Non classé

6 500 indignés à Paris manifestent pacifiquement contre la christianophobie

Commentaires (4)
  1. Geneviève dit :

    Article ci-desous trouvé sur internet !
    Moi ces gens-là : Dehors ! Je reste fière d’avoir participé à la manif hier et d’avoir prié les 8 et 9 décembre avec les quelques 200 personnes avenue Franklin Roosevelt !

    Paris Tribune.fr
    “Ci-dessous des extraits du mini-débat entre Frigide Barjot à la tête du collectif ‘Foi et Culture : et si on se respectait ?’ , Michael Lonsdale, comédien, et Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point à propos de la pièce Golgota Picnic de Rodrigo Garcia.

    Frigide Barjot :
    – Nous venons avec les catholiques ordinaires, ceux qu’on n’entend pas et qui prient dans les églises et qui vont au spectacle aussi, pourrions-nous lancer un débat qui est fondamental dans notre société aujourd’hui entre les croyants et non-croyants, les artistes et les non-artistes ?
    Jean-Michel Ribes :
    – Je suis absolument pour mais je pense aussi que des croyants qui ont la foi ne se sentent pas, avec cette création, mal à l’aise ni remis en question par ce spectacle qui est une réflexion qui appelle à la spiritualité, par ceux aussi qui pensent être proches de leur foi
    Frigide Barjot :
    – “Messie du sida” c’est quelque chose qui me blesse
    Jean-Michel Ribes :
    – Alors là je vous arrête tout de suite, je prends la Bible !

    Jean-Michel Ribes :
    – Vous avez quand même le sens de l’humour il y a quand même un truc monty python… rien ne sera véhiculé que par des gens qui véhiculeront des choses ; l’oeuvre est faite par celui qui la regarde, si des gens qui la regardent y voit le mal et le diable c’est leur affaire ! Il n’y a pas de mal et de diable, il y a un artiste qui s’exprime sur ce qu’on pourrait quand même qualifier… voilà l’église, Jésus s’est fait homme, Jésus est un homme public, l’église est là, elle condamne le préservatif…
    Frigide Barjot :
    – Non, elle ne condamne pas le préservatif, on ne va pas refaire tout le débat maintenant
    Jean-Michel Ribes :
    – Bon, bon, bon… on a quand même le droit… l’église est présente, vivante, qui donne ses dogmes, etc…
    Frigide Barjot :
    – Qui propose un chemin
    Jean-Michel Ribes :
    – D’accord, on a quand même le droit d’en proposer un autre
    Frigide Barjot :
    – Absolument on peut confronter nos chemins
    Jean-Michel Ribes :
    – Voilà c’est tout !

    Michael Lonsdale :
    – Pour moi le mode est insultant, on ne gagne rien à propager quelque chose qui est la haine, et ça c’est éminemment triste je suis très peiné
    Jean-Michel Ribes :
    – Michael, on s’aime beaucoup, je pense que ce que vous prenez comme de l’insulte est une manière de satire, je ne perçois pas que ce soit des insultes au premier degré
    Frigide Barjot :
    – Ca n’est pas toujours compris, c’est difficile, la parodie, Jean-Michel, vous savez que nous la connaissons, des gens sont un peu premier degré et ne comprennent pas
    Jean-Michel Ribes :
    – Je vous ai écouté, la preuve que nous respectons le dialogue
    Frigide Barjot :
    – Certes, certes
    Jean-Michel Ribes :
    – On est là avec Michael que j’aime beaucoup et on a travaillé ensemble, mais je vous en supplie, ne nous diabolisez pas
    Frigide Barjot :
    – Mais pas du tout !
    Jean-Michel Ribes :
    – On n’est pas en train de faire quelque chose qui est insultant
    Frigide Barjot :
    – Dialogue !
    Jean-Michel Ribes :
    – C’est quelqu’un qui fait de la satire, il a fait la même chose sur Mac Donald, il a fait la même chose sur… voilà…
    Frigide Barjot :
    – Et là c’est Dieu.

    Jean-Michel Ribes :
    – Dieu pour vous, pas pour eux ! Attendez quelle est cette manière de dire que…
    Frigide Barjot :
    – Dieu !
    Jean-Michel Ribes :
    – Dieu ! Mais Dieu n’est pas Dieu pour tout le monde, il y a des gens qui peuvent… Nietzsche a dit que Dieu n’existait pas, alors peut-être que Nietzsche n’existe pas, mais on a le droit d’avoir…
    Un journaliste :
    – Ooh, “Dieu est mort”, il n’a pas dit “Dieu n’existe pas” !
    Jean-Michel Ribes :
    – Je vous respecte chère Frigide
    Frigide Barjot :
    – Je vous le dis, Dieu est là car quelque fois nous ne pouvons pas trop le dire et là nous le disons haut et fort Dieu est là
    Jean-Michel Ribes :
    – Remerciez Rodrigo Garcia, et vous dites à tout le monde que Dieu existe au cas où les gens l’ignorerait
    Une membre du collectif :
    – Dieu existe !
    Jean-Michel Ribes :
    – Michael vient de vous le dire, et c’est important, donc vous vous rendez compte… remerciez Golgota Picnic
    Frigide Barjot :
    – Mais nous remercions Jean-Michel Ribes d’avoir programmé cette pièce car nous prenons effectivement cette occasion pour rappeler ce que c’est que notre foi ; simplement attention qu’il n’y ait des gens qui se montent les uns contre les autres
    Jean-Michel Ribes :
    – Alors dites-le…

    Frigide Barjot :
    – Nous le disons justement, je veux lancer un appel, Jésus n’est pas venu semer la discorde et semer l’anathème
    Jean-Michel Ribes :
    – Est-ce que Jésus envoie des gens en sous-sol des théâtres pour casser les systèmes d’alarme ?
    Frigide Barjot :
    – Non, non, non
    Jean-Michel Ribes :
    – Est-ce que Jésus envoie des mecs qui laissent tomber des couteaux où il y a écrit “Christ” dans les restaurants ?
    Frigide Barjot :
    – Non, eh bien nous ne voulons plus de publicité pour ces gens-là
    Jean-Michel Ribes :
    – Vous êtes avec nous et je suis content qu’on soit devant un théâtre qui est une maison, comme l’église, de la pensée et voilà, il n’y a personne qui empêche les chrétiens de croire et n’empêchez pas les autres de penser !
    Frigide Barjot :
    – De ne pas croire
    Jean-Michel Ribes :
    – Oui de penser.

