La Une

Paris : manifestation aujourd’hui de soutien aux Coptes et au peuple égyptien

30 juin à 09:46
Commentaires (3)
  1. Avatar Rachel dit :

    Saint Chromace d’Aquilée (?-407), évêque
    Sermon 19, 1-3 ; SC 164 (trad. SC p. 21 rev.)
    « Le serviteur n’est pas plus grand que son maître »
    « Ils lui enlevèrent ses vêtements et le couvrirent d’un manteau rouge. Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne et la posèrent sur sa tête » (Mt 27,28-29). C’est comme roi que le Christ est revêtu d’une tunique rouge et en tant que prince des martyrs…, parce qu’il resplendit de son sang sacré comme d’une écarlate précieuse. C’est en tant que vainqueur qu’il reçoit la couronne, car c’est normalement au vainqueur qu’on décerne une couronne… Mais nous pouvons remarquer que la tunique pourpre est aussi le symbole de l’Église qui, demeurant dans le Christ roi, brille d’une gloire royale. D’où le titre de « race royale » que lui donne Jean dans l’Apocalypse (1,6)… En effet, l’étoffe pourpre est une chose précieuse et royale. Bien qu’elle soit un produit naturel, elle change de qualité lorsqu’on la plonge dans le bain de la teinture, et elle change d’aspect… Sans valeur par elle-même, sa transformation en fait un produit précieux. Il en va ainsi de nous-mêmes : sans valeur par nous-mêmes, la grâce nous transforme et nous donne du prix, quand [à notre baptême] nous sommes plongés par trois fois, comme l’étoffe de pourpre dans l’écarlate spirituelle, le mystère de la Trinité…

    Nous pouvons encore remarquer que le manteau rouge est aussi le symbole de la gloire des martyrs, puisque, teints de leur propre sang répandu, ornés du sang du martyre, ils brillent dans le Christ comme une tunique écarlate précieuse. Autrefois, la Loi prescrivait d’offrir des étoffes écarlates pour orner le tabernacle de Dieu (Ex 25,4) ; les martyrs, de fait, sont l’ornement de l’Église du Christ…

    La couronne d’épines qu’on a mise sur la tête du Seigneur est le symbole de notre rassemblement, à nous qui, des nations, sommes venus à la foi. Nous n’étions alors que des épines, c’est-à-dire des pécheurs ; mais, en croyant au Christ, nous sommes devenus une couronne de justice, parce que nous avons cessé de piquer ou de blesser le Sauveur, et nous couronnons sa tête de la confession de notre foi… Oui, jadis nous étions des épines, mais…nous sommes devenus des pierres précieuses.

    1. Avatar theofrede dit :

      quel rapport avec le sujet ?
      c’est ce genre de divagation qui permet au Parquet de suggérer un suivi psychiatrique du Docteur Dor, qui n’y est pourtant pour rien

    2. Avatar le perroquet dit :

      Merci Rachel (voulant dire brebis),je me sens moins seul en lisant ce que l’Esprit Saint vous inspire!Merci et,comme la Très Sainte Trinité doit TRÉSSAILLIR en recevant cette afirmation de si Haute Spiritualité!!!
      Que par la Nouvelle Eve,la Gloire de Dieu ÉCLATE AU GRAND JOUR,pour Sa Propre Gloire,et la SAUVEGARDE DES ÂMES!Fiat!Fiat!Fiat!Alléluia.
      P.S.Votre Divine Poésie,est pour moi,comme du Nectar entrant mon esprit et mon âme.Que le Seigneur de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance vous accorde toutes les Grâces que vous méritez ma soeur en Christ!

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services