La Une

Profanation de la cathédrale de Strasbourg : le diocèse nous répond

26 novembre à 08:32
Commentaires (23)
  1. Avatar Eric dit :

    C’est tout simplement répugnant! Le christianisme est insulté dans les théâtres, dans les musées, à la tv, dans la rue, et maintenant ils viennent jusque dans les églises pour nous insulter! Ils ne nous laisseront donc aucun répit!

  2. Avatar Thierry dit :

    Let role des autorites civil es es est de faire respecter la Loi. En Alsace les a tes odious de FEMEN constituent un crime de blaspheme qui est punishable. La connivance des media et des autorites est evidence et constituent des circumstances aggravates. Le diocese doit porter plaintext et demander reparation. Pas de fausse humilite svp surtout au moment ou Le pouvoir socialiste foule au pied l existence meme de l Alsace.

  3. Avatar Oger dit :

    J’espère qu’avant de célébrer la messe, le prêtre a procédé à la purification rituelle et selon les règles de l’église et de l’autel, suite à cette profanation, lié à la présence de la « fémen », mais aussi des photographes en plein coeur, car ceux-ci je les considère comme des coprofanateurs aussi, ils ne sont pas des humains lobotomisés de « raison » à ce que je sache.
    Je rappelle que l’autel est le tombeau du Christ et dans l’autel est présente une pierre qui contient les cendres de Martyrs.

  4. Avatar dinsdale dit :

    Ces funestes manifestations pourraient être l’occasion pour les diocèses de s’exprimer publiquement sur la valeur sacrée des églises et des cathédrales et la conséquence spirituellement grave de profaner les autels, les hosties, les croix. De faire leur devoir apostolique en somme, même s’il est à prévoir d’hypocrites gémissements des parpaillots ordinaires. Il est dans la nature de l’homme que ce qui est juste et bon soit sali et constamment injurié. J’aime à croire, même si cela se positionne sur un plan qui n’est pas celui de l’hygiène terrestre donc qui est forcément plus haut, que chaque injure, chaque profanation, chaque blasphème exhalés par ces pauvres femmes – car au fond elle sont à plaindre, pathétiques – est comme un clou apostolique qui pénètre par à-coups douloureux dans leur chair de brebis folâtres.

    Rappelez-vous Léon Bloy et cette définition que je mets au-dessus ou à la place de la doctrine sociale de l’Église :
    “Je suis et je serai toujours pour les pauvres et faibles contre les puissants, pour le peuple de Dieu contre le peuple du Démon, dussé-je en mourir. Mais à la condition que ces pauvres ou ces faibles ne viennent pas faire leurs ordures contre l’Autel, parce qu’alors je deviendrais aussitôt moi-même un puissant pour les écraser.”

    1. Avatar Oger dit :

      Merci pour la citation de Léon Bloy je retiens !

  5. Avatar Elisabeth dit :

    si les journalistes et photographes étaient informés, ce qui est patent, puisqu´ils étaient pour immortaliser la profanation, ils sont complices car ils n´ont pas averti la “victime” (l´Eglise) et en ont profité pour faire un scoop leur permettant, une fois de plus de faire de l´argent. Il he suffit pas de se lamenter, il faut utiliser les moyens légaux qui sont (mais pour combien de temps encore?) a notre disposition.

  6. Avatar Henri dit :

    Sans doute.

    Mais cette réponse ne nous dit pas si l’évêché va demander, comme il en a le droit, que soit engagée l’action publique (dirigée par le parquet) à l’encontre de cette infraction de blasphème (c’est encore possible en Alsace-Moselle concordataire). Il s’agit ici de prévenir, sanctionner et de réprimer ces agissements dont la presse a été complice, mais pas seulement elle.
    Qu’est-ce qu’attend Mgr Grallet ?

    v. à ce sujet un article très intéressant de Me de Castelnau, publié par la revue en ligne “Causeur” ce matin, 26 novembre.

