwQ6AEwAg#v=onepage&q=psaumes%20antoine%20de%20bourbon%20pr%C3%A9%20au%20clercs%20mai%201558&f=false

    Ce qui est curieux dans cette histoire est que la vénération du Sacré-cœur de Jésus dans le catholicisme romain date du XVIIè siècle, sa “solennité” ” n’en ayant été instituée qu’en 1765 par le pape Clément XIII.
    L’article de Wikipédia me semble bien documenté http://fr.wikipedia.org/wiki/Sacré-Cœur
    Il y a donc pour moi, là, un anachronisme.

    1. berna dit :

      c’est votre premier paragraphe est exact, et reflète le dessein de l’auteur, c’est vraiment tiré par les cheveux et digne d’un doctrinaire anti-chrétien.

      Les victimes catholiques des guerres de religion ont été bien supérieures, et pendant bien plus de 50 ans avant la St Barthélemy, dont le mot d’ordre de tuer les protestants n’est pas avéré (une désinformation du XIXè siècle, forgée pour ré-écrire l’Histoire).
      Deux livres s’appuyant sur des documents et témoignages d’époque relatent quelques-unes des atrocités des protestants à l’encontre des catholiques, surtout les prêtres et religieux. Même les innocents ont été trucidé. Leur rage équivaut celle de talibans avec les statues de bouddah, des islamistes avec tout le patrimoine culturel du Moyen-Orient, les persécutions, assassinats et tortures dont ont été et sont actuellement victimes trop de chrétiens dans le monde (Afrique, Asie, etc..)
      – “Le Protestantisme assassin du XVIè siècle en France” de Michel Defaye 80 pages 8 euros N° ISBN : 978-2-916139-02-8
      – “Frères réformés, si vous saviez.” Ephéméride des Guerres de religion
      de BEURTHERET (Vincent)

      Date de parution: 2006-04-01
      Editeur: AMDG
      ISBN:9782951008311
      Nb de pages: 192 26 euros

      – “Les guerres de religion en France, une histoire inventée” (MP3) (DEFAYE Michel conférence)
      CD SEL MP3

      Date de parution: 2010-03-01
      Editeur: SEL (EDITIONS DU)
      ISBN:9782361430221

      et d’autres titres encore pour s’informer en vérité. A quand la repentance des protestants pour ce que leurs coreligionnaires du 16è siècle et + ont fait subir aux catholiques ? C’est un devoir de vérité qui ne serait pas superflu.

      1. Charlotte Parc dit :

        @Berna, je ne suis pas historienne, mais j’aime lire les livres des historien(ne)s, par contre je suis protestante… mais pas forcément chauvine, ce que prouve ma fréquentation assidue sur ce blogue.

        Des atrocités il y en a eu des deux côtés. Et elles ne grandissent personne et restent une honte pour toute la chrétienté. Les historiens spécialistes de l’histoire quantitative s’occupent à dévider les écheveaux incroyablement complexes des siècles passés et apporteront sans doute un jour des données factuelles sur la mortalité de tel ou tel camp. Mais je doute de l’intérêt, pour notre vie chrétienne et notre édification, de ces comptages macabres donnant dans la surenchère de l’horreur.
        Il ne faut pas juger des faits de façon anachronique : interpréter avec une mentalité du XXIè siècle des faits remontant au XVIè siècle est une erreur.
        Mais force est de constater que les esprits “éclairés” de l’époque, en avance sur leur époque, proche de notre mentalité moderne, je veux dire des personnes, des intellectuels surtout, qui mettaient le respect de l’être humain, en particulier sa liberté de conscience, au dessus des dogmes se recrutaient plus chez les protestants et les juifs (je pense par exemple à Servet ou Castellion ou un siècle plus tard à Spinoza) que chez les catholiques, même s’il y a eu parmi ceux-ci des personnalités tout à fait remarquables, extraordinaires même comme Érasme, ou Giordano Bruno mais alors condamné par Rome. Vincent de Paul en est une autre, lui – catholique canonisé – qui prôna la modération à l’égard des protestants.
        Mais quels qu’aient été les torts des protestants, et ils furent très nombreux, je n’en disconviens pas (Calvin a même des côtés franchement odieux, même pour les protestants), au final, les émigrés chassés par la persécution, des dizaines de milliers, les scientifiques pensent 200 000 soit le quart des protestants français de l’époque, qui ont enrichi tous les pays du Refuge, ce furent les protestants, pas les catholiques que je sache. Les galériens pour motif de foi furent tous des protestants, jamais des catholiques.
        Les persécutés, globalement, furent bien les protestants, même si les vengeances contre les catholiques furent bien trop souvent atroces, elles étaient des vengeances, c’est à dire des réactions à la persécution ; si les catholiques avaient tranquillement laissé les protestants exercer leur culte comme ils l’entendaient, ces violences n’auraient jamais eu cours.