  2. daniel dit :

    Je laisse à votre appréciation l’article ci-dessous

    Une mosquée face au Pont de l’Alma ? Le Maire de Paris va délivrer le permis de construire.Une mosquée face au Pont de l’Alma ? Cela peut paraître dément mais c’est pourtant bien réel : L’Arabie Saoudite veut acheter l ensemble d’immeubles situés face au pont de l’Alma, tout près de la tour Eiffel , qui abritent pour le moment la direction de Météo France.Le but : en faire un « centre culturel et cultuel». Culture exclusivement musulmane et culte musulman, ça s appelle une mosquée.!!! Enquête :Sous le pont de l’Alma coule la Seine tandis que résonne l’appel du muezzin ? Ce n’est pas le début d’un roman de politique fiction, tel celui qu’a écrit Elena Tchoudinova avec La Mosquée Notre-Dame de Paris ” année 2048″, mais le projet qui a germé à Riyad, capitale du royaume d’Arabie saoudite, un pays dont la devise est tout sauf conforme aux « valeurs républicaines et, surtout, aux fondements de la civilisation européenne : « Il n’y a de vraie divinité qu’Allah et Mahomet et Son Messager. »Au moins, on ne pourra pas dire qu’on aura été pris par surprise . On ne sait si c’est directement dans le cerveau du souverain de la monarchie islamique et « serviteur des lieux saints » Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud que l’idée a germée, ou si le pouvoir saoudien a été inspiré par la Ligue islamique mondiale, fondée en 1962 à La Mecque où elle reste basée, mais toujours est-il que l’Arabie saoudite caresse le projet fou d’ériger une mosquée monumentale sous couvert de « centre culturel et cultuel », comme d’habitude, à deux pas de la tour Eiffel et juste en face du pont de l’Alma ! Très précisément sur un terrain qui, longeant l’avenue Rapp, s’étend du quai Branly à la rue de l’Université. Un quartier qui, en plein VIIe arrondissement,abrite quelques-unes des plus illustres familles françaises, dont les descendants, de génération en génération, vont faire leurs premiers pas et l’apprentissage de la bicyclette au Champ-de-Mars tout proche.L’aveu de l’ambassade d’Arabie saoudite :Comme cela serait-il possible ? Tout simplement parce que Météo France, qui occupe actuellement cette surface, va déménager. Et que ses locaux, qui appartiennent à l’état, ont été mis en vente.Or l’Arabie saoudite, qui n’est pas à trente millions d’euros près, s’en es portée acquéreur dans le but, non seulement d’y transférer son ambassade, mais aussi d’y implanter une mosquée ! Et une grande ! Car il y a de la place. Le terrain convoité, cadastré section CO numéro 6, mesure 4 245 mètres carrés . Même avec une partie « culturelle » étant entendu que la seule « culture » de l’Arabie saoudite est l’islam ! , ça laisse de la place pour accueillir le ban et l’arrière ban de la «communauté musulmane » des beaux quartiers et des autres.Car si les bâtiments qui s’y trouvent actuellement sont à usage de bureaux et vendus comme tels, il suffira d’une simple autorisation jamais refusée bien sûr aux pays étrangers « amis » de la France pour en changer l’affectation ou pour les détruire pour les remplacer par des édifices bien plus « fonctionnels ». Et justement, coup de chance !Pour ce magnifique terrain, ni l’immeuble du quai Branly, ni celui qui fait l’angle de l’avenue Rapp et de la rue de l’Université, ni le troisième bâtiment sur cour ne sont classés monuments historiques !C’est pas un phénoménal coup de bol, ça ?Le plus ancien des trois bâtiments date de l’immédiat après-guerre, les extensions, qui ont porté la surface brute globale à 10 414 M2 , ont été réalisées au cours des années 1960. C’est notre confrère « Newsweek » qui a levé ce lièvre dans son édition russe (relayée en France par un site orthodoxe) au détour d’un article affirmant que la Fédération de Russie était elle aussi sur le coup. Faire suivre cette info !

    1. admin dit :

      @ danie
      Outre le fait que je ne vois pas trop ce que ce commentaire vient faire à la suite de cet article, je crois que votre information “date” un peu. Il me semble que ce projet de mosquée est définitivement abandonné, mais, qu’au contraire, ce sera une église orthodoxe qui s’élèvera à cet endroit. Veuillez bien vérifier vos informations avant de les diffuser publiquement. D.H.

  3. Michèle dit :

    Curieusement, aucune vidéo sur quelque blogue que ce soit
    ( peut-être n’y en a-t-il pas eu ), et beaucoup moins d’écho que pour toutes les manifestations précédentes, en province. Pourquoi? En particulier on ne trouve nulle part le discours de clôture de l’abbé de Cacqueray..Cette “discrétion” me surprend.

Répondre

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

* champs obligatoires

Translate »

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Nous utilisons Google Analytics pour réaliser des analyses statistiques sur l'audience.
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Refuser tous les services
Accepter tous les services