    1. @Henri

      Je ne l’avais pas demandé… Mais rien ne vous interdit d’interroger le service de la communication du diocèse et de signaler à tous son éventuelle réponse.

      1. Avatar Henri dit :

        Votre réponse me surprend.
        Pour cette publicité stupide et offensante diffusée à l’initiative d’un club sportif de renom, vous suggériez une réaction de type “musclée”, voire judiciaire et ici, parce que ce serait un évêque “qui a visité le pape”, c’est “débrouillez-vous”, écrivez, on vous répondra.
        Qu’est-ce qui explique cette “différence de traitement” dans l’information ?.

        1. @Henri

          Je ne comprends pas grand chose à votre interpellation. 1. Je n’ai pas le souvenir d’avoir demandé une action « judiciaire » contre le Stade Français. Je me suis contenté, me semble-t-il, d’exiger des excuses pour cette publicité déplacée. 2. Pour ce qui est de la profanation de Strasbourg, je me suis contenté ce matin de publier l’essentiel du communiqué de l’archevêque. Il n’y a pas de « différence de traitement » de l’information, mais différence de nature de l’information : un commentaire de ma part et un communiqué d’un tiers.

    2. Avatar Charlotte Parc dit :

      @Henri
      Dieu merci, le blasphème n’est pas, en France, une infraction légale. Nous ne sommes pas au Pakistan. Ce n’est donc pas à ce titre qu’une action publique ou un dépôt de plainte est possible.
      A tout le moins il y a atteinte à l’ordre public et outrage public à la pudeur ; ça semble déjà suffisant, non ?
      Il y sans doute d’autre motifs à invoquer.
      En tous cas, ces actions à répétions, plus que lassantes, extrêmement pénibles, choquantes, blasphématoires au sens spirituel du terme, de ces “femens” sont parfaitement intolérables et doivent faire l’objet de poursuites pénales.
      Reste à voir avec quel chef d’accusation et en portant plainte contre qui : les femens bien sûr et peut-être aussi les journaleux. Et la police (DCRI) qui n’a pas fait son travail ?
      Et qui se portera partie civile : le parquet ? Ce serait étonnant. Encore qu’en Alsace on est toujours sous le Concordat. La cathédrale ? Ça semblerait logique.
      Wait and see.

      1. Avatar Charlotte Parc dit :

        @Henri
        Et bien, au temps pour moi !
        Je n’avais pas vu le signalement que vous faites de l’article de Me Régis de Castelnau car vous n’en donniez pas le lien, que voici
        http://www.causeur.fr/femen-le-parquet-de-strasbourg-fera-t-il-son-devoir-30349.html
        Et bien, je me suis trompée par ignorance, car en fait je ne connais pas tous les tenants et aboutissants qui font que l’Alsace ce n’est pas tout à fait la France en particulier sur le plan de la législation religieuse, et en Alsace le blasphème semble effectivement toujours un délit pénalement réprimé.
        Et les conseils que donne cet avocat – qui se dit lui-même “mécréant” – ne semblent pas si compliqués à mettre en œuvre.
        Qui sortira le stylo ?

        1. Avatar Henri dit :

          Merci pour votre réponse, Charlotte. Cet article de Régis de Castelnau est intéressant à plus d’un titre, car il est important en effet de bien connaître la loi avant de “sortir le stylo”?
          Qui sortira ce stylo ? Je suis surpris que l’ “Observatoire” nous laisse comme cela carte blanche (voir mon message plus haut à D. H.), mais si “l’Observatoire” devait s’en tenir à cette attitude, il serait logique que les chrétiens d’Alsace-Moselle (je n’y réside pas) prennent leur plume et signent par exemple une supplique à leur évêque pour lui demander lui aussi d’appliquer la loi et ce, à double titre :
          – parce que lorsque l’on est évêque, on doit ne pas traiter “au troisième rang” les questions juridiques, surtout lorsqu’il s’agit de protéger les institutions,
          – et parce que lorsque l’on est une autorité (publique) et c’est bien le cas des autorités religieuses en pays de concordat, il faut appliquer les lois “de la République”.