        Il me semble qu’en 2015, à l’heure où nos frères et sœurs chrétiens de toutes les confessions se font aussi sévèrement persécuter sur toute la surface de la terre
        https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/
        le moment n’est plus aux querelles confessionnelles intestines car nos ennemis sont les mêmes, quelle que soit notre confession, les tortures subies sont les mêmes. Les meurtriers sanguinaires n’imaginent même pas qu’il puisse y avoir des nuances de croyances entre nous, ils nous mettent tous dans le même sac et nous sommes tous dans la même galère.
        Il est vital que nous fassions front commun. Ne nous tirons pas dans les pattes les uns des autres. Reconnaissons chacun que nous ne sommes pas les seuls chrétiens réellement légitimes. D’ailleurs, vu de l’extérieur, nous avons infiniment plus en commun que nous n’avons de points importants de divergence.

        Cette solidarité qui doit être sans faille est celle des membres du corps du Christ. Cela n’empêche ni les travaux scientifiques ni même les débats doctrinaux ou théologiques entre nous qui restent pertinents et même passionnants. Mais qui ne sont pas l’objet de ce blogue dédié exclusivement à dénoncer les faits de persécution anti-chrétienne et de christianophobie, en essayant de ne pas confondre une piqûre de moustique avec un coup de canon, une “banale” moquerie ordinaire avec un assassinat abominable.

    2. c dit :

      la st Barthélémy c’est en 1572, Charles IX est mort en 1574 et régnait depuis 1560; , Quelques dates d’exactions protestantes: tombeau de Guillaume le conquérant profané en 1562 à Caen sans parler des destructions d’églises, certaines trop endommagées ne seront jamais reconstruites et d’autres resteront jusqu’au règne de Louis XIII non réhabilitées, Michelade (avec assassinats de moines dans le couvent) à Nîmes en 1567, etc.
      Bref l’histoire revue par Mérimée.
      En outre le type de l’affiche a plutôt un habit vers première partie du XIX, et le dessin du sacré cœur fait aussi penser à la même époque, de même que l’épée, qu’en à la croix version bonnet d’âne, c’est aussi tout un symbole.

  10. Gilberte dit :

    pourquoi avoir choisi cet opéra-comique de Hérold parfaitement inconnu alors que, suivant le dictionnaire des œuvres musicales son opéra Zampa est considérée comme son œuvre majeure mais qui est tout aussi tombée dans l’oubli? l’affiche montre un protestant embrocher le sacré Cœur très catholique, c’est peut-être le but de cette représentation: rappeler les guerres de religion et les soi-disant torts des catholiques

  11. Solis cultor dit :

    Je remercie @Charlotte Parc pour ses commentaires toujours cultivés, fins et intelligents, qui nous rappellent que le christianisme ne se réduit pas à sa variante romaine. Elle a raison de rappeler, ci-dessus, que l’Eglise catholique n’a pas, loin, très loin s’en faut, témoigné à l’égard de ceux qui ne partageaient pas son idéologie, la tolérance qu’elle réclame pour elle-même depuis qu’elle n’est plus liée aux pouvoirs temporels (et c’est tant mieux). L’expression dont use, également ci-dessus, une certaine @Gilberte : “les soit-disants torts des catholiques” (il eût été plus correct de dire “les prétendus torts”), est, à mon avis, parfaitement inconvenante…

    1. berna dit :

      Vous êtes protestant ? réformé ? autre ?

