La Une

Turquie : un cimetière arménien profané à Muş

Commentaires (8)
  1. Reine Tak dit :

    Et c’est ça que certains veulent intégrer à l’Europe !
    Au fil des siècles, le turc n’a pas changé. Il est resté le même sauvage cruel. Et si l’Arménie actuelle n’était pas un tant soit peu sous la protection de la Russie, les sanguinaires n’hésiteraient pas à perpétrer un second génocide. D’autant plus facile que les pays “civilisés” ne bougeraient pas.

    1. Gérard P. dit :

      Acte de haine anti-Chrétienne!
      Sultan Erdogan a soif mes amis!
      Soif de notre liberté!Il rêve de la charia sur toute l’Europe, vendre nos femmes! Et l’esclavage, pour les hommes en pillant pir que
      Attila en son temps. Comme Ottoman son prédécéseur ou ancètre! Il nous à bien averti et il ne changera jamais! Alors, la Turquie ne fait pas,déjà pas partie de l’Europe sur le plan géographique et par ailleur, jamais.Que nos pliticiens comprennent qu’il reste de la place sur la lune pour le Sultan!

  2. Pascal dit :

    La cupidité s’ajoute à la volonté d’effacer toute trace de la présence arménienne.

    En Anatolie « chercher le trésor des Arméniens » fait partie des jeux des enfants turcs.

    Quant aux bandes kurdes, le pillage des biens des Arméniens allait jusqu’à arracher les clous des murs des maisons arméniennes !

  3. Pascal dit :

    Mouch en français et non pas Muş comme Angora et non pas Ankarra, comme Brousse et non pas Bursa, comme Trébizonde et non pas Trabzon, comme Césarée et non pas Kayseri, comme Mersine et non pas Mersin.

    D’une part on est pas tenu à l’orthographe et à la prononciation turques. On écrit et on prononce Rome et non pas Roma, Florence et non pas Firenze. Pourquoi cette soumission en ce qui concerne le turc ?

    Et d’autre part il y a des enjeux politiques et historiques avec des noms qui ont été changés à dessein pour effacer l’Histoire.

    Donc Constantinople et non pas Istamboul, Smyrne et non pas Izmir, Sis et non pas Kozan, Aïntab et non pas Gaziantep, Antioche et non pas Küçükdalyan, Andrinople et non pas Edirne, Edesse ou Urfa et non pas Şanlıurfa.

    Dans ces quelques exemples parmi une multitude on voit bien la volonté d’effacer l’histoire chrétienne avec Constantinople, Antioche et Sis (Sis était le siège du catholicossat de la Grande maison de CIlicie). Pour Aïntab il s’agit d’effacer une défaite des kémalistes face à la France mandataire en ajoutant un préfixe qui signifie la victorieuse.

    1. @Pascal

      Votre remarque est acceptable. Votre insinuation l’est beaucoup moins…

      1. Pascal dit :

        « Pourquoi cette soumission en ce qui concerne le turc ? » est une remarque d’ordre général qui ne ciblait pas l’Observatoire et même pas l’Agence Fides auteur du communiqué, communiqué qui est en lui-même la preuve d’une opposition à l’ignominie turque.

        Notre langue avait ce génie de franciser les toponymes étrangers. Génie qui est entrain de disparaître. Cossovie ou Kossovo devient Kosovo. Les journalistes ont la bouche pleine de « Bélarus » en lieu et place de « Biélorussie » ! Cela est d’une grande tristesse pour notre langue. Mais en ce qui concerne la Turquie c’est d’une gravité extrême comme évoqué dans mon précédent commentaire. Quand on ouvre un livre du XIXe ou du début du XXe siècle sur la question d’Orient, on ne retrouve plus ses petits !

  4. Manuel dit :

    Ils poursuivent l’oeuvre de leur ancêtre.

  5. Reine Tak dit :

    @ Pascal
    Tout à fait d’accord avec vous sur vos 3 commentaires.
    @ Daniel Hamiche
    Je vous remercie de rappeler dès qu’il le faut, le calvaire des Arméniens et la volonté des turcs actuels de détruire toute trace de leur présence sur ce sol où eux-mêmes ne sont venus que vers le XIéme siècle.
    Mais que reprochez-vous à Pascal ?
    Sa remarque est juste et il n’insinue rien. Il dit ce qui est.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services