          Sur ce deuxième motif, vous savez fort bien que la tendance, chez nos gouvernants (et, en Alsace-Moselle, cela concerne directement les évêques, aux pasteurs et aux rabbins concordataires, et devrait les interpeller) c’est d’être particulièrement sélectif, sinon arbitraire dans l’application des lois existantes et d’être fébrile à vouloir en promulguer une, chaque fois que les médias le réclament et non la vox populi (les médias, on le sait, ne sont pas la vox populi).
          Cet événement détestable qui a eu lieu dans la cathédrale de Strasbourg montre les effets de ce comportement législatif détestable. Si l’évêque concordataire n’est pas capable de s’entourer de pénalistes (et il en a les moyens pourtant) pour faire appliquer la loi, alors que les fidèles du lieu le réclament… pour le bien de la République, et pas seulement la Vème du nom, mais la Res publica, pris au sens du droit romain.

      2. Avatar Gérard P. dit :

        @ Madame Charlotte Parc
        En Alsace Nous ne sommes pas réduit à la “Moesse humaine” Je suis Alsacien et fière de l’être et croyez moi ,dommage que je n’étais pas présent sur les lieus sinon les photogrphes et la femen seraient encore à l’hôpital et dans un fauteil roulant pour le reste de leurs jours.Chez nous on ne pladine pas avec la Saite Alsace fidel à mes encètres et la Sainte Odile notre patronne. Ici Dieu ne se laisse pas s’insulté sans une punition sévère et qui ne comprend pas tant pis pour lui.J”en fais appel à tout les Karatés kas Crétiens et digne de ce nom faison le ménage quand cela est nécésaire et sans scrupules il y a mare. vive le Christe Roi .

        1. Avatar Gérard P. dit :

          Je vous prie de m’excuser pour les nombreuse fautes de frape.Merci

          1. Avatar Michel dit :

            … pas seulement de frappes !

  7. Avatar Gérard P. dit :

    Si mes renseignements sont exact les photogaphes et la femen risque juusqu’ à 3ans de prison ferme.

    1. Avatar Henri dit :

      Bien, mais qui en Alsace-Moselle, est prêt à déclencher l’action publique auprès du Parquet ?

      1. Avatar Gérard P. dit :

        Rassurez vous tous est en route! La Justice etc je viens d’avoir confirmation par téléphone.

  8. Avatar Jean-Marie dit :

    J’aimerai savoir si le diocèse protestera fermement auprès de la préfecture et demandera aux “merdias locaux et nationaux” que lui soit réservé un espace pour exprimer son indignation !

    1. Avatar Henri dit :

      Pas la peine d’attendre la préfecture !
      En effet, le diocèse de Strasbourg est une grande personne (publique, à statut) dans ce département concordataire et peut sans attendre les autres personnes publiques, demander l’engagement de l’action publique auprès du Parquet.
      Donc, j’espère que l’initiative annoncée par Gérard P (message précédent) sera effective et aboutira.

      Pour les médias, c’est autre chose : ce n’est pas l’infraction de blasphème qui est en cause mais la faute civile, voire pénale, celle de la diffamation et du dénigrement dans le cadre de la loi du 29 juillet 1881. Là, gagner en justice sera beaucoup plus difficile.

      Sur ce sujet relatif aux méfaits du FEMEN à Strasbourg, lire dans “Causeur” publié hier, 26 novembre, l’article de Me de Castelnau, si “mécréant” soit-il.

  9. Avatar Gérard P. dit :

    Sans vouloirs vous racoter des “Bobards” et si j’ai bien compris tous ce qui est légale est en route.Les médias il n’a pas été question mais normalement oui mais il ne faut pas oubler que l’accusation va loin et la franc maçonnerie est semble t-il au coeur de toute cette hitoire et les socialistes entre autre le Maire n’ ont pas forcément pattes blanches.Rien n’est semble t-il est prouver et par prudence je n’en dirai pas plus

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Signaler un acte Christianophobe

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services