      1. Charlotte Parc dit :

        @berna
        Oops ! Que sous-entend votre question ?

  12. hu de bzc dit :

    mais oui c’est élémentaire !
    sans rien connaître de cet opéra il est évident que cette affiche représente le protestantisme en train d’assassiner le catholicisme ( comme le montrent les attributs expliqués par charlotte parc )et qui plus est le pourfendeur porte ostensiblement un pantalon à bretelles c’est à dire un sans-culotte et c’est la filiation
    Luther protestantisme renaissance libéralisme révolution 1789 socialo-communisme modernisme Vatican II et enfin anarchie quasi-actuelle puisque l’Eglise se meurt ( mais ne ses portes tiendront….);
    En fait la chemise du pourfendeurs me trouble , ce n’est pas celle d’un révolutionnaire et le pantalon pourrait être celui d’un officier type 1870 ET j’y verrai plutôt alors le symbole de l’Etat aidé du protestantisme( et donc de toute sa filiation))en train de blesser le catholicisme tout comme Vincent Peillon l’a écrit il faut détruire le catholicisme rempart des valeurs laïcardo-ripoublicaine, la seule religion acceptable étant le protestantisme qui lui est garant du nouvel ordre mondial.
    bref, quelque soit le duelliste c’est la religion protestante qui assassine la catholique

  13. decrouez dit :

    pour moi cela symbolise le fait qu’utiliser une épée pour défendre la croix blesse en fait le cœur de Dieu…Mérimée était bien sûr choqué par toutes les guerres de religion et les querelles entre personnes de différentes religions.

    1. Charlotte Parc dit :

      @decrouez
      Votre interprétation symbolique me plait bien !

      Moi qui ne cesse de défendre un point de vue “pacifiste” face aux milles piques et attaques dont les chrétiens sont de plus en plus souvent l’objet dans notre société française, européenne, occidentale, pourtant construite sur la civilisation judéo-chrétienne.

      Une certaine forme de combat n’est effectivement pas la nôtre, même au motif de défendre notre foi, voire de défendre notre Dieu ou encore l’honneur de Jésus-Christ.
      Notre Père et Créateur et Jésus notre Sauveur sont bien assez grands, ils ont tout ce qu’il leur faut à disposition quand ils le veulent pour se défendre eux-mêmes des attaques qui leur sont adressées.
      Nous nous n’avons pas d’épée à prendre pour défendre cette croix glorieuse qui nous vaut d’être sauvés.
      Noua avons à obéir aux commandements qui nous ont été clairement donnés : “Aimez-vous les uns les autres” (Jean 15 ,12) “Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent.” (Matt 5,44)
      Et souvenons-nous que “Ce combat n’est pas le tien, mais celui de Dieu (2 Chroniques 20,15) et que “nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.” (Éphésiens 6,12)

      Nous avons tellement plus et mieux à faire qu’utiliser la violence pour défendre notre droit à croire ce que nous croyons.
      Frères et sœurs chrétiens, mettons-nous chaque jour à genoux pour fourbir notre plus puissante arme dans ce combat éminemment spirituel : la PRIÈRE.

      1. Pierrot dit :

        berna
        13 mars 2015 à 13 h 18 min
        Rabelais, maître spirituel et donneur de leçon de l’Eglise ??

        “Moi qui ne cesse de défendre un point de vue « pacifiste » face aux milles piques et attaques dont les chrétiens sont de plus en plus souvent l’objet dans notre société française, européenne, occidentale, pourtant construite sur la civilisation judéo-chrétienne.

