La Une

Québec : une pièce blasphématoire sur scène…

Commentaires (13)
  1. Sylvie dit :

    En art on blasphème comme on copie , par manque d’imagination.
    Mais alors que la copie reste fidèle au modèle envié , le blasphème se paie le luxe ou la luxure de le déformer . Le blasphème ajoute au vol , la souillure du viol.

  2. Pénélope dit :

    Si le féminisme consiste à nier la maternité, je le plaint.

  3. Saraï (mère (d'Ishacq) dit :

    « la maternité comme un ”autre projet” » est un euphémisme.  Pour les féministes à moustache la maternité est une honte, un esclavage, la chose à éviter à tout prix.
    Si l’on recherche « l’égalité » entre homme et femme, et non la « complémentarité naturelle » évidente, on ne peut que rejeter, que dis-je vomir, ce qui est le propre exclusif de la femme la capacité de porter la vie et de la transmettre avec l’aide d’un père forcément non-femme. 
    Si d’aventure, femme féministe, je prend en charge l’éducation d’un enfant ce ne peut être que en écartant le père.

  4. Nostradamus (Michel de Notre Dame) dit :

    Il est évident que ce genre de production ne tient que sur le « scandale » qu’elle espère « provoquer », et en ralliant les féministes bornées ce qui ne fait pas beaucoup de monde. Les féministes sont déjà ultra-minoritaires parmi l’ensemble des femmes de la planète, les féministes obtuses encore plus. C’est à l’évidence uniquement grâces aux subsides de politiciens tentant de surfer sur une vague creuse mais bruyante que cette production a pu voir le jour et ne tiendra à l’affiche (que quelques jours)

  5. Sigismond dit :

    « Les fées ont-elles encore soif en 2014 ? » Soif de quoi donc ??
    Cette soif ne peut que me renvoyer à la cananéenne venue puiser de l’eau à qui Jésus demande de l’abreuver et qui l’ayant rencontré, laissant là le puits qui ne désaltère que temporairement part à la recherche de « l’eau vive » qui étanche définitivement toute soif.
    Ayant cherché l’assouvissement dans des plaisirs transitoires forcément insatisfaisants elle y renonce et se libère d’un asservissement à une utopie hédoniste.

  6. Shimon dit :

    « la grande foi qui soutint la [Vierge Marie] » … Pour moi ce qui soutint la vierge marie, mère toujours vierge, est d’abord son amour brûlant de Yahvé, qui la poussa par amour à un célibat, ou plutôt une abstinence consacrée « au Seigneur ». Impossible de renoncer à la sexualité sans un amour débordant et brûlant. C’est uniquement lui qui donne la force d’affronter les difficultés de la vie qui nous surprennent à contre-pied et d’y voir, comme Marie, un don de Dieu.
    Mais je suis d’accord avec l’auteur de l’article c’est bien une grande foi, c’est-à-dire une fidélité à son amour, qui soutient Marie.

  7. John-Paul dit :

    Pour les “féministes pathologiques” qui souffrent d’ « assuétude grave » à l’hédonisme, cette assuétude devient, comme pour tout toxicomane la seule “raison de vivre” ; elle supprime toute notion de bien et de mal, conduit pour satisfaire son « manque » à tous les mensonges et manipulations, voir à des actes asociaux, allant parfois jusqu’au meurtre. 
    Enfermées dans leur dépendance ces femmes ne peuvent connaître la joie et la liberté d’un amour sans sexualité, vraiment oblatif.

  8. William dit :

    Les malades mentales qui souffrent de sexomanie obsessionnelle compulsive ne peuvent que s’en prendre de manière extrêmement virulente à la Vierge Marie, mère toujours vierge.
    N’est-elle pas la femme qui, par amour pour son Créateur, renonce à la sexualité, ce qui est l’objet de la dépendance de beaucoup d’hommes et de femmes.
    N’est-elle pas en outre, oh scandale, la femme qui ayant renoncé à la sexualité, accepte de devenir mère !! scandale et fabulation, impossibilité !
    C’est bien pourquoi pour tout hédoniste toute ébauche d’ascèse libératoire doit être sapée dès ses racines. Il ne faut pas pouvoir se libérer ni de ses instincts, ni de la pression sociale si profitable et bénéfique pour beaucoup de personnes.
    Qu’est-ce qui fait tourner le monde, si ce n’est l’asservissement au sexe ??

  9. Shimon dit :

    Les femmes aliénées, ce n’est ni Marie, ni Madeleine, ni la statue, ce sont elles, embourbées dans leurs instincts, dans leurs passions vaines aboutissant à la mort.
    Elles se rendent compte, sans vouloir l’admettre, de la vanité de leur comportement, de la vacuité de leur vie, de l’illusion qui les torture.

  10. Nostradamus dit :

    Si les fées sont les trois nanas représentées sur l’affiche, elles ne me font vraiment pas rêver. Elles me font plus penser à la marâtre de Blanche-Neige que à une fée se penchant sur un berceau. Narcissiques, elles n’aiment pas les gosses qui sont toujours des rivaux pouvant capter une partie de l’amour du Roi, et vont donc les faire douter d’elles-même.
    Sur l’affiche, elles me semblent vraiment mal dans leur peau et haineuses. Un vrai remède contre l’amour.

  11. Pierre-Augustin Caron dit :

    Pourquoi polémiquer ??
    L’auteur, tout autant que le directeur de la programmation ou le metteur en scène sont bien à plaindre d’être coincés dans une vision aussi limitée et pessimiste de l’être humain.
    Souhaitons leur de découvrir vraiment l’amour entre humains et d’arriver à donner généreusement la vie, sans calcul.
    Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

  12. Sylvie dit :

    Le sophisme des égalitaristes c’est de méconnaître que l’égalité est une égalité de droit et de valeur . Les femmes ont autant de droits et de valeur que les hommes .
    ( Cela ne veut pas dire que les femmes sont des hommes .
    Il n’y a que “des” imbéciles et “des” musulmans pour croire cela. )
    Et cette égalité de droits et de valeur vient directement du christianisme .
    Ainsi que le dit Paul dans l’épître aux Galates : ” En Christ il n’y a plus ni homme ni femmes, ni esclaves ni hommes libres, ni grecs ni barbares , car Tous sont Un en Lui .” ( cf. Ga 3,28 )
    La Révolution française qui se l’attribue, puis la République qui marie tout avec n’importe quoi, ont bafoué de À à Z la parole chrétienne.

  13. Gilberte dit :

    Pendant la grande guerre, lorsque les soldats étaient blessés mortellement, leur cri était :”maman”, c’est instinctif pour chaque être humain; j’ai connu aussi un jeune blessé de la route, hospitalisé, semi-conscient qui murmurait sans cesse: “maman du ciel”. Mais l’idéal de la femme modèle est choisie dans la presse people, ou le cinéma: Madona, qui a jeté sa petite culotte au public Liz Taylor, mariée7 fois, Marylin Monroe qui s’est suicidée..; arrêtons la liste est longue

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services