        Une certaine forme de combat n’est effectivement pas la nôtre, même au motif de défendre notre foi, voire de défendre notre Dieu ou encore l’honneur de Jésus-Christ.”

        Rabelais, (maître spirituel et donneur de leçon ???) était un précurseur de la pensée exprimée ci-dessus par Charlotte… pourquoi ce mépris @ berna ??? Rabelais risquait sa vie comme Montaigne.

        Chantal Delsol dit: ” Nous payons les erreurs du passé…”

    2. c dit :

      je crois que Mérimée avait surtout une vision très conformiste par rapport à son époque des guerres de religion, à savoir que les religions entrainent les guerres, il n’était pas, en plus, particulièrement favorable à la religion catholique. Son œuvre participe à la réécriture de l’histoire au XIX nonobstant évidemment le talent de l’auteur.

  14. Gilberte dit :

    @Solis Cultor
    “les soi-disant torts des catholiques
    Des protestants venant de l’étranger (chez moi venus de Hollande) entame une guerre civile; Henri de Guise fut l’un des instigateurs de le Saint Barthélémy soutenu par l’Espagne très catholique (envie de prendre le pouvoir). Il est assassiné par Henri III roi catholique, lequel sans héritier lègue son trône à Henri de Navarre protestant, qui se convertit au catholicisme pour régner. Est-ce la religion catholique derrière son Pape qui est cause de ces guerres de religion? ou comment former une nation libre?

    1. Gérard P. dit :

      @Gilberte
      Il est relativement bien connue que les historiens sont sans le vouloirs d’habiles menteurs.
      A lire les “Saints catholiques “Martine Luther” serait en enfer ce qui ne m’étonne pas!Je n’ai pas pu vérifier si s’est vrai!
      A lire Madame Chalotte Parc, je la remercie pour les leçons de français que j’apprécie et merci!
      Par contre le religieux m’ennivre drôlement et j’ai souvant l’impression d’avoir but deux litres de champagne!Vu que quand je veux rouler en voiture je vois 3 routes et ne sais plus laquelle suivre, franchement s’est triste.
      Pas étonnant que les catholiques semblent en péril.
      Hélas malgrés tout ce tra! la! la! psycologiques les catholiques tiennent bien leur route!
      Les miracle n’arrive pas qu’a Lourdes encore faut-il y croire!
      Sans rentrer dans les détailles historiques qui amusent tout le monde. Je n’ai qu’à voir au quotidient ce que n’invente les protestants pour vouloir avoir raison plus les philosophes alors sauf qui peut pour aller où ? A Rome chez le saint Père le PAPE!
      Et encore il y a les F M ! Pauvre Jésus qui n’a fait que du bien alors? Homme DIEU en plus ,je me met à genous!
      Il est également bien connue que grâce aux théologiens les églises sont vide? Hélas je n’ai pas encore pu vérifier ce là, mais cela ne m’étonnerai pas à les entendre on pourait croire qu’ il y a autant de religions que d’individus sur notre planète terre tout cela vu que l’exès à toujours été un grave défaut!Le modernisme exige!
      Bonne lecture! Merci! Que la Miséricorde divine nous pardonne et que l’Espris Saint nous éclaire et descende sur nous tous!
      Pouquoi toujours “Catholisisme”le sufixe isme étant un diminutif réservé au socialisme et communisme s’est tout!

  15. Jean-M dit :

    Il faudrait peut-être chercher l’étymologie exacte du mot ”catholique” et des conséquences à en tirer…au sens quantitatif et surtout qualitatif…
    Et j’approuve Madame Parc qui demande que l’on ne comptabilise pas les morts des 2 côtés…

  16. Jean-M dit :

    A l’intention des remarquables historiens ici présents, je voudrais signaler que les 2 premiers martyrs protestants de la Réforme ont été 2 belges brûlés sur la Grand-Place de Bruxelles en juillet1523 : Henri Voes et Jean Van Esschen.
    Ce sont les 2 premiers donc, je ne comptabilise pas.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services